Clé de la cage de chasteté : le cilice de l’été !

Bonjour !

Non, pas le calice, j’ai bien dit le cilice … Et pour celles (et ceux) qui ne connaissent pas, le cilice est une sorte de vêtement de toile, mais c’est aussi une chaînette que les membres de l’Opus Déi s’obligent à porter quelques heures chaque jour, en général autour de la cuisse, pour se rendre la vie plus difficile. Ca blesse un peu, c’est fait pour, certainement pour se rappeler la souffrance de leur prophète, mais je ne m’aventurerai pas sur ce terrain. Par contre, je vous offre une petite photo du truc :

500px-CiliceQuel rapport avec la cage de chasteté ? Nous y voilà. Vous savez si vous fréquentez ce site et lisez mes articles que j’ai l’habitude de porter la clé sur moi quand mon mari est contraint de porter une cage de chasteté, ce qui est très très fréquent, il faut bien avouer. Et quand il est sans cage, je ne porte pas de clé, c’est une règle saine et claire.

Le plus souvent je porte la clé en pendentif, avec une chaînette plutôt longue. J’aime assez qu’elle pointe sur le rebord de la poitrine, c’est assez bien mis en valeur, il y a un coté « bord du précipice » qui est symbolique, et surtout mon mari la voit bien, et il voit quand je la prends distraitement dans la main, geste un peu mécanique que me rassure presque comme un doudou : la clé est bien là, mon mari est bien verrouillé, tout va bien …

En hiver, cette position colle parfaitement avec ce que j’aime porter : ensemble de laine, pulls, tuniques plutôt proche du corps avec une veste, etc, comme sur la photo qui suit, prise l’hiver dernier par mon mari dominé qui voulait « saisir » mon attitude paisible et dominante avant qu’il ne doivent lécher avec soin mes talons et mes semelles, sous ma surveillance stricte.

DSCN0501Mais l’été, pas de pulls à col roulé par 35° à l’ombre …. C’est donc le débardeur qui s’impose. Coté clé, ça rend les choses un peu plus compliquées, mais ça génère des variantes … Au départ, on se trouve dans la situation classique des clés en « position longue » :

retourRien de bien différent, sauf qu’au gré des mouvements, les clés peuvent se balancer de gauche à droite et se bloquer dans les bretelles. Elles rentrent rarement dans le décolleté, car j’évite de trop me pencher en avant, mais ça arrive. Dans ce cas, je goûte le dangereux contact dont je vais parler plus tard. Mais justement, je les remets vite « au dessus ».

Mais si je suis un peu plus aventureuse, je peux utiliser une chaînette un peu plus courte, et vous allez voir que c’est tout à fait différent. Les clé viennent se mettre dans un emplacement qu’on croirait fait pour…

DSCN1305Et là, mes amies, je ne sais pas si vous avez les mêmes sensations que moi, mais c’est assez redoutable …. Pour moi, si je les laisse un peu trop à ce niveau, ça devient addictif. Je sens les clés en permanence, à chaque seconde. le moindre mouvement du buste, ou même de la tête, les fait bouger et me rappelle la captivité de mon mari, et le contrôle absolu que j’exerce sur sa vie sexuelle. J’en ai régulièrement des sensations … disons coupables ^^.
L’addiction vient vite, et le rapport avec le cilice du début est là : il y a une très légère irritation qui se créée, du fait du relief des clés, qui est une délicieuse gêne, dans la mesure où cela ne fait que rappeler le reste des sensations.

Pour atténuer (surtout pour la suite), j’ai essayé d’enduire les clés de paraffine, ou de bougie fondue et refroidie. Cela fait paniquer mon mari soumis car il voit chaque ajout sur la clé comme un retard potentiel de son utilisation pour ouvrir. Si un jour j’utilise de la résine, il pourra vraiment flipper ^^.

Mais il faut surtout que je me résolve à remettre la chaîne longue, pour ne pas risquer de ne plus pouvoir m’en passer du tout, ce qui condamnerait mon mari à un enfermement permanent et définitif …

Mais le pire du pire, c’est de mettre la clé à l’intérieur, avec la chaîne longue. Car dans ce cas (et il n’y aura pas de photo ^^), la clé vient se poser sur les seins, sur le sillon, et s’enfonce légèrement, petit à petit, au gré des mouvements, et « l’effet cilice » s’en trouve encore démultiplié. Quand la clé est enfoncée très profondément, un petit geste sur le cordon peut lui permettre de remonter un peu, ou bien on peut la laisser « tomber » dans le triangle du soutien-gorge, sous la poitrine, dont elle ne peut plus ressortir.  Je sais que si je me laisser aller à ce délicieux vertige 2 ou 3 jours de suite, je ne pourrai plus me résoudre à libérer mon mari, même si je l’avais prévu et/ou promis. Ou alors juste 2 minutes, sans retirer la chaîne, pour remettre la clé tout de suite à sa place sans qu’elle ait le temps de prendre froid …

15 Commentaires

  1. Bonjour Marie Séverine
    Vous êtes délicieusement machiavélique, imaginative.
    Votre Mari a de la chance. il doit vous adorer.
    Moi, j’adore votre site. J’essai d’initier ma femme à ce type de relation. Pas facile. nous avons beaucoup de travail tous les deux, un petit a s’occuper. Bien à vous. Pierre

  2. Madame
    Comme toujours vos articles sont délicieux et remarquables
    Comment un homme pourrait il ne pas être à vos pieds et vouloir vous servir
    Très respectueusement

  3. La clé est fort chanceuse.

  4. Beaucoup d’objets en métal sont galvanisés, recouverts d’une couche de zinc pouvant provoquer des irritations, inflammations.

    Une solution que j’ai trouvé est de mettre du vernis à ongle hypoallergénique. Il vaut mieux en mettre plusieurs couches, en laissant sécher à chaque couche, cela permet de résister à l’abrasion plus longtemps.

  5. Bonjour Madame,
    il est simple désormais de faire des impressions 3D. Vous pourriez faire une empreinte de la clef en à peine plus grand et y insérer la clef.
    Exacte forme et votre peau protégée.
    Sauf si les molécules sont constituées d’aluminure de mercure cathodisées au Cesium 137…

  6. Vos articles, techniques sont toujours plein de subtilités.
    Ce qui est plaisant à lire (et effrayant) c’est aussi le plaisir sadique évident que vous avez à contrôler votre mari…

    Je me demande, si ce n’est trop indiscret, combien de jours laissez-vous s’écouler avant de lui accorder un orgasme pénien ?
    Et s’il y a une sorte d’addiction à augmenter ce délai ?

  7. Madame, je vous confirme la définition que vous nous avez présenté du Cilice. Elle est exacte. Pour info, et si vous m’autorisez cela, j’ajouterais que Charlemagne a été enterré avec celui qu’il a porté durant sa vie. Je parle ici du vetement, et non de la variance caractérisée par un chainette métallique par exemple.

  8. A l’attention de Marie Séverine
    Bonjour Madame ,
    J’ai découvert, pas tout à fait mais presque,votre site il y a maintenant quelques semaine et j’ai immédiatement été, sinon envouté, du moins séduit par votre personnalité, votre assurance de femme qui assume et aussi par votre talent d’écriture.
    Vos commentaires, vos conseils et la relation d*intimité partagée que vous entretenez avec votre époux, tout entier tourné vers vous, en confiance mais totalement en votre pouvoir, toujours bienveillant en fin de compte, suscitent en moi un trouble que je découvre et que je ne comprends pas.
    Vous êtes une femme, une épouse que l’on mérite, c’est evident.
    Je continuerai a vous lire donc, vous qui avez probablement beaucoup cheminé pour arriver là où vous en êtes rendue aujourd’hui.

    Avec votre permission,
    Recevez, Madame, mes sincères et respectueuses salutations.

  9. Bonjour,

    Vraiment bien ces sujets sur la cage de chasteté.

    Pour moi ce n’est pas nécessaire, je suis impuissant. Ce qui arrange bien ma chère et tendre d’ailleurs 🙂

    Je n’ai jamais eu de rapports avec elle (même si ça peut sembler étrange aux yeux de certains) et n’en aurait jamais.

    • bonjour Ady sans être impuissant totalement malgré des soucis de prostate érection mais souvent sans éjaculation .Je n’ ai plus pénétré ma femme depuis 20 ans . elle ne veut pas elle a eu des amants mais avec l’âge sa libido s ‘est calmée . Mais elle ne me dit pas tout .

  10. Euh vous portez deux clés qui ont l’ air différentes Madame?

  11. Je connais cette délicieuse torture car Maitresse Sophie exhibe en permanence la clé de ma cage de chasteté notamment entre le sillon ses splendides seins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *