10 semaines de chasteté et de domination pour 3 minutes de plaisir

J’ai pris le temps de rédiger cet article tranquillement, car il relate un épisode qui s’est déroulé tout aussi tranquillement… Enfin pour moi.

En fin d’année 2016 mon mari avait pu jouir 6 fois dans l’année. J’avais défini comme limite haute qu’il puisse jouir au maximum 10 fois, de différentes façons (mais c’est moi qui décide comment) et finalement à l’approche de cette fin d’année j’ai décidé que ce serait 7. Du reste, pour 2017, je m’inspirerai d’une citation de Victor Hugo « l’art pour l’art, c’est beau, l’art pour le progrès, c’est plus beau encore ! », et pour 2017 le maximum fixé passe de 10 à 7, et la réalité sera … on verra bien !

Donc pour revenir à fin 2016 j’ai décidé et annoncé (c’est pas toujours le cas) que je voulais qu’il soit 10 semaines en cage, qu’il pourrait ensuite jouir sous mon contrôle, et que tout de suite après, il y aurait à nouveau 10 semaines de cage minimum. L’annonce des 10 semaines mini après est importante, car elle met une jolie pression sur les 3 minutes de liberté … !

Le sujet de cet article, c’est le déroulement des 3 minutes ! Et mes préparatifs ! Hé oui, une telle fête, ça se prépare !
Pour commencer, il faut savoir que j’ai décidé que mon mari serait debout, et totalement immobilisé. C’est donc moi et moi seule qui le ferais jouir (et son cerveau bien entendu…). J’ai aussi décidé que je m’occuperais de lui installée dans un fauteuil, devant lui, à bonne hauteur. Et puis 3 minutes, c’est 3 minutes : je dispose d’un minuteur de cuisine digital qui affiche bien le temps qui reste, et qui sonne à la fin … haha ! C’est pas super glamour, mais j’adore tout ce qui est vie ordinaire, tabourets, minuteurs, etc …En bas de l’article, plus de détails et photos.

Pour commencer l’immobilisation : j’ai opté pour le debout contre une porte, en mixant un système acheté chez mes amis et un bricolage bien à moi. Le système acheté s’est révélé très efficace : kit . Il faut faire attention à plusieurs choses pour que l’immobilisation soit réelle : pas trop d’interstice entre la porte et le haut, ou le sol, pour que le dispositif de blocage soit sur, bien serrer les menottes, bien tendre, et surtout bien fermer la porte ! Il faut vérifier que votre compagnon ne peut pas actionner la poignée car si on peut ouvrir la porte, on peut ensuite se glisser sur le coté. L’idéal, c’est une porte qui ferme à clé hé hé ….
Ensuite, j’ai ajouté un écarteur de ma fabrication au niveau des chevilles : un simple manche à balai en bois, scié, avec des anneaux vissés au bout. Pas cher, simple et efficace, c’est Marie-Casto ^^.
J’aime beaucoup forcer son écart des jambes pour plusieurs raisons : il n’est pas bien à l’aise, alors que bien campé droit il se sent mieux. Ça diminue sa taille. Avec de bon talons je le domine largement de la taille, mais ça ajoute, et … il voit encore mieux la clé de sa cage sur ma poitrine !
J’avais ajouté un plug assez volumineux  dans son trou de balle, pour la même raison, moins à l’aise, et comme il n’est pas très porté sur le plaisir anal, ça contrarie un peu son potentiel de jouissance …

Première étape, la toilette ! Le truc en cage ne sent pas la rose, et si je voulais approcher ma bouche … Bref, il faut laver. J’ouvre donc la cage comme d’habitude pour une toilette, et j’utilise un gant de toilette avec de l’eau froide. Du savon, une bombe de froid à portée au cas ou ça bougerait, et je fais très vite. En quelques minutes, le sexe est tout propre et sent le savon ! Je referme la cage pour que ça se calme bien, un dernier jet de bombe de froid, je prends mon temps, je fume une cigarette en regardant les news à la télé, etc …. Je reviens voir s’il va bien, je le toise bien pour créer une atmosphère bien inégale, et pour montrer que ce qui est enjeu ultime pour lui n’est pour moi qu’un petit jeu, je prépare mon fauteuil, une tablette, mes petites affaires, cendrier, cigarettes, et bien sur le minuteur.

Quand j’ai pensé que c’est le moment, je vais faire un dernier passage sur ma tenue. Cette fois, j’avais retiré un gros gilet un peu informe pour laisser apparaître un pull fin très moulant qu’il m’avait offert et qu’il attendait de me voir porter un jour. Un beau rouge sur les lèvres, les cheveux en arrière…  Donc moi bien prête, et son sexe visiblement bien petit, je m’installe. Sans retirer la clé de mon cou, je me penche et j’ouvre le cadenas, sans ouvrir la cage. Je lance le minuteur, et je retire la partie pénienne de la cage sans retirer l’anneau autour des testicules, bien sur. 3 minutes, ça ne vaut pas le coup. En voyant les chiffres défiler je le sens déjà contracté. Le contraste ne fera que s’intensifier durant ces 3 minutes, lui de plus en plus crispé, pauvre chéri, et moi de plus en plus lente et détendue…

Pour commencer, je crois que je l’ai surpris. Bien sur, j’ai pris son sexe dans ma main, avec douceur, et j’ai bien vérifié que le gland était bien recouvert par la peau du prépuce, en approchant mon visage. Facile quand c’est tout petit. Et c’était vraiment petit. Après 10 semaines dans un réduit de quelques cm3, libéré d’un coup, l’érection ne peut pas survenir d’un coup… Comme le temps commençait à tourner il devait s’imaginer que j’allais le décalotter et commencer à le branler sans perdre de temps… Mais non, après 10 ou 15 secondes, je l’ai pris dans ma bouche. Une vision extraordinaire pour lui, et rare … Mais avec le gland recouvert de la peau je suppose que la sensation n’était pas au niveau de la vision. L’avantage amusant de la petitesse est de pouvoir le prendre en entier… Je l’ai délicieusement et chaudement mâchouillé de la langue 10 ou 15 secondes, avant de l’abandonner et de le reprendre dans la main, pour constater qu’il n’était pas en érection … Ou si peu … Je lui ai fait la remarque perfidement, en lui disant que si ma bouche ne l’excitait pas plus que ça, j’allais continuer autrement…

J’ai donc commencé à le branler avec beaucoup de soin et de gentillesse, mais plutôt (trop ?) lentement, et en conservant le prépuce fermé. Après une minute, c’est à dire 1mn30 au chrono, son sexe avait un peu grossi, et du coup un tout petit peu du gland apparaissait tout au bout. Je me suis penchée pour le titiller de la langue, en riant, il faut dire que c’était amusant de le voir pointer désespérément le bout du nez.
Je me suis alors arrêtée pour allumer une cigarette. Je réalise à quel point il a du avoir du mal à se retenir de hurler (c’eut été l’erreur !) en voyant le chrono défiler. Mais en fait son sexe a continuer de grossir pour atteindre disons 40% d’une érection normale …

A ce stade, j’ai repris en commençant par bien refermer le prépuce, en force, puis en branlant toujours lentement. Puis j’ai ouvert le prépuce en grand, et j’ai senti tout son corps vibrer de plaisir (je suis gentille hein ?). Mais j’ai ensuite lentement refermé avec le mouvement suivant, tout en approchant ma bouche très près.  A 2mn30 je lui ai fait remarquer que je ne l’excitais pas beaucoup, et que finalement, s’il ne jouissait pas, j’allais refermer pour 10 semaines quand même et procéder par traites les prochaines fois. A ce moment, malgré le peu d’érection, il a eu son orgasme ! A quelques secondes de la fin ! Pas un orgasme royal, d’autant que j’ai maintenu le sexe un peu serré. Certains vont penser à ce qu’on appelle un orgasme ruiné, disons que c’était à moitié le cas, il faut quand même offrir un peu …

Mais ma conclusion, à haute voix, a été que finalement, ni ma bouche, ni ma main, ni encore ma tenue très moulante, n’auront permis à mon mari d’aboutir. Mais que par contre, la menace de refermer sans qu’il n’ait pu jouir, pour 10 autres semaines, avec des traites à la clé, a directement déclenché son orgasme. Tiens tiens …
J’en déduisais donc que pour jouir, la perspective de ma cruauté et de privations plus cruelles l’excitaient plus encore que toute autre gâterie …
En m’entendant édicter cette conclusion et comprenant ce que je pourrais concrètement en déduire sur mes décisions futures, il a failli avoir un second orgasme, ce qui n’a fait que renforcer l’idée que le renforcement de ma cruauté était à la fois ce qu’il craint le plus, et … ce qui l’excite le plus …
Craignant qu’il puisse en profiter inopinément, je me suis dépêchée de nettoyer l’oiseau et de refermer la cage. Une fois tout bouclé, je me suis laissée aller à éclater de rire en le détachant.

Je lui ai ensuite octroyé la fin de la journée de liberté (je ne parle pas de la cage bien sur) pour qu’il se remette, mon pauvre chéri …

Pour les gens que ça intéresse, les photos des outils pour le mettre à ma merci totale :

Le kit de blocage debout contre une porte. En cliquant dessus vous aurez toute la série des photos et des explications. Franchement efficace. Il faut prévoir la mis en place, mais il peut le faire pour que vous n’ayez plus qu’à boucler ! Il peut rester très longtemps en place, il n’y a pas vraiment de fatigue … Et les réglages des sangles sont faits une fois pour toutes. Je le ré-utiliserai !

L’écarteur maison. Il m’arrive aussi de l’utiliser pour les bras. Dans ce cas je cadenasse aux menottes de poignets, et la barre passe derrière le dos de mon mari. Assez handicapant, mais n’empêche pas de me préparer un café ou de me lécher à genoux (pendant que je bois le café ^^)

 

32 Commentaires

  1. Mes respects Maitresse Marie Séverine,

    Effectivement, la cruauté d’une privation ou d’une mise à exécution d’une menace importante est la plus grande excitation que je puisse également ressentir. C’est vraiment très étrange, mais c’est sans doute dû au fait que l’on se sent totalement contrôlé et totalement à la merci de sa dominatrice, en tout cas, c’est mon cas. Je reste admiratif sur votre domination sur le très long terme. Je pense que votre mari à bien de la chance, même si ce n’est pas facile tous les jours pour lui, il doit vraiment adorer au fond de lui. Bonne continuation.

    soumis emmanuel

  2. Bonjour,
    Toujours des articles très intéressant.
    10 semaines enfermer, félicitation. J’en suis bien loin avec mes 7 jours.

  3. Bonjour,
    Comme dit emmanuel, « Je pense que votre mari à bien de la chance, même si ce n’est pas facile tous les jours pour lui, il doit vraiment adorer au fond de lui. Bonne continuation. »
    Une suggestion qui vaut ce qu’elle vaut : pourquoi, exceptionnellement, ne pas l’inviter ou lui demander de noter sur une fiche ce qu’il ressent ce scénario 10 semaines / 3 minutes ?
    Le propos, à première vue, n’est pas totalement démesuré, utopique, puisque, par exemple, un texte de Sam explicite, voire démystifie son parcours, se quête du plaisir au second degré :
    *** « Pour Sam, la cage est synonyme de libération »
    Comme emmanuel : Bonne continuation

  4. Merci d’avoir accepté ma question.
    Voici mon complément tout personnel, évidemment.
    Quand on a passé une sorte de contrat, en fait rencontré un ou plutôt LE contexte désiré, d’abord fantasmé avant d’être intégré, assimilé, puis revendiqué, l’angle de perception évolue parallèlement !
    (Un rappel qui vaut ce qu’il vaut : les prêtres font vœux de chasteté, en fait détournent leur plaisir sexuel en l’offrant, en communiant avec Dieu. Si je n’ai aucune idée sur la masturbation éventuelle des curés, a priori, la chasteté pourrait être absolument vécue lorsque la foi est maximale)
    Tout porte à croire que les désirs du mari de Marie-Séverine sont en correspondance étroite avec les siens, sont très complémentaires.
    Les faits
    Marie-Séverine pense lui montrer que : … « ce qui est enjeu ultime pour lui n’est pour moi qu’un petit jeu » (Et si ce dit « enjeu ultime » devait se décrypter autrement ? ! V. par ex. les impressions de Sam !)
    . Après 10 semaines dans un réduit de quelques cm3, libéré d’un coup, l’érection ne peut pas survenir d’un coup…OK MAIS !
    Je l’ai pris dans ma bouche. Une vision extraordinaire pour lui, et rare … Oui mais … avant de l’abandonner et de le reprendre dans la main, pour constater qu’il n’était pas en érection … Ou si peu …
    Après une minute, c’est à dire 1mn30 au chrono, son sexe avait un peu grossi …
    Mais en fait son sexe a continué de grossir pour atteindre disons 40% d’une érection normale !
    *** Oui, cela n’a pas été la panique ! *** Le cerveau a réagi en pesant le pour et le contre, donc lentement !
    Puis j’ai ouvert le prépuce en grand, et j’ai senti tout son corps vibrer de plaisir (je suis gentille hein ?) À 2mn30 je lui ai fait remarquer que je ne l’excitais pas beaucoup, et que finalement, s’il ne jouissait pas, j’allais refermer pour 10 semaines quand même et procéder par traites les prochaines fois. A ce moment, malgré le peu d’érection, il a eu son orgasme ! Pas un orgasme royal … Oui, of course ! La encore le cerveau a calculé le pour et le contre !
    « Mais ma conclusion … la menace de refermer sans qu’il n’ait pu jouir, pour 10 autres semaines, avec des traites à la clé, a directement déclenché son orgasme. Tiens tiens …
    J’en déduisais donc que pour jouir, la perspective de ma cruauté et de privations plus cruelles l’excitaient plus encore que toute autre gâterie … ce qui n’a fait que renforcer l’idée que le renforcement de ma cruauté était à la fois ce qu’il craint le plus, et … ce qui l’excite le plus » *** « Craignant qu’il puisse en profiter inopinément … »
    Est-ce si sûr qu’il en aurait profité ? ! !
    Bon, Pourquoi chercher plus en profondeur puisque tout va pour le mieux pour Marie-Séverine qui éclate de rire et pour son (d’après elle) son « pauvre chéri »
    Effectivement, tout raccorde !
    Le seul point qui pourrait mériter un approfondissement ne serait-ce pas le mot « pauvre » ? !
    Son chéri ne lui offre-t-il pas tout son amour en lui laissant croire qu’il est « le pauvre » et en se faisant plaisir au second degré (Comme le prêtre … … …) d’honorer à plein les désirs de sa Divine ? !
    Dans tous les cas, ça baigne ! À chacun(e) d’aller plus loin ou pas …

    • Waow … difficile à lire now. Tu copies, tu ajoutes et tout ça dans le texte.
      C’est amusant ce rapport entre chasteté avec sa femme et la religion. Mais as tu bien tout compris ?
      La chasteté dans la religion c’est pour s’assurer que le patrimoine de l’église n’est pas redistribué sous forme d’heritage.

      La chasteté dans le couple c’est pour l’échange de pouvoir. C’est une approche soft ou moins lorsque la dame pousse la période d’abstinance à plus longue échéance. Mais ça reste un jeu sexuel tout comme le strapon (gode), etc.

  5. Bonjour Madame Séverine.

    En ce qui me concerne, j’ai le droit à une éjaculation tous les 3 mois, si j’y arrive….

    Etant impuissant, ma Maîtresse me donne du VIAGRA.

    Une fois l’effet installé que j’ai une érection, Maîtresse me mets de la crème anesthésiante ainsi que 2 préservatifs par dessus.

    Je me mets ensuite sur un sextoy (un vagin pro XTRA angel).

    Maîtresse a le chrono en main, j’ai 2 minutes pour réussir à éjaculer, autant dire que la plupart du temps c’est très difficile…

  6. Mes respects Madame MS
    Merci pour ce merveilleux article, une fois de plus…Quelle belle maîtrise, du début à la fin, de ce moment si rare pour votre soumis ! On sent que tout est fait pour qu’il n’ait pas la possibilité de laisser libre cours à son plaisir malgré sa sortie de cage, et qu’il n’ait pas ainsi la prétention, ne serait ce que l’espace d’un instant, de pouvoir vous échapper. Tout est pensé dans les moindres détails : cadrage strict du temps de possibilité de jouissance (le minuteur, et la cruauté de sa sonnerie, bien en évidence, le blocage de toute velléité avant et après le temps imparti !), contraintes maintenues durant le temps hors de la cage pour éviter un débit trop important (god dans l’anus, anneau de la cage resté en place, sexe maintenu serré lors de l’orgasme…), prépuce gardé le plus longtemps possible à couvert et gestes lents pour éviter un emballement trop libérateur, libre jouissance à votre guise des minutes qui s’égrènent (Ah cette cigarette…), petits plaisirs distribués par générosité pour l’aider à respecter le temps imposé…
    Votre maîtrise se manifeste également par la précision mathématique qui ressort de votre récit : vous avez su le maintenir à 40% d’érection…(donc 60% de frustration ou d’impuissance ?). Mais plus encore par le sentiment que nous avons à vous lire que ces trois minutes ne sont qu’une étape vers le but dont vous lui dévoilez progressivement l’importance pour son bien être : qu’il ne jouisse que de la crainte des « privations et cruautés » que vous lui attribuez dans le quotidien.
    Vos articles, Madame MS, sont un peu nos trois minutes à nous, que vous nous offrez généreusement sur votre temps.

  7. Madame Marie-Séverine,
    Merci pour ce bel article détaillé et même cruellement détaillé ! Je suis, comme bien d’autres, admiratif de votre maîtrise. Maîtrise psychologique (autorité, ascendant), maîtrise de l’organisation, du temps, du rythme, des réactions de votre mari … Mais deux questions me « chagrinent ». Permettez que je vous les pose.
    Vous dites que votre mari n’est pas très porté sur le plaisir anal. Mais vous dites dans d’autres articles que vous le sodomisez très souvent et très profondément. Il doit donc détester ces sodomies continuelles et en souffrir ?
    Ensuite, vous limitez ses jouissances à 7 par an ! Et encore n’est-ce qu’à vos conditions (donc pratiquement jamais en vous faisant l’amour). Outre l’immense frustration que vous lui imposez, ma question concerne votre propre plaisir. N’avez-vous jamais envie de faire l’amour « classiquement » et qu’il vous pénètre ?
    Je vous présente mes respects et vous remercie de vos réponses.

    • Bonjour Cougarillo,
      Pour mari c’est assez ambigu …. Il fantasme sur l’anal, mais à l’approche et pendant, il craint … Il ne « souffre » pas au sens propre par contre, pour être claire. Selon lui, c’est une sensation a la fois supportable, et insupportable, et le fait que ce soit supportable fait que l’insupportable peut continuer inexorablement… Je ne sais pas si tu es avancé avec ça, mais c’est de lui !
      Pour les jouissances « classiques », ça arrive … Mais il y a tellement d’autres façons, je n’ai que l’embarras du choix et beaucoup à découvrir …

  8. Lire ces sortes de portes entrouvertes sur votre intimité est très intéressant.

    Elles m’amènent à me rendre compte qu’il y a dans la domination féminine un large éventail de différentes sensibilités, comme au sein de tout courant. Pour moi, vous êtes extrémiste.
    À l’instar d’un parti politique ou de la sous-branche d’une religion, vous justifiez votre propre pratique, votre propre philosophie quelque part, par une interprétation (radicale) des principes généraux de l’idéologie de base.

    Vous pourriez dire :
    « L’homme est soumis dans ce type de relation, la femme décide. Mon mari l’accepte et le veut. Même quand il redoute ou est affecté par mon autorité, ma cruauté, l’humiliation que je lui fais subir au-delà de ce qu’il envisageait, son inconscient me montre que malgré tout, une partie de lui aime et veut cela.
    Le soumis qui émet un doute contre une direction donnée par sa dominante est un souminateur, un faux soumis qui n’a pas encore trouvé le bon chemin.
    Je décide, fais confiance à mon propre jugement, et lui est toujours obligé de faire de même, de toute façon, car c’est la règle. »

    Si cela fonctionne pour vous et votre mari, s’il est réellement heureux et épanoui dans cette soumission hardcore (j’ai du mal à me le représenter mais je peux le considérer), alors sur le plan personnel je vous envie.

    En revanche, je crains que l’image du miroir que vous reflétiez desserve votre cause.
    Je m’explique. Vous semblez toujours heureuse de convertir des femmes à ce mode de fonctionnement dans un couple. Mais, à l’image du soumis qui un beau jour introduit brutalement sa compagne à cet univers en lui demandant des coups de fouet, votre part de radicalité n’en fait-elle pas fuir cinq pour en convertir une ? J’imagine que vous êtes plus progressive dans des échanges personnalisés, je fais référence aux articles du site.
    Je suis certain que, il y a 20 ans, vous n’imaginiez pas vivre la vie que vous avez aujourd’hui. Représentez-vous alors celle qui, par curiosité ou par amour, fait une recherche sur ce modèle vers lequel elle pourrait s’aventurer si elle y est positivement introduite. Imaginez-la tomber sur votre site et y découvrir des chastetés imposées de dix semaines, des maris impuissants, cocufiés, et des godes-ceintures de 25 cm…

    Il y a une chose qui me fait peur. C’est que les femmes qui embrasent ce type de relation semblent prendre tellement goût à la domination qu’elles en viennent à toujours plus repousser ses limites. Or ce chemin et ses dérives éventuelles (transition d’une relation amoureuse à une relation de maitresse-esclave, fins des coïts, perte de l’estime de soi, infantilisation, cocufiage, esclavage,…) je n’en veux pas. J’espère que c’est l’effet internet, que cela ne reflète pas la réalité et la majorité des relations.

    Car moi aussi j’aimerais vivre dans un monde où les femmes auraient plus de pouvoir que les hommes. Un monde dans lequel l’autorité de femmes émancipées permettrait à leur amour et sagesse naturels de gouverner, de canaliser le plus sanguin des deux sexes grâce à leur intelligence, sensibilité et pouvoir sexuel. Un monde où la femme serait communément à la tête du ménage, toujours en considérant les avis et les émotions de ceux sous sa responsabilité – comme tout bon chef.
    Une relation personnelle au sein de laquelle ma compagne aurait une supériorité nette dans la prise des décisions et dans notre sexualité. Un leadership, une domination, mais pas un esclavagisme.

    Elle peut m’exciter, mais jamais je ne souhaiterai une relation aussi extrême que celle(s) que vous vantez. Et que la plupart des adeptes de domination féminine, fantasmeurs et radicaux confondus, élèvent comme un modèle rêvé. En réalité, au lieu de renforcer mon idéal de domination féminine, vous le brisez.

    Guillaume, 26 ans, de Belgique

    • Bonjour Guillaume, et merci pour ton message.
      Notre site relatant des pratiques assez différentes, et quasiment tout le monde (hors injures ou mépris) pouvant venir donner son avis, y compris longuement, j’ai un peu de mal à accepter le terme d’extrémiste. Tu n’as pas du en fréquenter beaucoup 🙂
      Tu n’as peut être pas non plus rencontré beaucoup de couples dans lesquels les femmes sont dominées à l’extrême par leur compagnon (une morte tous les 3 jours sous leurs coups), et ceux là n’ont pas pour habitude d’aller le raconter sur des sites pour partager et discuter avec les internautes.
      Ici il n’y a de place que pour les adultes consentants, et chacun a son rêve, son idéal. Je te souhaite bonne chance pour trouver les tiens !

      • Bonjour à Toutes et tous…
        Euh, Miss Marie Séverine, vous marquez un point Goodwin là, en prenant en exemple ces couples où le mari violent bat sa femme.
        Pour Guillaume, je crois qu’il est un peu naïf de mettre les femmes sur un piédestal, au prétexte que leurs valeurs et qualités seraient supérieures à celles de hommes, c’est surtout une affaire de culture et d’individus.
        Je suis d’accord avec toi, quand au coté extrême de la relation vécue par Miss Marie Séverine et ses consoeurs, mais il faut garder à l’esprit que cette relation est voulue également par leurs maris soumis. Je pense que la notion de dressage évoquée souvent est un abus de langage, car c’est bien parceque le soumis est d’accord et en a envie que cela peut se faire. C’est là l’éternelle question de la D/s.
        Ce qui est extraordinaire dans la D/s, c’est que cette relation se construit à deux, de façon beaucoup plus consensuelle qu’il ne pourrait y paraître. A chacun de construire et de trouver sa limite, ne sois pas découragé 😉

      • Bonjour Madame, Je pense que vous serez évidemment d’accord dans le fait et l’exemple de couple que vous donnez où la femme est violentée et pire n’a aucun rapport et avec la « domination » et le thème général de votre site … bien à Vous et respectueusement.

    • Bonjour Guilllaune ,
      Je comprend votre point de vue mais le site de MS et un échange de bon procédé rien n’y est obligatoire .
      A mon époque où j’avais envie de trouver un Dominante ou de pouvoir en parler rien n’existait c’étais très tabou et ce site permet bien des échangent.
      Chaqun est libre de faire se qu’il veut heureusement
      est moi ma vie de soumis me conviens .
      Je ne voie aucun extrémisme la dedans elle prône ça façon de voir les choses et une liberté de paroles.
      Au plaisir
      Chriss

    • Félicitations Guillaume !
      Je suis 100% en accord avec vous
      Ce site fait fuir 10 femmes qui pourraient s’intéresser aux désirs de domination de leur maris/compagnons, pour une qu’elle intéresse peut-être …
      C’est trop extrême, le mari est trop avili, privé de plaisir etc…, humilié… Et du point de vue du mari/soumis…il faut vraiment pas de jugeote pour s’engager dans une relation de soumise sans limites définies, sans jamais de retour en arrière possible…comme dit Marie-Séverine

      • Ou,
        au contraire, permettre à celle qui approche ce rapport nouveau de voir combien nous autres-hommes, tergiversons, tournons autour du pot, cherchons les avantages tout en conspuant les inconvéniants. Et de s’y préparer…

  9. Quels sont les avantages d’une chasteté imposée de 10 semaines par rapport à une durée de 2 ou 3 semaines ?

  10. Bonjour Madame Marie Severine,
    Merci beaucoup de nous avoir fait partager ce sensationnel moment de Votre vie de couple.
    On ne peux qu’etre admiratif de ce que Vous réussissez avec Votre mari et du plein épanouissement que celà procure à vous deux.
    Respectueusement
    subfab

  11. Bonjour à Toutes et à tous,
    Merci encore pour vos témoignages et votre site.
    Il reste un point qui m’échappe :
    Vous avez le pouvoir de lui procurer des orgasmes, certes très rares, mais qui peuvent, j’imagine, être d’une folle intensité.
    Vous pouvez le faire pleurer de bonheur voire s’évanouir de plaisir et en tirer ainsi vous même une grande satisfaction.
    Pourquoi « gâcher » ce potentiel et se contenter d’un orgasme aussi rapide et comme vous le dites, pas l’orgasme royal ?
    Veuillez me pardonner si vous trouvez ma question stupide, je ne suis qu’un homme 😉
    Merci encore

    • Nous le faisons également, et j’aime la variété. Gâcher un moment attendu est aussi une marque forte de domination. Ne pas se soumettre à l’évidence, si tu vois ce que je veux dire …

  12. il et vrais que après un encagements de longues duré on a du mal bizarrement a avoir une érection rapide et quand on joui on a très peut de plaisir mais si on ne retourne pas en cage les autres fois on retrouve un vrais plaisir en jouissant c’est se que j’ai vécue a chaque fois .un jour peut être trouverais je une maitresse qui s’occupera sérieusement du contrôle de mon plaisir

  13. J’ai la même remarque que Cedelicou et j’ai compris votre réaction, Marie Séverine : le frustrer alors qu’il attendait une vraie jouissance constitue une moment de plus où votre domination s’exerce sur lui. Vu qu’il est devenu très docile, les moments où vous pouvez le contrecarrer et donc affirmer votre suprématie deviennent plus rares !
    Mais ne desservez-vous pas votre cause ? La cage de chasteté qui est, comme vous l’avez souvent indiqué, un puissant moteur de domination, va perdre de son effet si son port devient permanent et total. Si votre mari est toujours en cage (ou tout comme), le mettre en cage ne sera plus ni une punition ni un moyen de domination. Cela deviendra une banalité. Il faut qu’il retrouve des moments de plaisir sans cage pour que la cage garde son pouvoir.
    Aussi, pensez à le libérer de temps à autre, non pas par pitié ou par compassion mais par sadisme afin que son retour en cage n’en soit que plus efficace vis à vis des buts que vous poursuivez.

  14. Bonjour BEN B. Votre raisonnement est à première vue sensé !
    1. Celui-ci a l’intérêt d’être « rationnel » ou logique ou de bon sens (vu de l’extérieur) Mais peut-être que, précisément, là se trouve sa faiblesse (Mais je ne sais pas vraiment, n’envisage pas affirmer quoi que ce soit !)
    2. Par exemple, dans un témoignage, Sam expliquait que le port continu l’arrangeait. Qu’il craignait l’ouverture momentanée, très courte, parce que le retour, le reconditionnement était plus éprouvant que la pseudo-jouissance, ou tout au moins une gêne non désirée, non indispensable.
    3. Il me semble que cette notion de plaisir par la verge, au bout d’un certain temps, quand on est convaincu que le port demeurera en permanence, même avec des exceptions de quelques minutes insuffisantes pour jouir et consommer pleinement, évolue, SE DÉPLACE VERS D’AUTRES CENTRES D’INTERÊT ….
    4. Marie-Séverine pourrait, si elle le jugeait bon, détailler plus.

  15. Récit très sympa à lire mais comment croire que l’on puisse tenir 10 semaines en cage sans RIEN 😉
    Pour ma part même pour 5j, j’arrive au milking sans problème et couler … SEUL 😉

  16. bonsoir, a toutes et a tous, je suis nouveau sur le site , après plusieurs années de mariage, ma femme commence a me dominer, elle a commencer a me vouvoyer, et me demande d’en faire autant, je suis un peut perdu car ne sais pas trop quoi faire, pour lui être agréable j’aimerais bien avoir de l’aide merci a tous bonne soirée.

    • Bonjour Marie Séverine
      J’ai relue votre article et je m’interroge Mon petit mari est régulièrement en cage 10 semaines de suite et lorsque je le libère il lui faut au moins deux bonnes heures pour obtenir une érection de qualité et donc votre aventure de 3 minutes pour notre couple est impossible, enfin pour lui…..
      Dame Aroma

      • Remarque tout à fait pertinente et Ô combien frustrante que de constater que nos chers compagnons, malgré plusieurs semaines d’abstinence, montrent aussi peu de vigueur lorsqu’il s’agit de nous prouver leur virilité et leur désir.

        Les plus patientes d’entre nous useront de tous les artifices pour que l’organe de leur chéri retrouve un semblant d’orgueil et de fierté afin de lui offrir une jouissance digne de ce nom.

        Les plus impatientes ou les plus cruelles, dont je fais partie à l’instar de Marie Séverine, feront partager ce sentiment de frustration à leur conjoint en masturbant leur sexe encore flasque.
        Pour ce faire, il suffit de plaquer une main contre son ventre, à la base du pénis tout en l’enserrant. Cette simple pression provoque un léger afflux sanguin dans la partie haute de la verge qu’il convient alors de masturber vigoureusement avec l’autre main jusqu’à éjaculation.

        Cette technique fonctionne très bien sur mon époux qui gicle immanquablement dans les 5 minutes sans pour autant en éprouver un réel plaisir.

        Aussitôt dit, aussitôt fait, en quelque sorte et retour en cage en attendant de nouvelles aventures !!

  17. Bonjour à Toutes les Dames et à tous,
    juste un petit témoignage sur la durée de chasteté: Ma Chérie et moi vivons sous le régime de la Domination Féminine depuis le début de notre relation et, évidemment, pour moi, la chasteté qui va avec. Initialement les périodes de chasteté étaient de 8 à 10 semaines, sans poser de problèmes, l’espoir d’être « libéré » me faisant tenir et être attentif à Ma Chérie. Depuis août 2016, Ma Chérie a décidé que ces périodes passeraient à une année complète. Je suis donc chaste depuis 9 mois et pour 3 mois encore minimum…
    Mon comportement a changé, je suis toujours à l’écoute de ma Chérie, recherchant à satisfaire ses besoins et envies. La question de la récompense par la « libération » ne se pose plus, la durée est trop longue. Je ne vais pas refaire l’exposé du fonctionnement des hormones masculines, mais ça marche!
    Je suis très satisfait que cette décision de Ma Chérie, je suis soumis dans l’âme et heureux de mon nouveau comportement. Si, en août prochain, ma Chérie décide d’opter pour une nouvelle année de chasteté ou pour une chasteté définitive, je l’accepterai.
    L’utilisation du gode-ceinture me procure un certain plaisir, qui ne remplace pas celui d’une jouissance mais… c’est sa décision et j’aime cela.
    Voilà mon témoignage, alors Mes Dames, n’ayez pas de scrupules, la chasteté masculine est un bienfait pour le couple

  18. Bonjour , les maitresses
    Pourriez vous me dire a quoi corresponds les clées que l ‘on voit de plus en plus sur les chaines de cou de certaines femmes y compris a la télévision , merci pour vos réponses Criss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *