Chasteté, cage, prostate et santé : un avis médical

Merci à cet anonyme de cette contribution !

Bonjour

Je voulais vous faire part de ma perplexité à propos du problème de prostate qui serait consécutive à une chasteté prolongée.
La plupart des sites se rapportant à la chasteté annoncent en effet que le maintien d’une chasteté durable accentuerait les risques de mauvais fonctionnement de la prostate des hommes et pourrait même entraîner un cancer. Il est alors proposé plusieurs techniques de pression qui permettrait de vidanger cet organe sans entraîner de plaisir.
Ce qui est étonnant, c’est que le risque d’impuissance liée au port prolongée d’un dispositif de chasteté contraignant sur la circulation sanguine n’est que rarement évoqué.

Médecin et chercheur scientifique de mon état vanille, je me suis penché un peu sur ce problème.

Divers problèmes de confort sont susceptibles d’apparaître quand la cage de chasteté est trop grande parce que les corps caverneux peuvent rapidement s’emplir mais moins bien se vider du sang érectif, notamment lors des érections réflexes nocturnes. Ces douleurs peuvent facilement être réduites ou même ne pas apparaître si le dispositif de chasteté épouse parfaitement la taille d’un pénis au repos, soit entre 3,6 et 6cm en moyenne. Plus la cage sera étroite et petite, moins le risque de dysfonctionnement sera grand, évitant le problème récurrent des douleurs nocturnes. Ce sont les cages trop longues ou trop grandes qui peuvent occasionner des problèmes aux flux sanguins et au fonctionnement des artérioles. Au contraire, en empêchant le tout début d’une érection, une cage très courte reste confortable (mais terriblement frustrante), évite les douleurs et peut être portée sur de très longues périodes, pour peu qu’elle soit une cage en métal chirurgical ajourée, comme la « jailbird » ou même les cages « chinoises » par exemple, facilitant un nettoyage minutieux du gland.
La cage n’entraînera alors qu’une forte frustration, longue et pénible, mais en aucun cas douloureuse et plus le port du dispositif durera, plus la frustration augmentera. C’est le privilège de la chasteté d’être efficace avec le temps. Il faut un minimum de trois jours pour en sentir les effets, qui s’estomperont un peu avec le temps, mais qui, si ils sont attisés sexuellement, peuvent s’avérer très puissants avec les mois et les années. L’effet est quasi maximal au bout de six mois sans interruption, mais peut encore être augmenté sur plusieurs années.

Néanmoins, le port prolongé d’un tel dispositif ne sera pas sans effets à long terme sur les capacités érectiles. Une certaine impuissance, due à l’inertie des corps caverneux, se fera sentir au bout de quelques mois. Cette impuissance reste généralement temporaire si l’exercice normal des érections nocturnes y pourvoit, mais peut aussi s’avérer plus capricieuse si la chasteté s’est poursuivi sur du long terme. Ceci dit, les porteurs doivent donc être avisés de ce réel problème et en assumer les conséquences. De fait, un soumis chaste, volontaire sur une longue période, et qui n’aurait plus à utiliser son pénis pour une jouissance, ne devrait pas s’en préoccuper puisque le problème de dysfonctionnement érectile n’engagera aucun trouble majeur, sinon une frustration accrue. Mais, dans de rares cas, l’impuissance pourrait s’avérer définitive.

Au bout d’un an, l’inertie des corps caverneux peut également entraîner un léger raccourcissement de la taille du pénis en érection, mais le pénis retrouve sa taille assez rapidement après quelques mois d’érections normales. Pour ma part, j’ai noté un raccourcissement de plus d’un centimètre en trois ans de port sans rémission.

Bien entendu, la prostate fonctionne comme une glande assez ordinaire et avec le temps et un fonctionnement réduit, la plupart des hommes connaissent un épaississement de sa paroi qui en réduit la souplesse. Cela n’a pourtant rien à voir avec une pathologie sévère. Il s’agit seulement d’un état de fait lié à l’âge. Chez la majorité des hommes, la « vidange » de la prostate n’a rien de nécessaire car en fait, elle ne se remplit pas. Je ne sais pas d’où vient ce mythe réitérée de la nécessaire « traite » de cet organe.

En fait, le liquide prostatique accompagne le sperme lors de l’éjaculation et est produit en continu. Mais il se résorbe aussi plus ou moins en continu, ou bien finit par s’écouler tout seul lors de « pollutions nocturnes ». Il n’y a lieu à « dégorger » la glande que dans de rares cas pathologique de d’épididyme bouché, voire lors de cas exceptionnel de dureté de la paroi glandulaire. En règle générale et hors rarissimes cas d’inflammation, il n’y a nul besoin de laisser s’écouler le liquide prostatique, pas plus qu’il n’est obligatoire de dégorger les glandes de Skene des dames.

Quand au cancer de la prostate, bien qu’on ne sache encore pas tout sur sa genèse, il y a tout lieu de penser qu’il n’a rien à voir avec la quantité d’éjaculations. Pour le cancer, il s’agit d’abord d’un problème de prolifération cellulaire. La (très mince) corrélation potentielle qui existerait avec le cancer de la prostate concerne le nombre déclaré d’actes sexuels par semaine inférieure à 1 ou supérieure à 10 sur un échantillon non représentatif et dont on ne sait même pas l’hygiène de vie réelle. Bien d’autres substances, alcool, drogues et surtout polluants perturbateurs endocriniens peuvent être aussi en cause. Aucune étude ne concerne un lien entre cancer et nombre d’éjaculats. Au demeurant, il n’existe aucune surmortalité due au cancer de la prostate chez les personnes chastes volontaires (prêtres et sectes religieuses étudiées). En revanche, presque tous les hommes finissent par montrer des signes de dérégulation prostatique et de cancer lié à l’âge, et cela, qu’ils soient baiseurs impénitents, chastes, impuissants, prêtres ou éjaculateurs précoces. La recherche porte bien davantage sur les mécanismes enzymatiques de régulation cellulaire. De même, le nombre de cancer de la vessie n’a rien à voir avec le nombre de miction ou le cancer de l’intestin avec le nombre de repas….

En l’absence d’études cliniques réelles, je ne comprends pas d’où vient ce ‘mythe urbain » tellement décrit que nombre de participants s’imposent des éjaculats par pression de la prostate dont rien ne prouve ni l’efficience ni l’absence de plaisir.
Au contraire, ces éjaculats par pression sont régulièrement l’objet des orgasmes lors de relations sodomiques. La jouissance trouvée par ce biais peut être faible ou importante selon les personnes, mais la « traite » de la prostate ne fonctionne qu’à cette condition de provoquer un orgasme, qui, chez l’homme, est directement lié à l’éjaculation (effet sur les sphincters de la prostate).

Aussi, est-il étonnant que des personnes renonçant à l’orgasme coïtal puisse croire que l’orgasme anal serait inexistant. Peut-être apparaît-il plus contraignant et plus humiliant pour des hétérosexuels peu au fait des pratiques amoureuses, mais en aucun cas, cette libération du sperme ne me semble sujette à éliminer des problèmes prostatiques ou à réduire une jouissance. Malmener votre prostate peut limiter peut-être le plaisir masculin, mais c’est pourtant à cause de la pression du pénis dans le rectum sur cette glande par leur partenaire « actifs » que les homosexuels « passifs » obtiennent leur plaisir.

Ma conclusion est donc que une chasteté imposée sur le long terme reste tout à fait possible et d’autant plus frustrante que le dispositif est étroit et que la personne n’obtient aucune éjaculation. Il reste inutile d’exercer toutes ces pressions sur cette « pauvre » glande masculine alors qu’on devrait davantage prévenir les porteurs de dispositif de chasteté du risque vrai, mais faible, d’impuissance à long terme. La culpabilisation des femmes dominantes maltraitant le pauvre soumis ne devrait en tous les cas pas être légitimée par cette pseudo « raison scientifique » et rien ne me semble justifier l’apprentissage de ces techniques de « traite » si ce n’est un jeu d’humiliation par exemple.

Il serait sage d’en finir avec ce mythe bizarre, une chasteté sur plusieurs années n’entraînera sûrement pas de cancer de la prostate, mais en revanche une très longue frustration.

Le problème récurent des irritations sous le pénis reste certainement le facteurs le plus limitant de la durée car les inflammations cutanées et les coupures doivent impérativement être soignées afin de ne pas entraîner de complications majeures. Il faut pour cela tester longuement la cage et trouver celle qui limitera les frottements. En fait, une cage très courte en acier chirurgical interdit toute évasion du pénis et réduit le risque d’irritation.

Si une dominante souhaite faire perdurer la chasteté de son soumis sur de très longues périodes, il n’existe aucun motif réel de se soumettre à des exercices de pression de la prostate, le soumis, porteur d’une cage de chasteté étroite, de la taille du pénis au repos, pourra être gardé chaste aussi longtemps que les deux protagonistes consentants le souhaitent.
Et le moindre paradoxe c’est que la chasteté est à la fois peu douloureuse et encore davantage frustrante avec une cage très étroite qui interdira toute érection normale ! Les soumis doivent donc y songer, rien n’empêche une femme de vous garder en chasteté trois ans ou davantage sans autre soin que le nettoyage de votre gland et cela sans même avoir à ouvrir la cage de chasteté.

La solution de frustration confortable implique donc une cage aussi courte que votre pénis au repos et portée sur une période aussi longue que votre maîtresse le souhaite, et cela sans aucune rémission…

Amusez vous bien.

L’auteur (appelons le Alfred) souhaite rester anonyme. Merci encore !

88 Commentaires

  1. Bonjour à toutes et à tous,
    Je suis encagé 24 h/ 24 depuis 8 ans. D’abord pendant 3 ans dans une cage très large, ensuite dans une autre faite sur mesure du pénis au repos et qui ne permet donc aucune érection.
    Depuis 3 ans j’ai un oedème gros comme une petite noisette au prépuce, manifestement occasionné par une circulation lymphatique ralentie par la cage compressant le dessous de la base du pénis. C’est totalement insensible et se résorbe après une libération de quelques heures.
    J’imagine ne pas être le seul à m’être inquiété à cette occasion.
    Nicolas.

  2. Marie Séverine

    Bonjour,
    Tant mieux si cela se résorbe. Mon mari a surtout eu des irritations au niveau de l’anneau qui est à la base. Quelquefois un peu longues à soigner.
    Cet anneau, il faut bien le choisir, pour qu’il n’y ait pas trop de compression. Si on choisit une partie pénienne vraiment petite, comme je le pratique (et j’étais contente de voir que l’auteur de l’article en est venu à la même conclusion), il n’y a pas le moindre début de soupçon d’érection possible, et donc pas d’afflux de sang. Et donc pas de problème de variations pour cet anneau de base.
    Le pénis est parfaitement à l’étroit, les corps caverneux ne peuvent plus se remplir.
    Mon mari en cage, au début, avait de l’espace. Résultat : il bandait dans sa cage. Certes, très peu, mais il bandait !
    J’ai réglé la question quand j’ai compris (rire).
    Maintenant, il bande quand je l’accorde, un tout petit peu pendant les toilettes. Il a à peine le temps que je suis déjà en train de refermer …
    Il y a quelquefois des gonflements de peau à l’intérieur. C’est un peu le même principe : s’il y a de la place, ils peuvent se développer et créer des démangeaisons.
    S’il n’y a pas de place, moins de risques.

    Conclusion : Mesdames, encagez petit ! Très petit ! Il y aura moins de problèmes, et vos compagnons subiront une vraie chasteté, et pas un petit jeu excitant.
    Détenir la clé et le contrôle de leur sexualité sera plus … intéressant ! (rire)

    • bonjour, au début de votre intervention vous parlez des irritations de votre mari autour de l’anneau, j’ai le même soucis qu’avez vous fait pour y remédier ? quel type de cage porte t’il actuellement et a t il encore ce problème.
      Je vous remercie de m’avoir lu.
      vincent

  3. Bonjour,

    Serait-il possible de savoir dans quelque cas l’impuissance lié à la chasteté est définitive ? Il y a-t-il des critère qui la prédise ?

  4. Bonjour
    Deux remarques par rapport à ce que je viens de lire:
    – 1ere remarque: Pourquoi devrais je perdre mon temps à faire la secrétaire ? Mon mari fait cela très bien (en plus de toutes les taches ménagères évidemment). Il n’y a rien de très valorisant à payer des factures, remplir des feuilles de sécurité sociale, ou autre déclaration d’impôts! Par contre en ce qui concerne l’argent, mon mari me vire une somme importante chaque mois sur mon compte perso. Il n’a aucun regard sur ce que j’en fais. Par contre, il n’a pas le droit à un compte perso, uniquement le compte joint, et là j’ai le contrôle.
    – 2ème remarque: J’ai lu que la durée de chasteté pouvait être allongée d’UNE JOURNÉE en cas de punition! Pour moi, l’unité de prolongation de chasteté en cas de désobéissance est LE MOIS! Actuellement je n’ai pas libéré mon mari depuis 5 mois, il en a encore pour un mois minimum.
    Cordialement

  5. Marie Séverine

    Bonsoir Sylvie
    C’est effectivement une question que je me suis posée. Prendre le contrôle administratif prend du temps (et de l’énergie). Du coup, la question que vous posez à un sens !
    Je crois que chacune fait à sa façon. Votre mari doit certainement agir sous contrôle.
    Pour ma part, même si ça me prend du temps, j’ai choisi de lui retirer toute information, ce qui fait qu’il va dans sa vie administrative comme avec une cagoule.
    L’effet est très déstabilisant.
    Ce n’est qu’une des options mais pour ma part, je lui laisse toutes les tâches ménagères, comme vous, et c’est le secondaire. Et je garde le coté « tertiaire » . Les « papiers », je les fais à son ancien bureau, lui dessous. Ça a son charme ^^
    Bonne soirée, et à bientot ?
    Vous êtes la bienvenue pour un article complet, écrivez nous ! (contact@jedominemonmari.com)

  6. Bonjour,
    Je pense qu’on compare deux conséquences qui n’ont pas le même niveau de gravité. Personnellement, que mon soumis devienne impuissant ou subisse un raccourcissement de son pénis ne me gène pas. Psychologiquement, cela peut même renforce sa soumission. En revanche, je ne veux pas qu’il développe un cancer de la prostate !
    Ceci étant dit, je ne crois pas à cette histoire de vidange obligatoire sous peine de problème grave. Je pense qu’au bout de quelques jours/semaines, des écoulements spontanés évacuent naturellement le trop plein.
    Cependant, j’utilise régulièrement le milking sur mon mari : cela me permet de réguler le niveau de sa « tension sexuelle ». Un orgasme complet abaisse trop cette tension et il faut au moins deux-trois jours pour qu’il soit de nouveau frustré et donc soumis. Mais a contrario, une chasteté au delà de 10 jours l’amène à un niveau de tension qu’il me (lui) devient difficile de gérer. Il se rebelle, et je risque d’être débordée. Cette notion est d’ailleurs intéressante à piloter. Je trouve qu’elle se retrouve également avec les animaux : je suis par ailleurs cavalière et dresseuse de chevaux, et j’observe qu’un animal finit par « exploser » et tout casser si la contrainte est trop forte. Le dressage est alors un art subtil où il faut encadrer, de façon à ce qu’à chaque instant, l’animal choisisse la soumission, parce qu’elle serait encore plus confortable que la rébellion.

    • En effet, c’est tout à fait ce que j’ai ressenti auprès de ma dernière compagne. La pression était telle que cela devenait invivable et je suis parti.
      La maîtrise ne s’apprend pas du jour au lendemain. Il faut avoir du tact, du doigté et une grande subtilité.
      Toutefois, vous avez un savoir faire qui me laisse admiratif. L’habitude du dressage des chevaux certainement.

    • Marie Séverine

      Bonjour Emma, et merci beaucoup pour ce commentaire.
      Je songe depuis un moment à faire un article sur le dosage. Dominer, ce n’est pas martyriser. Dresser, c’est doser. On ne peut pas demander la même chose à tous, mais on doit exiger de chacun ce qu’il sait déjà faire + un peu plus. Et ce progrès demandé doit satisfaire à votre formule que j’aime bien, le choix du plus confortable ^^. On fait cet article à 4 mains ?

    • Excellemment décrit… ! ! !

  7. Compliment, c est un plaisir de vous lire

    • Marie Séverine

      Merci.
      Il y a un rapport entre la cage de chasteté et la bourse ^^ Ici on sait comment les faire gonfler (les bourses) en ne prenant que très rarement les dividendes ^^

  8. un peu pres le genre d’idee dont je me fesait a propos de ce sujet, merci bien pour ce succulent article.

  9. Royal ce moment passez a vous lire, je vous remercie enormement pour cette excellente.

  10. Ce texte vient confirmer ce que je pense depuis pas mal d’année déjà sur le fait qu’une CB doit être le plus ajusté possible.
    Toutefois je pense utile pour les nouvelles qui n’ont pas encore poser de CB sur leur slave boy de préciser quelques points qui sont souvent passer sous silence :
    En effet si chacune de nous sait bien qu’un pénis change de volume et de consistance de nombreuses fois au cours d’une journée et d’une nuit, rendant la prise de mesure on ne peut plus compliqué, ont sait moins qu’il en est de même pour le scrotum ce qui peut engendrer de lourde erreurs au niveau de l’anneau principal.
    En effet un anneau trop large même de quelque millimètres peut glisser dans la journée sous le poids de la cage alors qu’au moment des mesures il paraissait très ajusté.
    Pour prendre cette première mesure il faut que le scrotum soit très très détendu, il est donc nécessaire d’attendre le soir par une température ambiante d’au moins 20 ° C, la verge doit être absolument flasque, si votre soumis est jeune et que la simple idée de toucher son sexe l’excite, c’est cuit ! la mesure sera fausse, à vous de faire ce qu’il faut pour être en présence d’un pénis et d’un scrotum parfaitement flasque.
    Un diamètre d’à peine 4 cm est chose courante dans cet état, la mesure du pénis pour la cage elle même doit être prise au contraire par température froide, un bain de siège dans de la glace est idéal, de cette manière vous aurez les mesures les plus justes, tant pour le diamètre que pour la longueur afin que la cage reste toujours bien en place et qui interdira le moindre départ d’érection.
    La mesure de l’espace entre cage et anneau est lui aussi très important ne dépasser jamais 10 mm.
    Le soucis ensuite et de choisir un modèle de CB croyez mon expérience la seule l’unique est la cage à barreau verticaux et parallèle en acier inoxydable, elle est complètement aéré et permet à votre soumis de faire sa toilette sans soucis et de se sécher convenablement, car le plus gros problème d’irritation vient d’un mauvais séchage sous le pénis.
    Une telle cage peut être porté sans interruption pendant des années.

    Les excuses à ne pas prendre en compte :

    Votre soumis chercheras toujours une bonne excuse pour ne pas porter sa cage, soyez vigilante la plupart ne sont absolument pas fondées :
    Dans son texte le médecin évoque la réduction à long terme du pénis qui reste en cage sans autorisation d’érection, pour ma part cela ne me pose aucun problème car je n’utilise pas le pénis de mon soumis, mais si cela vous dérange une libération d’une ou deux nuits par semaine annule toute inquiétude.
    Pour ce qui est de l’impuissance causé sur le long terme à cause d’une éventuelle petite détérioration veineuse du au fait que l’érection complète n’a plus lieu, là encore pour moi pas de problème je n’ai que faire de ses érections, si vous voulez écarter ce genre de choses, alors même remède que précédemment.
    Beaucoup évoque la venue d’œdème du prépuce pas très esthétique je vous l’accorde, mais indolore je vous l’affirme, la solution radicale et la circoncision, sinon une libération avec trempage du gland dans l’eau chaude 45° C puis l’eau froide et une journée de liberté et tout rentre dans l’ordre.
    La courbe de la cage est aussi importante elle doit suivre sa place naturelle sur les bourses, de la sorte, même sous un pantalon ajusté elle passera inaperçue seul le cadenas anguleux traduit sa présence, pour moi cela représente un plus, je m’explique : soit le soumis l’exhibera à qui veux bien la voir en assumant sa position, soit il en à honte et se sera pour lui un bon exercice d’humiliation fort utile à son dressage. Donc pas d’inquiétude à avoir sur ce sujet et cela ne pourra nullement être une excuse à ne pas la porté en permanence.
    Autre excuse souvent utilisé par les soumis :
    « Maîtresse s’il vous plais j’ai mal aux testicules elle sont trop pleines etc. »
    Sachez mesdames que même après 10 ans de cage non stop les testicules ne seront pas plus pleines qu’aux premiers jours.
    Voilà c’est aussi une mise en garde utile pour les futurs tire au flan ou soumis chochottes.

    Je pense que ces informations on leurs importances, car j’ai moi même eu beaucoup de difficulté à prendre les bonnes mesures, trois cages auront été nécessaire pour y arriver et aux prix ou sont ces machins, mieux vaut être correctement informé avant.
    Pour ma part mon slave boy est sous clef de manière quasi permanente depuis 2006 dans une cage acier très ajusté, les premiers temps ont été difficile mais j’ai su être intransigeante pour qu’aujourd’hui enfin je parvienne à faire de lui ce qui devait être fait et je m’en félicite.
    En tout cas bravo pour ce site que je découvre.

    • Je suis d’accord sur le principe
      Jai découvert ce site depuis peu il est très intéressant dommage qu’il ni est pas davantage de maitresse et soumis a apporter leurs témoignages
      Nous somme un groupe de six maitresses qui on leurs mari ou concubins encagé
      Il étais des souminateurs et il avais des relations extérieur (il étais macho dominant et très viril ) il nous imposais des jeux sexuels qui n’étais pas toujours de notre gout (massage fellations sodomie ect )il ne pensais qu’a leurs plaisir il exigeais que l’on sois a leurs dispositions
      Mon mari pour la saint valentin m’offris une cage et m’ordonna de lui la poser ‘il s’en amusais la soirée pour moi fus terminé au lit il s’endormis aussitôt le matin il m’ordonnas de lui la retirer
      J’appel une de mes amie qui me dis qu’il l’avais vus sortir de chez une de ses secrétaire la veille on ses rencontré et mon amis me dis qu’elle connaissais une maitresse professionnel j’ai pris contacte avec elle et elle ma conseillé pour dominer mon mari et en faire un soumis
      Il a fallu trois moi pour l’encager sur des périodes assez longue
      A mon tour je lui est offert en cadeau tous le matériel pour le dominer et le punir (lorsqu’il a ouvert le colis il étais ébahi )je lui est annoncé qu’a partir de maintenant c’est moi qui prend les reines
      Le soir même je suis aller mettre ma tenue de dominatrice (il étais a la télé )lorsqu’il ma vu il a changé de mine je lui est aussitôt mis les menottes et je lui est dis d’une vois grave a la salle de bains et a poil j’étais déchainé (vous imaginez la suite )je n’est pas flanché il est resté encagé et le wen-kenn il a été sodomisé au moins dix fois
      Je lui est laissé sa cage une semaine et la j’ai fais appel a une amie nous l’avons attaché retiré sa cage nettoyer et reposé (j’est eu le problème d’œdème du prépuce les trempages eau chaude et froide ca marche bien)il avais des irritations ses bourses étais compressé il a le scrotum très gros et les testicules par son slip et pantalons je lui est acheté une taille de plus
      Ca fais six ans a la suite j’ai fais connu cinq autre femme qui encage leurs mari et maintenant nous communiquons ensemble et organisons un samedi par moi des soirées sodomie
      Je vous en parlerais
      MAITRESSE IZABELLE

      • Bonjour ,

        Mon ex compagne ma soumis à elle petit à petit … Au fil des mois de notre relation .
        Nous étions très amoureux , mais un jour nous avons jouer avec un se toys et elle a jouis comme le l’avait jamais vu !
        La elle était au ange posé !
        Elle m’a fait part qu’elle préféré être pénétré par cette objet que par mon petit bout de penis .
        Que jetait bien le seul à avoir un si petit penis et qui tien aussi peut longtemps qu’elle est connu dans sa vie .
        Sa ma fait qu’elle chose … me.suis sentie très rabaissé …
        Mais elle avait réson c pas avec 7cm sur 2, 5 et ejaculation au bout d’une minute que je pouvais lui donner du plaisir comme se jouet .
        On a ensuite fait l’amour qu’avec se jouet une fois qu’elle avait eu un orgase elle me masturbé très vite et arrêter juste avant que j’ejacule .
        Les dois d’après elle me masturbé que 20 seconde , je me forcer à ejaculer en se temps puis elle a descendue à 10 secondes j’y arriver en 10 secondes au file des semaines le fait d’avoir une réaction et de la voir une sa partais tout seul …
        La elle m’a dit que pour pas que je me touche je devait porté une cage de chasteté .
        Jais accepté .
        Jais était en cage durant 3 ans libération pour des soin eventuel , médecin uniquement .
        Je me suis sentie apaisé j’avais plus de penser sexuEl ni d’envie …
        Nos rapport était que je lui donner du plaisir avec des seX toys ma langue et mes doigts .
        Et quand jetait très sage , elle me sodomisais .
        Un jours elle a invité un homme à la maison , et ma dit dsl mais il va me faire l’amour .
        Tu a le droit de ne pas accepter mais tu me perdra …
        Jais accepter .
        Curieux jais regardais leur débats sexuel .
        Ensuite les semaines suivante elle m’obligea à nettoyer leur partie intime avec ma langue .
        Si je refuser elle me quitter … Jais accepter par amour .
        Les fois d’après son amants ma sodomisé jais adoré .
        La semaine qui a suivie ma compagne à jetait mes vêtements et ma acheter que des vêtements de femmes pantalon , tunique , lingeries , bas , soutien gorge , etc …
        Elle m’a expliqué que je n’était plus son compagnon mais une petite lopette incapable de donner du plaisir et de pénétré une femme .
        QueLLe me garderais à la maison , mais que voilà qu’il fallait que je me face à cette idée que jetait plus un homme que jetait un soumis une pauvre lopette …
        Jais pleuré …
        Mais jais réfléchis durant des jours … Elle avait réson !!
        Jais un se qui fait quelque cm , j’ejacule en moins de 2 seconde
        J’adore la sodomi , j’adore faire des fellations , et lecher le minus plein de sperme de ma compagne !
        De plus j’aime bien être habillé avec des vêtements de femmes , je me sentais femmes !
        Jais tout accepter et je me suis vraiment épanouis toute ces années avec elle .
        Sa c fini quand jais refuser de me faire opéré à l’étranger pour qu’on m’enlève les partie génital .
        Elle m’a quitté , à quitter son amants , et c mis avec un homme qui s’habille en femme .
        Je pense qu’elle la soumis aussi et à du reprendre son amants …
        Moi aujourdui je suis très perdu …
        J’arrive plus à avoir de rapport avec une femme , jais fréquenter un homme , et la j’aimerais t’en rencontré une femme un peut comme elle .

        • Bonjour Bernard,
          vous avez vécu une belle histoire. Mais cette belle histoire a été belle parce qu’elle a eu une progressivité. Un gadget, une cage, votre imagination, un amant, votre participation, la féminisation, l’habitude de ne plus être stimulé sexellement…
          Vous êtes allé loin. Ca ne doit pas être facile. Vous êtes seul et porteur de cette histoire. Et il se peut que ça soit compliqué pour une autre personne que vous rencontreriez de se retrouver devant un bloc…tout fait…qui semble arrivé au bout de là ou il devait aller.
          Sans chercher à vous convaincre je vous suggère de penser là ou vous vous trouvez comme devant faire une « rééducation ». Ca serait retrouver de la virilité, du désir, une estime de soi.
          En dehors des séances ou une chauve souris gantée (dans le meilleur des cas) vous maltraitera en vous affublant de tous les noms d’oiseaux pendant une heure, si vous désirez être prêt à la rencontre, il serait heureux de refaire un chemin afin d’être disponible… Pas « au bout du rouleau » d’une histoire qui a de fortes chances de désemparer la personne qui s’interessera à vous. Il est peut probable qu’elle veuille poursuivre ce qui a été entrepris par un autre…
          Peut être un sexologue, un psy ou une personne que vous idenfierez comme en mesure de vous épauler et vous apprendre sur-vous même.
          Votre témoignage, je le reçoie comme venant de quelqu’un qui à tout à vivre potentiellement. Mais qui est allé tellement loin que le gout des choses nouvelles doit être altéré.
          La vie continue 🙂

        • Un pré si honan !

          • Malheureusement un exemple de la vie réelle et des excès d’avoir mal placé sa confiance.
            Le chantage ne peut pas être à la base d’une relation de ce type (ni d’aucune autre d’ailleurs) référence à votre « tu me perdras… »
            Tout comme Analpasbête je vous conseillerai de vous faire aider, de travailler l’estime de soi, la valorisation, de trouver des petits et tout bêtes motifs de fierté personnelle avant d’envisager de reprendre une sexualité et de faire des rencontres car à l’instant vous semblez trop « bas ».
            La marche serait trop grande.

        • quel dommage que vous ayez refusé de vous faire castrer

      • Bonsoir c’est Flo.
        Très. Sympa votre annonce
        Ps: je cherche une. Maîtresse sur. CHARTRES.

    • Bonjour à vous,
      Ma maitresse me fait porter une cage de chasteté depuis peu mais, étant opéré d’ une ablation d’ un testicule ( non descendu à la puberté ) cette cage ne reste pas fixée en permanence sur mon sexe.
      En position couché, mon testicule restant peu se rétracter. Cela me libère alors de ma cage, au grand désespoir de ma maitresse.
      A l’ inverse, ma maitresse aime mon côté féminin, accentué par cette ablation testiculaire.
      Elle me fait porter que des dessous féminins, des strings et des petites culottes en dentelle, facilement portés sans que mon attribut débordent de façon inesthétique.
      A sa demande, auriez vous un article à proposer pour que ma maitresse puisse me mettre en chasteté, et solutionner cet inconvénient testiculaire.
      Cordialement.

    • Je suis très intéressé par ce que vous dites , céla trouve un écho très fort . Je n’ai jamais porté cet appareil et je suis déterminé à en trouver un . Mon ignorance est totale , mai je porte ce fantasme depuis toujours . Je n’ai pas de dominatrice , pourriez vous m’indiquez comment en trouver une , je suis prêt à tout .

      • Tu commences très mal …. Comme tu es nouveau, on va le faire façon humour.
        Dominatrice = objet ? Une voiture ?
        « Je n’ai pas de dominatrice , pourriez vous m’indiquez comment en trouver une » deviendrait :
        « Je n’ai pas de voiture, pourriez vous m’indiquez comment en trouver une ? » : je pense qu’en allant chez un concessionnaire tu devrais trouver et pouvoir choisir tant qu’on y est …. rousse, grande, blonde, jeune, bcbg, pulpeuse etc …
        Levy il va falloir comprendre qu’une dominatrice n’est pas un article de supermarché disponible sur étagère….

        • Merci pour cette belle réponse Madame.
          Pour ma part, je n’ai pas encore trouvé la perle rare et j’ai fait mien le principe que la patience est reine des vertus…

          La lecture de votre blog est un plaisir pour les sens et pour les yeux

          l un soumis venant de suisse

  11. Bonjour à tous, respect aux Dominantes

    J’interviens, en tant que soumis en couple très heureux avec ma Maîtresse depuis 4 ans (moi, 35 ans, force de l’âge…), pour vous expliquer pourquoi nous avons bien réduit la cage de chasteté (que je portais quasi permanent sur plusieurs mois) au profit d’une « cage mental » (explication plus loin…). La cage présente en effet globalement des dangers (dont je commençais vraiment à pâtir…niveau dynamisme notamment, un sorte de mal être ..) comme le souligne largement un de mes « collègues » soumis à long terme en couple comme moi, son propos ayant été complètement déterminant pour nous dissuader d’utiliser cette cage la nuit en tout cas : dangers lors d’un port prolongé de la cage (en 24/7 sur de longues périodes):

    -Avec le temps, le pénis va rétrécir un peu en longueur. Ce n’est pas forcément irréversible s’il recommence à pouvoir bander souvent
    -Comme vôtre sexe ne peut pas bander la nuit pour sa bonne santé, vous perdez peu à peu la puissance et la longueur de vos érections.
    -Chez la plupart des sujets, le port de la cage prolongé vous rend aussi de plus en plus précoce pour éjaculer, car à peine libéré, vôtre corps ne pense plus qu’à une chose, se soulager rapidement….
    -La nuit l’encagé sera réveillé par une tentative de bandaison douloureuse, parfois plusieurs fois dans la même nuit. C’est surtout valable les premiers temps…l’encagé dort mal, puis il s’habitue car ses érections se raréfient. Il n’est donc jamais au meilleur de sa forme, que ce soit professionnellement, quant à sa vie familiale et de fait, pour servir sa Maîtresse.
    -Le port prolongé, mais surtout les premiers temps là encore, va irriter la peau, en particulier au niveau du scrotum. Attention à ce que ça devienne pas des plaies.
    -Qui dit port de la cage dit moins de production de testostérone. La diminution du taux de Testostérone impacte ces organes cibles :
    Le Cerveau par une : diminution de l’agressivité et de la concentration; tendance à la déprime et à l’insomnie; baisse voire une disparition du désir sexuel; diminution de la fréquence des érections
    Les Muscles par une : diminution de leur volume; fatigabilité physique croissante lors de l’exercice
    Les Os : par une réduction de l’hématopoïèse dans la moelle osseuse et une déminéralisation
    La Peau qui devient plus fine, plus fragile, plus sèche, plus ridée
    Le Visage :par un teint pâle, un regard terne, les muscles des joues relâchés, des ridules au coin des lèvres et des yeux
    Les Organes sexuels :par une diminution ou une disparition de la fertilité, une perte du désir sexuel
    Le Système immunitaire : par une diminution des lymphocytes T et des défenses immunitaires contre les mitogènes

    Il en résulte une sensation de » mal-être « , accentuée par les modifications de l’image corporelle (obésité, rides, calvitie, taches brunes, raideur et douleurs articulaires…) et de certains comportements (fatigue permanente, tendance à la dépression, manque de confiance en soi, sommeil agité, pertes de mémoire, manque de créativité). Dans quels domaines agit-elle ?
    L’action de la Testostérone porte principalement sur les organes génitaux et sur le cerveau. Ses autres cibles sont le système pileux, le tissu musculaire, la masse graisseuse, les cellules sanguines et les os. Elle agit de manière identique chez l’Homme et chez la Femme dans les domaines suivants :
    Surcharge pondérale : La Testostérone régule la répartition entre la masse maigre et la masse grasse : la diminution de son taux amène ainsi à un excès de graisse s’accumulant principalement dans la ceinture abdominale chez l’Homme et dans les cuisses chez la Femme.
    Ostéoporose : La Testostérone et l’Oestrogène peuvent augmenter la densité des os et contribuent à la prévention de l’ostéoporose. Le déficit en Testostérone caractéristique de l’andropause et de la ménopause a des répercussions sur la fragilité des os. L’ostéoporose peut donc exister chez l’Homme comme chez la Femme.
    Masse musculaire : La testostérone contribue au renforcement de la masse musculaire de façon conséquente. C’est pour cette raison que les sportifs en sont » friands » bien que la prise de Testostérone soit interdite en compétition pour des raisons d’égalité de chances.
    Cholestérol : La Testostérone contribue à une bonne circulation sanguine et aide à favoriser le taux de » bon » cholestérol et à réduire les taux sériques de cholestérol total et de triglycérides.
    Système cardio-vasculaire : Un lien étroit a été établi entre de faibles niveaux de Testostérone et les maladies cardiaques ; l’augmentation de la quantité de Testostérone entraîne une dilatation des vaisseaux sanguins stoppant ainsi l’amincissement des artères ; l’hypertension artérielle et les maladies coronariennes sont concernées par cet effet.
    Troubles de la Libido : Chez l’Homme comme chez la Femme, de faibles taux de Testostérone entraînent une diminution voire une perte de désir et d’efficacité sexuels.
    Même si l’homme en produit 10 à 20 fois plus que la femme, la diminution de production de celle-ci ne fait donc pas qu’éteindre son désir sexuel.

    Voilà pour la liste des risques purement anatomiques. Vous trouvez pas que ça fait beaucoup? Moi si. Quelques questions essentielles à se poser selon moi:

    -L’équilibre mental…et bien, oui, pour certains hommes porter une cage c’est résoudre un souci par un autre, par exemple un soumis éjaculateur précoce dont le psychisme rejette la relation sexuelle, l’érection et l’éjaculation. Être encagé le plus souvent possible lui permet de mettre de côté des soucis psychologiques qui n’auraient peut être nécessité plutôt un traitement psycho-médical et médicamenté?
    -Que devient un soumis impuissant, habitué à être 100% sous cage et sans relation sexuelle lorsque, par accident , aléas de la vie ou tout simplement séparation ou divorce, celui ci se retrouve seul ?
    -Quand la médecine dit et redit que les érections nocturnes sont signe de bonne santé , comment un/e simple quidam peut il/elle affirmer que l’en priver ne comporte aucun risque ? Pour sa santé physique et morale, pour son avenir ?
    -L’homme encagé vieillit sexuellement très rapidement (au bout de quelques mois)… Sa libido baisse pour devenir inexistante, ce parfois assez jeune.
    Certains n’ont plus aucune érection même pour leur Maîtresse… et c’est bien le but de certaines femmes pour qui cette cage est une aubaine pour ne plus se cacher derrière des migraines, maux de têtes, fatigue etc au moment du sacro-saint « devoir conjugal »…
    -Faut-il qu’un homme porte une cage de chasteté pour être un « bon » soumis ?
    Mais alors, cet homme n’est il pas soumis à sa cage plutôt qu’à sa Dame ?
    Il suffit pour s’en convaincre de prendre ça et là quelques déclarations de ces « soumis » encagés : « sans ma cage je me sens nu », « sans ma cage je ne me sens pas/plus « soumis » etc…
    -Quid des Dominas qui aiment dominer et/ou pratiquer une sexualité avec pénétration?
    -Cet objet n’est il pas un prétexte à manipulation de l’un ou de l’autre? Je t’offre ma chasteté et fais de toi la reine de mes désirs dont tu as la clef (trad : sous clef je suis bien tranquille et tu n’auras aucune idée de mes problèmes sexuels)
    J’accepte ou je désire que tu sois sous la clef que je garde afin d’être le soumis parfait que tu désires tellement être (trad : ainsi je suis bien tranquille, tu ne m’ennuiera plus avec des désirs sexuels qui ne m’intéressent pas et m’ennuient plus que tout)
    -Pourquoi une Dame qui n’a plus de désir ne fait elle pas l’effort de consulter pour en connaître la raison (la ménopause peut être belle) et saute plutôt sur l’occasion sur la cage comme bouée de sauvetage?
    On parle de la bonne santé du soumis par sa sexualité, les études prouvent que la bonne santé de sa Dame passe par la même chose.

    Conclusion: La cage de chasteté n’est pas un jeu BDSM anodin du tout. Si on passe à du port prolongé, on est en droit de se demander si on est encore dans du sécurisé le sain et le consensuel (qui est soutenu par les rédactrices de ce blog), car on entre rapidement dans une addiction, avec tous les risques des dangers cités que celà comporte.
    La cage « mentale » de ma Maitresse qui ordonne à son soumis de rester chaste mais sans cage (la nuit) est une meilleure solution, et de plus très gratifiante pour le soumis qui va résister, tout en éliminant une bonne part des dangers et désagréments de la cage.
    La cage mentale a comme supériorité par rapport à la cage de chasteté qu’elle devient en plus un jeu intellectuel entre deux êtres pensants. La domination de l’un par L’Une est alors au stade ultime de l’interpénétration, de la connivence. Elle n’apporte aucune souffrance physique, ce qui est bon pour les non-masos, et favorise l’imagination.
    Maintenant au vu de tous les témoignages que j’ai pu lire, jouer en mode ludique occasionnel sur quelques jours, voire au max quelques semaines, ne semble pas dangereux, surtout si des libérations sont fréquentes, donc que cela ne refroidisse pas trop ceux qui veulent s’y essayer.
    Simplement, j’espère qu’après lecture de tout ça, tous sont prévenus de ce qu’ils risquent en voulant passer à du port permanent.

    • Demande d’information a JEAN LUC
      Je souhaiterais savoir de qui vous avez obtenue ses informations fort intéressante
      Faite vous parti du milieu médicale si non les avez vous obtenue d’une personne spécialisé
      Merci de me répondre
      MAITRESSE IZABELLE

    • Bonjour
      Depuis plusieurs années, j’ai encagé le sexe de mon mari.
      Il ne peut avoir aucune érection, son sexe ne peut bander sa cage est très petite, son sexe est rétréci, ses testicules sont beaucoup plus gros.
      Je lui procure des orgasmes, en le sodomisant, je le fist, profondément, actuellement son pénis, ne peut plus avoir des érections.
      Je peux lui donner plusieurs orgasmes avec la sodomie.
      Il me procure des orgasmes, en me masturbant, j’ai des amants qui me font jouir, il doit ensuite lécher le sperme de mes amants sur mon corps.
      julie

      • Bonjour;
        J adore vos textes et commentaires.
        Ou puis je rencontrer une femme comme vous ?
        Je suis un bel homme; j ai 34 ans, j habite le 94
        Merci
        Sylvain

    • Bonjour .
      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous . La chasteté imposée permanente fait augmenter le taux de testostérone si le soumis n ‘ a pas d ‘ orgasme .
      Mon mari est en cage de chasteté depuis près de huit ans. Au départ c ‘ était de façon intermittente. Il est fermé de façon absolument permanente depuis 5 ans sans aucun orgasme (cage d acier Steelwerxx taille mini avec circoncision et prince Albert ).
      Je suis par contre d ‘ accord pour les autres effets de la cage à long terme . Il est devenu précoce des les premiers mois . Ça n ‘ a évidemment pas d ‘ importance puisque il n ‘ a plus de rapport sexuel ni orgasme . Même chose pour la taille de son sexe et ses érections qui devenaient de plus en plus molles après deux ou trois ans . Je suppose qu’il est désormais impuissant mais il n ‘ a pas l ‘ occasion de s ‘ en rendre compte . C’est un choix que j’ai fait et je l ‘ assume ; -)

      • Audrey, permettez-moi de vous reprendre mais, avez vous des notions médicales pour tenir pareil propos? Puisque c’est mon cas sachez qu’une glande qui n’est plus stimulée finit par perdre ses capacités excrétrices, et, parfois, par s’atrophier.

        Il y a donc bien un défaut de testostérone comme expliqué plus haut. Avec les possibles effets en découlant.

        Bien à vous.

        • Bonjour , j ai des notions médicales puisque je suis moi même médecin , et je maintiens ce que j’ai dis. Les testicules des moines ou des prêtres ne sont pas plus atrophié que les autres et produisent autant de testostérone .

          • Bonjour Madame AUDREY,
            Je vous félicite pour cette détermination.
            Moi même je pense cas terme , ma femme décide du même sort que votre mari.
            Peut-être pourriez vous la conseiller pour un résultat aussi efficace .
            Respectueusement
            m

          • çà n’a rien à voir avec les religieux…ils ne sont pas encagés eux ^^
            Laurent

          • comment le sais tu? tu as fait une enqu^te »in vivo » dans un monastère? cela dit j’aimerais bien t’avoir comme medecin…référent…j’oserais alors tout te dire

          • très bel article madame Audrey et votre autorité fait plaisir à lire je suis moi même encagé sans rapport on s’ y fait très bien la frustration peut devenir agréable ! bien sûr en cas de masturbation l’ éjaculation se fait rapidement en ce qui me concerne . maintenant je ne produis plus beaucoup de sperme

      • Oui Audrey, il me semble que les arguments médicaux ci-dessus sont claires…attention à la santé de votre mari
        Laurent

      • Qui plus est, votre post se terminant par la formulation  » C’est un choix que j’ai fait et je l’assume 😉  » a de quoi laisser perplexe.

        Il s’agit là de l’intégrité physique de votre compagnon, aussi j’espère que ce choix a été fait non par vous, mais par lui, et en toute connaissance de cause.

        • Ce choix est évidemment un choix commun . Aucun homme ne peut être mis en cage de chasteté contre sa volonté . Ne vous y trompez pas . Mon mari accepte cet état de fait et les conséquences qui en découlent sur sa virilite.

      • Bonjour à tous.

        Pour moi cela n’a aucun sens: aucun orgasme en cinq ans en faisant l’amour, par masturbation ou autre activité relatif au pénis… qu’a le soumis en échange pour ses services au Dominant ? Aucun. Il subit et sert d’esclave sans avoir le moindre plaisir sexuel en retour. Je suis un encagé et je ne jouis que au bon vouloir de ma Dominante certes mais si je le mérite elle me l’autorise.
        Si Votre soumis est heureux comme cela tant mieux mais personnellement je n’y adhère pas.
        Bref, je ne comprends pas d’ou vient le plaisir du soumis du coup ? Il n’a aucun objectif de plaisir en retour possible… pourquoi se donner la peine de servir une Dominante qui ne sait pas rendre un tout petit signe de reconnaissance en lui octroyant un orgasme par semestre par exemple. Non, il n’a plus rien et la Dominante tout……. je ne comprends pas, désolé.

    • Merci , pour cet exposé, il cerne très bien les difficultés que peut engendrer un port permanent, notamment, sur l’aspect psychique, risque de déprime, baisse importante de la libido, un mixte de chasteté sans cage et parfois , lorsque la chasteté mentale risque d’être difficile , un port de cage de quelques semaines , peut permettre une chasteté sur du long terme, plusieurs mois.
      J’aime assez d’être chaste sans contraintes, cela interpelle sans cesse notre cerveau.

    • Scientifiquement, TOUT cela est totalement faux. Le port d’une cage ne peut pas entraîner une diminution de la sécrétion de testostérone qui est produite en continu par les testicules et les glandes surrénales. La testostérone est d’ailleurs codée par le chromosome X. La cage n’empêche absolument rien de cette production endocrine. Dons la longue liste des problèmes annoncés n’est qu’un fantasme de plus qui fait l’amalgame entre des problèmes liés à la diminution pathologique de testostérone et la cage. A remarquer que même après une vasectomie, aucun des effets cités n’existe.

    • Merci Luc pour votre témoignage ! Ce que vous dites est tellement évident qu’il ne peut plus être compris par des femmes devenues IRRESPONSABLES et des hommes eux-mêmes INCONSCIENTS !

      Il faudrait compléter votre analyse physiologique par une explication du glissement sociologique qui a mené à la conception de la cage de chasteté pour comprendre tout ce que celle-ci a de pernicieux et même de dangereux. Mais je crois que ce serait encore peine perdue. Aucun médecin ne peut soigner un malade même pas conscient de sa pathologie.

      • Marie Séverine

        Merci Gilles ! Pour ceux qui ne le perçoivent pas, je propose une petite traduction :
        Merci Luc pour votre témoignage ! Ce que vous évoquez est tellement excitant qu’il ne peut plus être compris par des femmes devenues FOLLEMENT ATTIRANTES et des hommes eux-mêmes INCONSCIENTS D’AVOIR LA CHANCE QU’ON LEUR ENVIE !

        Il faudrait compléter votre analyse physiologique par une explication du délicieux glissement masochiste qui a mené à la conception de la cage de chasteté pour comprendre tout ce que celle-ci a de subtilement troublant et même de délicieusement dangereux. Mais je crois que ce serait encore peine perdue de vouloir cacher à quel point cela me fascine . Aucun médecin ne peut soigner un maso même pas conscient de sa pathologie, mais qui commence à se découvrir … sinon pourquoi serais je ici à me trémousser d’excitation ?
        (Gilles, c’est de l’humour, je précise, pour éviter des afflux d’humeurs …)

        • Bonjour,
          J’ai l’impression de me trouver sur doctissimo ou sur Arte et le plaisir dans tous ça ?
          Ne reste t’il pas le plus important ont n’à la chance de vivrent des vies extraordinaires et de profiter de notre soumission et de l’adoration de nos compagnes ,profitons de ces moments sent trop se poser de question la vie et bien trop courte.
          Au plaisir et bonne vacance à tous ceux qui le sont.
          Chriss

  12. Bonjour tout le monde

    Je suis jeune (moins de 20 ans) et ma petite amie me fait porter une cage de chasteté et me frustre pour me faire plaisir.Évidement je suis aux anges mais je m’inquiète:En effet,j’ai été  »condamné » a porter la cage non stop pendant un lois entier, mes seules échappatoires sont quand ma reine m’autorise a me caresser les testicules pour faire couler un pux de liquide séminal ^^ Enfin bref,j’ai peur qu’au bout d’un moi des changements irréversibles s’opèrent chez moi,sachant que je n’utilise pas une cage du commerce mais une cage  »faite maison »,un collier de serrage faisant office de cockring qui est attaché avec un cadenas a un cylindre de plastique munis d’un bouchon ou repose mon sexe.Je suis engagé depuis maintenant 8 jours,mes érections nocturnes sont toujours très très fortes et douloureuses, en classe la vu de ma chère et tendre me fait un effet fou sans compter quelle me provoque.

    Ya t’il un Risque que je perde quelques centimètres en érections? Que je souffre de troubles de l’érection durant plus de quelques semaines? Vous me conseillez de demander ma libération? Je suis vraiment comblé par ce mode de vie mais je ne veux pas il laisser des  »plumes » ^^ »

    Bonne soirée a vous (ah aussi,ce site je l’adore,articles très intéressants et a réussi a convaincre ma copine! )

  13. J’ai une cage de chasteté depuis un peu plus d’1 semaine… C’était très dur le dernier jour (ma Maîtresse me libère 1 fois par semaine et me fait masturber devant elle ce jour là) Elle m’a dit qu’après 3 mois j’aurai de la peine à jouir (ce qu’elle veut). Est-ce que d’autres soumis ont vécu ça?

  14. J’étais plus ou moins actif sur ce site il y a de cela un moment (j’avais d’ailleurs écrit un article à 4 mains avec Marie Séverine) mais je l’avais déserté ne me retrouvant pas dans les articles et les témoignages que je trouve bien loin parfois des objectifs annoncés au départ, à savoir dans l’amour de nos maris…
    Cet article sur la cage de chasteté me conforte malheureusement dans mon avis étant donné que ni Marie Séverine ni aucune maitresse d’ailleurs ne répond sur les questions posés par quelques intervenants.
    Pas de réponse sur la chasteté mentale bien plus gratifiante (nous la pratiquons avec bonheur ma compagne avant toute chose mais aussi parfois Maitresse et moi) que le fait de confier cette gestion à un outil. Il va de soi que la chasteté mentale demande bien plus d’implication de la Maitresse que la cage, pour être taquin certaines Maitresses seraient-elles fatiguées (je n’ai volontairement pas utilisé le mot fainéante).
    Vu qu’il semble subsister certains doutes médicaux et qu’il ne sera jamais possible d’avoir une analyse sérieuse et irréfutable sur le sujet étant donné le faible échantillon représentatif ne serait-il pas judicieux de mettre en pratique le doute raisonnable et un principe de précaution plutôt que de jouer au docteur Mabuse vu que certains soumis semblent clairement incapable de dire non ni même de penser par eux mêmes et confient spontanément la gestion de leur vie à autrui.
    Un homme ça bande au réveil, je m’excuse de rappeler cette particularité anatomique, il semble là encore que certaines Maitresses aient du mal à se confronter à l’érection.
    La cage devient dans ce cas bien pratique pour éviter un questionnement légitime me semble t’il.
    Jamais de réaction de Maitresse non plus sur la manière dont elles semblent caractériser l’homme en général et leurs maris en particulier. Plein de détail technique sur comment éviter la sortie de la cage, mettre une cage à la plage, en voyage en avion, s’il sort sans elle…. comme si l’homme ne pensait qu’à bander et jouir, comme si l’homme jouant au foot, se baignant, allant au cinéma avec un groupe d’ami ne pensait qu’à aller se satisfaire manuellement.
    Il m’arrive de rester chaste avec mon amie pendant plus de 15 jours, de bander fort, souvent et longtemps pour elle sans pour autant que ce soit permanent ni que je la trahisse en me permettant cet écart. C’est tellement plus gratifiant nous semble t’il à tous deux car c’est bien son mental, sa force de persuasion, son pouvoir qui contrôle mon plaisir, pas un simple outil.
    Etc, Etc
    Encore une fois je distingue bien le port non permanent, qui peut-être régulier mais espacé dans le temps ( avec de préférence une pose minimum durant la nuit ) et qui est je n’en doute pas source de jeu, de joie et de partage du port permanent qui est excessif (comme toute chose permanente d’ailleurs) et potentiellement dangereux pour la santé à long terme.

    • Marie Séverine

      Bonsoir Renaud,
      Pour commencer, merci de ta fidélité, même avec des coupures, et du temps passé à nous écrire. Je vais essayer de répondre au moins aux premiers points.
      Nous ne sommes pas des professionnelles, nous sommes des femmes ordinaires.
      Je précise que nous n’avons rien contre les pro, même si je me suis une fois écharpé avec l’une d’entre elles sur le fait qu’elle soit … soumise aux demandes et caprices de ses clients, qui paient et décident de tout, ce qui est un comble pour une soi-disant « dominatrice » … Mais chacun(e) vit sa vie, ses objectifs, ses déclinaisons, et nous n’avons rien à en dire.
      Nous ne sommes pas non plus des professionnelles de l’internet et des sites SM. Sinon, nous passerions notre temps à répondre à tous les messages, à cajoler, à caresser le fantasme dans le sens du poil, etc …
      Nous sommes des femmes avec un boulot (je suis contrôleuse de gestion dans un grand groupe), et un mode de vie un peu particulier que nous avons eu envie de partager, comme une bande copines que nous sommes.
      Alors bien sur, tu ne trouveras pas ici ce qu’attendent les amateurs des sites professionnels, ni la régularité « professionnelle » des sites bien huilés. Par contre, tout ce que trouveras ici est réel. Mal fagoté, pas bien exprimé, pas bien pro dans les réponses, mais réel.
      Alors c’est un choix … Les artichauts sauce basalmique qui piquent un peu, ou le hamburger frites sauce américaine qui flatte le palais …
      En tous cas nous avons la fierté d’être réelles, sans concessions commerciales, et de relater nos expériences sans fard.
      Et nous avons aussi la fierté d’ouvrir notre espace aux autres, y compris quand ils/elles ne sont pas du même avis.
      Bonne soirée à toi !

      • Bonjour Madame Marie-Séverine,
        La réalité, toute la réalité, rien que la réalité 🙂
        C’est bien pour cela que je viens toujours ici avec grand plaisir même si je trouve personnellement trop risqué le port de la cage à long terme. Tout comme je trouve trop risquée la pratique du base jump ou de la wingsuit, pourtant je respecte le choix de ceux qui pratiquent ce sport et j’envie parfois leurs sensations fortes 😉
        Mes respects,
        newermind.

    • Bonjour à toutes et tous

      De retour de vacances, je trouve votre intervention très pertinente Renaud. En effet, la domination sur une personne demande un investissement sans limite et un amour sans partage pour cette personne, afin, en particulier, d’alimenter sa soumission dans un bonheur et plaisir (y compris via douleur) partagés dans le couple D/s. Les solutions assez dogmatiques, je suis désolé de devoir le dire Marie-Séverine, ne vont pas bien loin sans réflexion du/de la soumi(s)e sur lui/elle-même, comme par exemple : « pour soumettre un homme, il faut une cage de chasteté quasi permanente » . Une réflexion pour que la personne se rende compte de sa nature profonde soumise ou pas, c’est à dire se sentir heureuse « de s’offrir » en soumission. Si la personne ne l’est pas par nature, la cage de chasteté par exemple fera pschitt (je pense au cas de Nada ici, comme pschitt…, mais il y en a peut être d’autres : Bernard ? soumis de Nathalie ?)
      Ce genre de « dogme » ^^ (je rappelle au passage qu’il y a 20 ans il n’y avait pas de cage de chasteté et pourtant des soumis très heureux comme Shannon…= http://jedominemonmari.com/temoignage-shannon-a-tout-compris/) laisse « croire » aux dames qu’on s’improvise dominatrice alors que c’est aussi une nature profonde de certaine femme (comme dans le cas des Maîtres). Le cas dans le site « L’adepte », que l’on cite dans ce blog, en est un bel exemple encore : https://jmsamf.wordpress.com/2016/03/04/040316-amen/

      Voila pour mon point de vue en remerciant Renaud et Marie-Séverine (qui a bien voulu lui répondre:) un peu sur le fond …ce qui est peu coutume ici) de permettre une réflexion plus générale.

      Bonnes vacances pour ceux/celles qui y sont encore

  15. Un exemple encore pour faire plus court
    Un intervenant avait suggéré et très bien expliqué me semble t’il les raisons pour lesquelles le vouvoiement imposé était un dogme et ne garantissait en rien un respect qui peut-être absent dans le vouvoiement et présent dans le tutoiement.
    Je tutoie ma compagne et Maitresse et réciproquement sans que cela n’enlève rien à ma qualité de soumis et à sa qualité de Maitresse… et pour finir sur une touche d’humour (il en manque aussi ici) j’oublie quasi systèmatiquement la majuscule quand je lui écris sans qu’elle en prenne ombrage 🙂

    • Marie Séverine

      Je te rassure Renaud, il n’y a pas de dogme …
      chacune prend ce qu’elle veut, et chaque relation est un savant mélange des ingrédients choisis, du contexte, du passé, de là où on veut aller …
      Essayer un jour le frisson du vouvoiement, cela vous ravira peut être …

  16. Bel intervention Renaud, tout comme vous je me suis détourné de ce blog pour si prometteur à ces débuts, ayant eu l’immense intéret pour moi d’aborder les rapports D/s sur le fond et de manière principalement psychologique, et non sur la forme et le caractere sexuel comme il en existe des centaines sur la toile, j’ai personnellement dévoré intellectuellement les récits et préconistations sur la mise en place d’une domination psychologique, tellement bien plus puissante que de simple contraintes physiques… et puis malheureusement aujourd’hui ce blog lorsqu’il est actualisé ne renvoie plus qu’à des articles relatant des pratiques essentiellement sexuelles: sodomie de toutes les formes possibles et inimaginables, jusqu’à utilisé des accessoires de piscines! , maintes et maintes analyses et cahier des charges sur le port de la cage de chastete… bref au final une dérive vers de la banalité du BDSM classique… même les réponses aux questions plus profondes comme vous avez pu en émettre ne donnent lieu ici qu’au mieux à de bref commentaire alors qu’une question du type « comment je pourrai sodomiser mon mari » se verrait commenter très largement…c’est vraiment dommage, l’aspect psychologique de ce type de rapport est tellement plus nourrissant quelques soit l’habillage qu’on lui donne en privé, je crains qu’au final après maintes recherches que ce type de rapport n’est lié exclusivement qu’à une problématique purement sexuelle, se soumettre ou dominer par réel besoin voir nécessité n’est donc qu’un leurre…
    J’ai tout de même si le type de littérature du début de ce blog vous intéresse découvert un autre site , gratuit, mais nécessitant une inscription afin de garantir l’accés à un auditoire avertit, vraiment fournit même si tout comme ce blog il semble être en perte de vitesse, mais les archives sont multiples, si le cas échéant vous êtes intéressé par l’adresse Madame Marie Sévérine pourra peut-être me permettre de vous l’envoyer, comme l’objet n’est pas ici de faire publicité ouverte d’un autre site.
    Très cordialement

    • Oui. Belle intervention. Les animatrices de ce blog doivent en revenir aux fondamentaux. Pas se laisser envahir par les fantasmeurs dont la prose a été lue et relue ailleurs. Par les mecs qui tentent de se faire passer pour des dominantes. Par les branleurs qui s’excitent beaucoup en écrivant leurs fantasmes avant de se soulager.
      Il me semble urgent de remonter le niveau du blog en éliminant tout ce qui est douteux et excessif.
      En revenir à la psychologie de la domination.
      C’est toute la différence entre un film porno et un film érotique qui suggère plus qu’il ne montre.

      Extrait de l’intervention de Semelle:

      « tout comme vous je me suis détourné de ce blog pour (tant) si prometteur à ces débuts, ayant eu l’immense intéret pour moi d’aborder les rapports D/s sur le fond et de manière principalement psychologique, et non sur la forme et le caractere sexuel comme il en existe des centaines sur la toile »…

  17. Je parlais simplement de laisser le choix du vouvoiement lorsque l’on intervient et que l’on interroge ou correspond avec une maitresse.
    Dans notre couple nous pratiquons le vouvoiement rarement, uniquement dans des jeux de rôle du genre patronne et employé, infirmière et patient, bref une personne qui détient une autorité et une autre qui la subit 🙂

  18. Effectivement, et je le comprends fort bien et me garderait donc bien d’en tenir rigueur à Marie Séverine qui fait tout cela  » à heures perdues » , les mises à jour et les réponses aux questions passent souvent à la trappe depuis déjà un moment.
    Il me semble bien que le site a dérivé de l’objectif affiché au départ et tout comme la chèvre et le chou, est-ce à cause des attentes des lecteurs (pour la plupart des hommes rêvant secrètement de se soumettre je pense) trop axé sur le « sexuel » ou bien au contraire un choix assumé des Maitresses à la barre ???
    Il existe quelques autres sites de ci de là sur le thème du BDSM mais actuellement nous nous retrouvons plus ma compagne et moi même sur d’autres sites que celui ci car mon amie trouve articles et commentaires trop excessif à son goût.
    Disons qu’elle n’a rien envie de me faire qui touche à mon intégrité psychique, aux souhaits que nous avons émis lorsque nous avons abordé le cadre que nous escomptions donner à nos rapports Maitresse-soumis, l’égalité que je souhaitais conserver hors certains domaines, mon droit total de m’exprimer et de vivre ma vie et tant d’autres choses banals et réels qui ne sont jamais exploré ici et qui font toute la richesse d’une vie dans le cadre d’un amour sincère.
    J’aurai tant à dire sur l’égalité que je prône, au passage le mythe de remplacé la domination patriarcale dans laquelle nous avons si longtemps vécu par l’équivalent au féminin ce serait passer de charybe en scylla au fond, afin d’apaiser les rapports dans un couple sain.

    • Marie Séverine

      Tout cela est vrai. Et notre but étant d’attirer d’autre femmes dans ce mode de vie, nous avons pris conscience que l’entrée en matière pouvait être un peu rude sur certains articles. Mais pour celles qui pratiquent, on aime bien aussi se retrouver sur des pratiques assez abouties.
      C’était la raison de notre onglet « initiation », mais ça ne résout pas vraiment la question. L’idéal serait peut être de faire un site dédié à l’initiation.
      En attendant, on fait avec les moyens du bord, et le temps disponible…
      Et on prépare une série d’articles de rentrée.

      • Effectivement, j’aimerais bien pouvoir présenter un article du site qui intriquerais mon épouse sans l’offusquer. Et qui servirait de porte d’entré au reste du site.

  19. Ah… la cage de chasteté. .. Qu ‘ est ce que ça fait comme polémiques!
    Alors je vais reposer mes arguments sur la table : non ca ne provoque pas de baisse de libido, pas de baisse de testostérone, pas de cancer. Des hommes abstinents il y en a (moines , bonzes etc) et ils sont aussi virils que vous messieurs )
    oui ça rend sans doute ejaculateur précoce et ça réduit sans doute les capacités érectiles lorsque elle est portée en permanence.
    C’est un fantasme masculin avant tout et une demande de l’homme. Mais la Femme y trouve très vite son intérêt.
    oui la chasteté mentale volontaire est tout à fait possible et je respecte les hommes qui la pratiquent. Mais en ce qui me concerne, ça ne me suffit pas. J’ai besoin de ce sentiment de contrôle total que la cage de chasteté me permet d’obtenir. Je sais que mon mari est en mon pouvoir et que JE décide. Ce n’est pas lui qui décide de rester chaste. C’est moi seule. La différence est là.
    Même si tout ça est parfaitement consensuel.
    Audrey

    • Marie Séverine

      Audrey, c’est une réponse très bien formulée, concise et simple. Tout y est dit.
      Je me reconnais parfaitement dans … cette absence de débats inutiles pour aller à l’essentiel (haha).

    • Bonjour Audrey,
      Je vous fait crédit, puisque vous êtes médecin, de vos allégations. J’y crois assez, d’ailleurs (vos exemples moins, bonzes qui n’ont pas forcément plus de cancers que les autres hommes).
      Pour affirmer que la libido ne baisse pas, en revanche, ce ne sont probablement pas la meilleure référence à prendre. Rire.
      Juste un bémol sur vos propos :  » ils sont aussi virils que vous, messieurs ». Si j’en crois Larousse, ou n’importe lequel des autres dictionnaires classiques (et en tant qu’expert de la langue, y compris dans le sens plus polisson… -mais c’est là un autre sujet ! Rire-, je me réfère à ces ouvrages), la virilité c’est l’ardeur, la vigueur sexuelle, mais aussi la « mâle énergie », le courage, etc. J’émets un doute sur la virilité des soumis « au long cours » (au titre de la vigueur, au moins, ce que d’ailleurs vous reconnaissez : éjaculateur précoce, probable impuissant…). Pour ce qui est de la mâle énergie et du courage, plusieurs articles de domina expriment, sur la base de leurs expériences, que leur soumis devient débordant de tendresse, un peu collant, etc. à partir d’un certain temps sans avoir joui. J’ai donc un doute sur cet aspect aussi du terme « virilité. Donc, pas de danger sur le plan médical, oui. mais viril, très probablement pas.

  20. Je crois qu’Audrey ne sait pas trop ce qu’est la virilité…^^

    En tout cas, cette virilité est contradictoire avec « l’éjaculation précoce », Audrey. Savez-vous, par exemple, que beaucoup d’éjaculateurs précoces consultent, se soignent de longues années, pour retrouver confiance en eux, dans leur virilité…en particulier devant les femmes.

    • Marie Séverine

      ça alors, cher MonsieurLuc, nous ne l’aurions jamais imaginé, ignorantes et écervelées que nous sommes…
      Bonne journée

  21. Bonjour,
    j’aimerais exposer et m’exposer dans ce qu’est ma perception concernant nombre d’hommes quant à ce désir de chasteté.
    J’apprends beaucoup, énormément même sur ce site. J’apprends beaucoup des participantes et de l’instigatrice de ce lieu:)
    Sincèrement je voudrais vous en remercier.
    Je ne connais pas la chasteté. Je ne la connais pas car jusqu’à présent, quelle que soit le mode régissant mes rencontres et mes bouts de vie, ma sexualité « entière » (elle s’est étoffé des fois) à été sollicitée.
    Je ne peux m’empêcher de percevoir un besoin chez nombre d’hommes de chercher l’impuissance. La rechercher mais sans la nommer. Sans l’assumer. Sinon le clic « fatal » enclenché. De la même manière des personnes veulent vivre une expérience sexuelle avec le même sexe mais ils rêvent que ce soit forcé ou instauré par une tierce personne en général dominante, là ça serait : « je vous donne, Madame, les clefs de ma sexualité virile pour preuve de soumission et afin de vivre l’expérience d’une concentration maximale et toute entière portée vers votre bien être, ect. Bon…c’est le ect qui contient le plus intéressant mais j’aimerais si on me le permet déjà trouver des réponses ou des avis à cette question.
    Pourquoi se cache t’on derrière une idée chevaleresque ou de soumission alors qu’il s’agit d’une impuissance psychique ou physique de faire l’amour? Et certains ici ont-ils essayé de percer à jour ce qui sous-tendait cette démarche?
    Madame Virginie à un endroit a clairement définie la nature de ce qu’elle a du affronter. Et, vraiment, autant à elle qu’à son protégé, merci de cette clarté et de cette franchise.
    Mais pourquoi se raconter tant de salades, certains hommes?
    Je pose cette question aux hommes (et pas que d’ailleurs) parce qu’en tant qu’homme profondément porté vers la soumission et trouvant cette démarche vraiment belle, je ressens cette question. Je ressens en moi ce désir non pas d’être chaste; mais refuser à sa compagne, son aimée ou sa maitresse la jouissance dont je me sens détenteur. Ce sentiment de « toute puissance » par le refus est pour moi fantasmatique et infantile mais je l’ai « senti passer » quelquefois. Juste c’est, pour l’heur, inconcevable à mes yeux. Mais je sens que ça existe…que ça flotte sans jamais être nommé.
    Je ne connais pas d’autre endroit que celui-ci qui pourrait sur le temps servir de « base » à peu près solide afin d’évaluer et notifier ce que produit toutes ces formes d’engagement et de pratiques. Il y en a et en aura probablement d’autres.
    L’autre question en miroir est : Mesdames, comment vivez-vous et orientez-vous ce fait (si ce fait existe) venant de vôtre protégé?
    Des éléments de réponse m’ont déja été donnés en parcourant les rubriques de ce site. J’aimerais juste contribuer à approfondir pour moi-même et j’espère d’autres ces zones un peu sombres et fragiles.
    Bonne vacances à toutes et à tous

  22. En préambule je précise que je ne tiens pas rigueur à Marie Séverine de certains excès dans certains témoignages eu égard justement au fait que ce site est un site quasi collaboratif, animé par des amateurs (au sens noble) et qu’il n’est peut-être pas possible de passer au crible chaque témoignage, chaque écrit.
    Même si pour ne pas être langue de bois, je regrette néanmoins que Marie Séverine ou une autre des Maitresses qui animent néanmoins le site ne soit parfois pas plus vigilante sur la teneur des messages parfois vraiment très éloigné de « dans l’amour et le respect de nos maris »
    Malgré ma nature de soumis mes visites ici me confortent complètement dans les choix et l’orientation que nous avons décidé de donner à cette dernière au sein de notre couple.
    C’est bien pratique pour Marie Séverine ou Audrey de nous écrire que le débat n’existe pas, mais tout comment dans les débats ou celui qui hurle le plus fort n’a pas forcément raison, votre conviction Audrey ne fait pas une réponse ni une certitude de l’absence de risque pour la santé sur le port de la cage de chasteté.
    J’attends toujours une, des réactions de Maitresse sur cette bien pratique manière de ne plus se confronter à un homme qui bande, voir à comprendre qu’une femme puisse vouloir rendre impuissant un homme (dans la notion même il y a bien une volonté de réduire, supprimer la caractéristique essentielle de la sexualité de l’homme, ça interroge quand même un truc pareil ?)
    J’aime aussi votre « c’est moi qui décide » ou l’on voit bien justement l’absence de débat dans votre couple.
    Ce qui me gène dans tout cela c’est que même si je veux bien croire que vos hommes étaient des tigres au départ ils sont maintenant plus sage qu’un agneau et je ne crois plus un instant que vous acceptiez le refus, la contradiction, et pour faire plus simple qu’ils vous disent non.
    Ce n’est que mon avis et je le défends sans notion de jugement, juste signaler qu’il existe des autres formes de domination, sans que le dominé ne se sente en danger s’il n’a pas l’entier contrôle, des relations ou l’on se soumet par amour sans pour autant abandonner son droit à la discussion, son droit à « chérie pas ce soir, j’ai pas la tête à cela » bref pour le dire autrement son autonomie.
    Quand à la domination administrative et la quasi mise sous tutelle de certains sous certaines, disons que cela reflète beaucoup plus de mal être, d’inadaptation sociale, et d’une incapacité à se gérer soi même que de la domination-soumission
    Que ferait un tel soumis si sa Maitresse venait à se séparer de lui ?
    Serait-il réellement adapté à la vie d’aujourd’hui ?
    Et comme j’ai pas peur de me mouiller, je prétends ici qu’il s’agit d’un excès de certains et que je trouve que cela est condamnable à minima moralement.

    • Merci Renaud de soulever certains points qui comme vous l’avez souligné, relève du débat moral, voire éthique.

      Je comprends tout à fait votre scepticisme quant à la mise sous tutelle administrative. Si le concept semble – je le confesse sans mal – extrêmement excitant, cela reste un pari ô combien risqué.

      Et s’il m’est arrivé de défendre le fait que , non , la science n’avait en aucun cas mis en évidence un lien de causalité entre un faible nombre d’éjaculation et l’incidence du cancer de la prostate, je reste scandalisé – n’ayons pas peur des mots 🙂 – de l’usage rapporté par certains couples de la cage de chasteté quand il s’agit d’une pratique longue et permanente ayant pour objectif la perte définitive de toute capacité érectile.

      Pour moi, le fait d’encourager un homme – même s’il est volontaire au départ voire même, initiateur de l’introduction de la cage dans son couple ! – à perdre définitivement ses capacités érectiles relève ni plus ni moins que de la mutilation.

      C’est s’amputer sciemment ou à l’inverse inconsciemment d’une fonction physiologique.

      Si l’on reprenait l’argument évoqué par Renaud, imaginez un couple vivant heureux le mari sous cage, à terme ce dernier perd son érection. Soit, cette possibilité avait certainement été évoqué au départ et celui-ci l’avait accepté.

      Maintenant si l’épouse décède? Ou moins dramatique, décide de divorcer. Qu’advient il du mari? Et s’il voulait refaire sa vie, avec désir d’enfant?

      J’entends déjà les puristes irresponsables invoquer la PMA et la fécondation in vitro… d’avance, allez au diable 😀 !

  23. J’espère que nous aurons une et même des réponses de Maitresse sur le sujet de l’érection, que certaines d’entres elles arriveront à se confronter à la discussion et à la contradiction ???
    Je précise bien à nouveau que je fais un énorme distinguo entre le port occasionnel (mais il semble clair qu’il y a peu de Maitresse dans ce cas sur ce site du moins) et le port permanent d’une cage de chasteté, qui semble clairement au vu des témoignages le cas le plus répandu, sur ce site du moins.
    Je le redis, par nature (au sens le plus noble du terme) un homme ça bande.
    Du point de vue de ma compagne et Maitresse le point le plus négatif à ses yeux sur ce site c’est qu’il prône (milite) un peu trop ouvertement sur une pratique qu’elle trouve inimaginable.
    Jamais elle n’imaginerait se passer de pénétration et donc de faire quoi que ce soit qui réduise mes « performances » en la matière.

  24. Bonsoir Marie-Séverine,
    Comme Renaud, j’ai le privilège de pouvoir encore pénétrer ma Maîtresse.
    Tous les godes creux sur Internet (c’est-à-dire ceux faits pour y insérer le pénis) vantent des sensations intactes ou améliorées pour l’homme.
    Alors que ma question va dans l’autre sens: savez-vous s’il est possible de trouver un gode creux, ou équivalent, qui minimise drastiquement les sensations de l’homme, afin que la femme puisse s’approprier tout le plaisir pendant que monsieur s’active ?
    J’ai aussi cherché des préservatifs très épais. Je n’en trouve aucun, ni très épais, ni super épais. Forcément, le public-cible est bien trop peu nombreux…
    Faut-il donc faire une croix sur cette idée, ou existe-t-il une « solution » ?
    Merci pour ce site qui vulgarise la D/s à merveille !

    • Marie Séverine

      Je n’ai pas essayé moi-même, mais j’ai une connaissance qui arrive à bloquer le gode creux au dessus de l’étui pénien de la cage de chasteté. Avec la cage dans le gode creux, les sensations de son compagnon sont parait il très contrariées.

  25. Je vous prie d’excuser cet ajout tardif à mon commentaire de 9 h 46:
    quand j’écris « gode creux ou équivalent », cela sous-entend que ma question exclut d’autres procédés du type crème anesthésiante, sprays et cette sorte de choses. Voilà, cette fois j’espère avoir posé la question clairement.

  26. @ Phil
    Sans vouloir être tatillon je n’estime pas que c’est un privilège de pénétrer ma Maitresse ou compagne (je la considère autant l’un que l’autre)!!!
    Nous trouvons juste que c’est naturel (nous n’aimons pas utiliser le mot « normal » que certains vont dévoyer dans leurs éventuelles réponses) et du moment que ma compagne souhaite des pénétrations je suis le plus indiqué (la fidélité aussi ringard que cela semble à certains nous ne sommes pas prêt de l’abandonner et sur ce point aucune inégalité n’est admise de ma part).
    Pas de jugement moral ou de valeur sur les couples à 3, 4, sur le cocufiage qui semble parfois régner ici, juste une toujours aussi grande surprise de voir combien certains hommes soumis semblent au fond plutôt rassuré d’abandonner la pénétration à d’autres et combien leurs compagnes et maitresses semblent rassuré de ne plus se confronter à l’érection du mari officiel.
    Je suis constant dans mon approche sur ce point 🙂

    • Renaud, le naturel et la fidélité font aussi partie de mes valeurs, nous sommes donc bien d’accord.
      Souhaiter abandonner la pénétration, j’imagine que c’est plus souvent une question de vouloir aller « plus loin » dans sa soumission pour les adeptes (les guillemets servant ici à souligner la subjectivité du terme, d’autant plus avec les œillères que nous portons trop souvent, nous mâles autant que nous sommes) que de se sentir rassuré.
      Donc, oui, la pénétration est quelque chose de naturel. Après, appeler ça un privilège, c’est autre chose, une question d’être reconnaissant envers la vie, tout simplement. Tout comme considérer comme un privilège le fait d’avoir à manger en suffisance tous les jours et bien d’autre choses.

  27. Bonjour, ayant lu hier soir les messages de ce thème , j’ai eu besoin de toute la nuit pour essayé de comprendre certains points de vue.
    En premier lieux merci pour l’existante de ce site, bien sur que tout est perfectible, donc un très grand merci à vous Mesdames.
    Ma première interrogation , tourne autour des pulsions masochistes, effectivement quand le mari ou le compagnon sollicite cette pratique, l’état de dépendance psychique est altérée par ses pulsions. Comme hélas vous le savez , le compagnon ou le mari demandera toujours plus, et c’est là que je m’associe à Loh et Renaud, pour que dans cette relation « dans l’amour et le respect de nos mari ou compagnons » ne dérape pas, mesdames vous devenez gardienne de cette relation, la personne soumise assaillie par ses pulsions , ne peut avoir le discernement nécessaire pour une relation équilibrée.
    Ma deuxième interrogation concerne, le port longue durée de la cage de chasteté, pour vous mesdames cela n’est pas plus intéressant d’introduire le doute et l’espoir et de jouer avec cela?
    Le mot le plus constructif est certainement « espoir »
    Nous vivons tous avec l’espoir de ….,
    Quand il est prononcé , enfermé à tout jamais , heureusement j’espère que cette idée est suivie par :mais j’ai l’espoir que je vais pouvoir sortir à un moment ou un autre, si cela n’est pas le cas, nous retombons dans le manque de discernement qui ne peut que altéter cette relation basée sur l’amour et la confiance .

  28. Dans l’espoir… de recevoir une réponse d’une maitresse qui ne botterait pas en touche.
    La bandaison et la pénétration, cela semble vraiment un problème pour certaines maitresses à lire les différents articles et commentaires.
    Donc je me joins à Bleudiamant dans l’espoir 🙂

  29. Pour rebondir sur les propos de Phil, je considère que la pénétration est le mode « normal » de l’amour conjugal. Mais celle-ci doit être approuvée et demandée par la Dame, selon ses rythmes et ses envies. Et si la Dame ne souhaite plus de pénétration, pour raison médicale, de confort ou de non-envie, le mari doit s’y conformer, pour peu qu’elle ait envie d’autres pratiques sexuelles. Dans ce cadre, la cage de chasteté et le contrôle sexuel du soumis peut être utile, pour être sûre de garder le pouvoir et le contrôle selon ses envies. Mais je pense que la première raison d’une mise en cage est de s’assurer que le mari (soumis) ne s’offre pas de masturbations intempestives.
    C’est le cas dans notre couple. Je suis encagé toute la semaine et ma Maîtresse me libère le week-end (quand nous nous voyons) car elle aime faire l’amour avec pénétration. J’ai cette chance ; mais si elle décidait de raréfier la chose, je devrais l’accepter … ou décider de la quitter !
    Que les choses soient claires : soit on accepte les décisions sexuelles (ou non) de sa Maîtresse, soit on envisage une autre vie. Pour le moment j’accepte tout de ma Maîtresse car cela me convient (y compris un amant occasionnel). Mais je ne veux pas devenir un esclave castré ! …
    Si d’autres aiment cela, je ne leur jette pas la pierre.

  30. @ cougarillo
    si je puis me permettre je trouve que tu mélanges les torchons et les serviettes !!!
    Bien entendu qu’en cas de raisons médicales j’abandonnerai la pénétration puisque je tiens à la santé et au bonheur de ma compagne.
    La « non-envie » ou le confort ce n’est déjà plus la même chose et ces 2 choses sont encore différentes l’une de l’autre !!
    La pénétration n’est pas la sexualité bien entendu mais à l’inverse si elle a toujours fait partie de la sexualité du couple (notre cas) alors l’un, serait-ce la maitresse, ne peut unilatéralement décider d’y mettre un terme.
    La question n’est pas me semble-t’il le droit ou pas à la Maitresse de le faire mais ce que cela sous entend si elle avait subitement envie d’y mettre un terme.
    A minima une explication au sein du couple devrait avoir lieu pour justement éviter toute mauvaise interprétation de part et d’autre.
    Et donc qui dit explication dit discussion d’égal à égal ?
    Je ne vois là rien d’extraordinaire.

  31. Bonjour à toutes et à tous, je vient de prendre connaissance de tous ce qui est dit ici, je suis moi même en cage, cette fois ci depuis maintenant 10 jours. J’ai moi même décider de porter cette cage, pour arrêter mon addiction à la masturbation quotidienne jour et nuit. Ma femme elle en espère que je vais pouvoir bander d’avantage quant elle me libérera, j’ai bien peur pour elle que ce ne soit pas le cas. Elle a son amant qui lui fait l’amour et comble ces besoins sexuel, elle envisage de continuer a nous avoir tous les deux, de ne pas faire de choix et souhaite rester avec moi mais partager son temps entre nous deux. Nous sommes ensemble depuis 7 ans, nous nous aimons, son amant lui apporte des plaisirs avec sa queue, plaisir que je ne lui procure plus, elle ne s’intéresse d’ailleurs plus tellement à mon sexe car il reste moue, donc cela ne lui procure plus de plaisir mais l idée que je porte cette cage ne la stimule pas plus que ca non plus, ne l interesse pas plus que ca… Nos rapports sexuel, quant nous en avons son mécanique, je la lèche, elle me pince les seins, je me branle sur sa cuisent, la pénètre un peu et elle arrive parfois a jouir quant je la lèche. Pourriez-vous avoir des conseils pour moi, pour nous ? Pour que nous puissions continuer notre histoire ?

  32. Une bonne punition pour toi Shiva: apprendre le Bescherelle par coeur. Ta Maîtresse devrait s’y coller.
    Plus sérieusement, ta cage t’enlève toute pulsion de mâle ? C’est pas le but ? L’interdiction de bander et de se marturber, c’est à ça que sert cet outil. Un esclave doit jouir par l’anus, sa queue n’est qu’un accessoire.
    Maîtresse décide de son usage. Si Elle a un amant qui la satisfait pleinement, le sexe de l’esclave n’est rien d’autre qu’un morceau de chair servant à le contrôler.
    Je conseille à ta Maîtresse de ne plus s’en servir du tout et de se concentrer sur sa jouissance. Ta langue, tes doigts, du lubrifiant, ton sexe étant désormais inutile.

  33. Bonjour
    Je suis aussi sous le contrôle de ma maitresse depuis 3 ans et je porte une cage depuis 1 an . J ai commencé avec une cb600 pendant 2 mois puis je suis passé a la cb6000s plus ajustée a la taille de mon « sexe ». Ca fait maintenant 7 mois que je n n ai plus aucune érection et j ai pu constaté un réduction de la taille de mon pénis au repos de 3.5 cm je suis maintenant a 2 cm.
    Je n ai jamais eu de soucis particulier a par peut etre quelques irritations au début .
    Il en va de soit qu une hygiene irréprochable s impose : pas de poils pubien et nettoyage de penis avec un savon antibactérien , j ai deux cages ce qui permet d’ en changer tout les jour pendant que la seconde trempe dans une solution antibactérienne.
    Ma maitresse porte la clef de ma cage a une chaine de cheville.
    je n ai jamais été aussi bien dans mon corps depuis que je ne bande plus et que je ne suis utile qu a aider ma maitresse pendant ses rapport avec son amant ou a nettoyer sa vulve rempile d sperm de son amant .
    Les seul orgasme que je connais depuis 1 ans son les orgasme anal qui sont je trouve plus intenses …

  34. Bonjour à toutes, voici ma contribution à ce sujet.
    J’ai imposé le port d’une cage à mon homme quasiment depuis le début de notre relation c’est-à-dire il y environ cinq ans. Son « encagement » qui ne durait que quelques jours au début, est devenu quasiment permanent aujourd’hui. Je le libère quand même régulièrement, mais très brièvement, pour l’hygiène et l’épilation. Depuis deux ans je n’accepte plus aucune pénétration directe avec son sexe, mais je l’autorise parfois à me faire l’amour avec un gode ceinture. En revanche, et autant qu’il le désire, je le laisse me titiller le clito ou la rondelle avec sa langue, jusqu’à l’extase. Dans ce domaine, il est devenu un expert et cela me satisfait entièrement. Je n’ai d’ailleurs plus connu d’autres amants depuis longtemps.
    Pour revenir aux questions concernant l’impuissance et de la réduction de taille du pénis qui sont abordées dans ce topic je peux confirmer que c’est particulièrement vrai chez mon homme.
    Lorsque je le libère après plusieurs mois « d’encagement » il n’est plus capable d’avoir une érection. Même si je l’autorise à se masturber, ou si je lui fais une pipe son pénis reste mou. Il n’a plus jamais d’orgasme, même s’il lui arrive encore (rarement) d’éjaculer une petite quantité de sperme. Dans ce cas le liquide « coule » sans qu’il s’en rende vraiment compte, mais ne gicle plus comme auparavant.
    La longueur et le diamètre de son pénis ont également été fortement modifiés. Au cours des cinq ans « d’encagement » je l’ai obligé à changer plusieurs fois de modèle de cage afin qu’il reste « ajusté au plus court ». Au début il portait un modèle classique adapté à un pénis de ± 8 cm, mais actuellement il est parfaitement à l’aise dans un petit modèle qui n’accepte qu’une longueur de 25 mm maximum. De même ses testicules, qui avaient autrefois la taille de deux œufs de poule, ressemblent aujourd’hui deux petites cerises. D’ailleurs, avec le dernier modèle de cage, cela m’a posé un problème avec la dimension de l’anneau qui était trop grand pour ses testicules. Pour résoudre ce problème, je lui ai fait pratiquer trois piercings (deux sur le scrotum et un sur le pubis) auxquels je fixe la cage avec un cadena ou un mini colson. Comme quoi, il y a toujours une solution ! En revanche je ne suis pas certaine que ces modifications soit totalement réversibles. En tous les cas pas rapidement. Car il y a six mois il a fait une chute de moto, et est resté hospitalisé trois semaines (sans sa cage évidement) pendant lesquelles il n’aurait eu aucune érection. Et à sa sortie, je l’ai « encagé » immédiatement. Ses attributs n’avaient pas repris 1 mm.
    J’en profite pour placer une petite anecdote savoureuse. Il y a quelques jours nous étions dans un club de vacances où j’ai croisé son ex. Autrefois c’était également une amie à moi, mais elle n’a jamais accepté que je lui pique son mec. C’était une bimbo, très branchée sexe, et limite nympho. Il y a cinq ans, elle avait essayé plusieurs fois de le récupérer, mais sans succès. Mais ce jour-là, en discutant avec elle, j’ai senti qu’elle en pinçait toujours pour lui. Cette salope a même fait une allusion pour un plan cul à trois. Alors je lui ai malicieusement et innocemment proposé de nous retrouver tous les trois en fin de journée pour un sauna, et bien sur elle a accepté.
    Le soir, j’avais « décagé » mon homme pour l’occasion, en lui annonçant que nous allions au sauna mais sans plus d’explication. Arrivés un peu en avance, nous sommes déshabillés et nous avons pris place tous les deux dans la cabine surchauffée déjà occupée par un homme seul. Quelques minutes plus tard la bimbo s’est pointée dans le sauna en tenue d’Eve, au grand étonnement de mon homme qui l’a reconnu immédiatement. Le regard de la fille s’est immédiatement arrêté sur l’entrejambe de mon homme et sur son intimité. Elle a eu une sorte de hoquet, et j’ai failli en jouir. Avec ses trois piercings et son micropénis totalement épilé, mon homme, autrefois bien monté, ressemblait aujourd’hui à un castrat. Ils sont restés tous les deux face à face pendant plusieurs minutes sans parler. Lorsque j’ai commencé à titiller le petit sexe de mon homme devant elle en disant « Alors, il te plait toujours ? », elle a éclaté en sanglots et a quitté le sauna. Lorsque qu’un fin filet blanchâtre a « coulé » entre mes doigts et s’est rependu sur la banquette du sauna, j’ai compris que mon homme avait apprécié ce moment d’humiliation inattendu. Il m’est entièrement soumis, mais c’est mon homme et je l’adore.

  35. Des échanges ici, mais aussi de plusieurs commentaires sur d’autres articles, ressort clairement la notion d’addiction qui entoure la stabilité d’une relation D/s (qu’elle soit féminine ou masculine, d’ailleurs). Comme toute addiction, celle-ci s’installe progressivement, au fur et à mesure de la montée mesurée en intensité de la relation, cette « domination en spirale » théorisée par Marie Séverine, et mise ne pratique d’une certaine façon par toutes/tous (peut-être à la manière de Monsieur Jourdain…) car tout ce qui serait trop brutal dans ce cheminement aurait de grandes chances d’aboutir à un échec.
    Addiction amoureuse d’abord (addiction « psychologique » du candidat soumis qui se déclare et fait un don total de soi à sa compagne, on peut presque dire un « don parfait »), qui devient ensuite, pour le soumis, psychologique et « chimique » (aspect physiologique, hormonal, selon les conséquences endocrino liées à une chasteté prolongée largement relatées dans des articles (par ex, Emma – Façonner son homme) ou divers commentaires de « sachants » (pas mal de « médicos »par ici, finalement, avec parfois des différences d’analyse d’ailleurs (Audrey, Loh, etc.). Rien que de très banal ; si vous voulez contredire les affirmations d’un expert, il suffit de trouver un autre expert qui a les mêmes références universitaires ! Et cela vaut dans tous les domaines…)
    Addiction dont il est très difficile (forcément !) de se sevrer. Tant que la relation dure dans le cadre de ce qui est accepté/consenti par les deux protagonistes, c’est le bonheur ! Mais en cas de rupture de la relation, ça peut trouner véritablement à la cata pour le soumis ! (entre autres, le témoignage de Bernard du 27/09/16, mais il n’est pas le seul…). Comme Renaud (14/8/16), je m’interroge sur l’amour déclaré d’une Domina qui aurait, au fil des ans, à ce point « inadapté » son mari à pouvoir vivre en autonomie une vie sociale normale, et pourtant le quitterait et le laisserait choir !
    Addiction, addiction amoureuse, quand tu nous tiens… :))
    Un TTC que j’ai commis il y a plus de 2 ans sur ce thème… https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/junkie-1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *