Un monde sous domination féminine : Genesia

Un monde sous domination féminine : Genesia

Download3830
Stock
File Size7.75 MB
Create Date6 décembre 2015
Télécharger

Nous vous rappelons que ce document est ici en téléchargement libre, à une condition, c'est qu'une fois que vous l'aurez lu, vous reveniez écrire un commentaire pour lui faire un retour sur son ouvrage.

Aimé, pas aimé, ce qui vous a plu, gêné, tout ce que vous jugerez utile ! Merci d'avance !

9 Commentaires

  1. Bonjour Marie Séverine et bonjour l’auteure,

    Ce récit est fort et puissant. J’ai aimé le coté domination et surtout apprentissage des coups que je ne connais pas. Par contre, j’ai trouvé long les mots sur le projet qui si il est exaltant n’en est pas moins trop long pour moi.

    Merci en tous les cas de ce texte

    GO

  2. bonjour
    Le récit est bien écrit, un peu long, mais surtout un peu « mécaniste », les personnages sont très (trop) stéréotypés.
    C’est très gentil de nous le faire partager, mais honnètement, je le trouve assez moyen, pas de graduation dans la soumission, de suspense, en bref, j’ai eu du mal à y croire!

  3. Bonjour Mesdames et merci d’avoir partagé ce récit.
    Je rejoins cependant l’avis de jean, je trouve l’histoire moyenne, et ce pour les raisons suivantes :
    – Cette histoire commence par un changement de rapport (« vanille » à maîtresse/esclave), or ce changement est trop brutal –> Qu’elle devienne instantanément dominatrice experte est déjà difficile a croire même si cela est expliqué dans la suite du texte, mais le mari deviens immédiatement et définitivement un soumis parfait (obéi immédiatement, sans rebiffade, même intérieure, sans envisager une autre solution qu’obéir, et sans faute, notamment aucune masturbation en 2 semaines sans dispositif ni ordre clair en ce sens)
    – Une « faute originelle » plus marquée que de sortir +/-contre sa volonté avec des potes aurait pu rendre ce changement de statut plus compréhensible, à la fois pour le lecteur et pour le soumis
    – Les rapports avec les « tierces personnes » est également brutal et peu crédible : « maitresse » exhibe son esclave volontairement sans savoir devant qui et sans aucune crainte de choquer ou de réaction négative? toute femme qui voit un homme en laisse trouve cela normal ou amusant et deviens tout de suite une aspirante dominatrice?
    – l’environnement est trop parfait aussi, et donc peu crédible : moyens financiers illimités, quartier 100% féminin, entreprise 100% féminine dans un « secteur d’homme », toutes les femmes sont des dominatrices en puissance qui n’attendent que de savoir que ça existe, etc…
    – point un peu moins important, je trouve également l’histoire trop mécanique
    – Enfin, j’aurais peut être préféré le titre gynarchia à génésia, ou voir le mot gynarchie en première page, ce mot étant clairement au centre de ce récit.

    L’histoire n’est pas mauvaise en soi, c’est bien écris, les situations sont excitantes mais certaines pourraient être détaillées. l’histoire est bien construite et difficile à faire tenir en 180 pages

  4. J’ai lu l’histoire d’une traite. Pas de problème de forme : c’est écrit clair même si ce n’est pas du Proust ! Tout l’intérêt réside dans l’histoire elle-même. J’ai trouvé l’histoire plaisante. C’est agréable.
    J’ai évidemment des critiques :
    a) L’histoire manque un peu d’originalité : les situations plutôt classiques et attendues.
    b) Il faut prendre cette histoire comme un conte car évidemment rien n’est plausible. C’est une sorte de caricature qui n’est pas réaliste ni réalisable.
    c) La psychologie des personnages est peu étudiée : quasiment pas de sentiments, pas de réaction humaine (rejet, amour, haine, …)
    d) Personnellement, j’aurais préféré l’histoire de la montée progressive de la prise en main, plutôt que l’histoire de la vie du héro, une fois le dressage fait
    e) Enfin, j’aurais préféré des situations plausibles et plus subtiles. On peut imaginer par exemple, la maitresse et son mari soumis, lors d’un repas chez des amis, etc.
    Ceci dit, j’encourage l’auteur à poursuivre car j’ai passé un bon moment et car la critique est aisée mais l’art est difficile. En espérant ne pas l’avoir découragée : mais à demander des avis, on s’expose à en recevoir !

  5. Bonjour mesdames

    Ce récit est assez bien écrit, surtout pour une femme. Bien que le passé simple employé parfois en alourdisse un peu le style. (rentâme, arrivâme…)
    On ne peut pas contester une présence de trame de fond à cette histoire, qui va vite, très vite.
    Les descriptions gagneraient probablement à être approfondies, personnages, lieux et surtout sentiments, ressentis, ce qui améliorerait le coté captivant de l’histoire.

    Après, il conviendrait de rebaptiser la catégorie en fiction fantasmatico-érotique.

    Car pour finir, j’avoue que j’ai beaucoup de mal à adhérer au coté « gynochratique » quelques peut démesuré de cette nouvelle civilisation sectorisé à l’extrême.

  6. « Ce récit est assez bien écrit, surtout pour une femme », ose Dom. J’adore… Encore un qui a tout compris.

  7. Bonjour Mesdames,
    Si j’ai lu d’une traite ce texte, il n’en reste pas moins terriblement caricatural avec un manque d’équilibre de la relation.
    Bien sûr tout va beaucoup trop vite dans l’éducation du soumis et la fin fait ressembler , malgré le démenti de l’auteur, à un camp de concentration.
    La relation gynarchiste, pour l’avoir connue, est beaucoup plus subtile à mon sens et surtout, pour ma part, j’ai reçu beaucoup d’amour de ma Maitresse femme (ce qui n’empêchait pas punitions et humiliations, bien au contraire).
    C’est l’Amour de nos femmes, le véritable moteur de notre soumission.
    Mais peut-être n’avons-nous pas connu le même type de relation ?

  8. Bravo! Ce récit des différentes étapes m’a bien intéressée. C’est un peu rapide, il est vrai que le mari est finalement vite consentant ou passionné. Cela fait envie, ce n’est pas toujours aussi facile, mais quel beau projet! on en rêve toutes. BEL

  9. Bonjour, quand à moi je trouve que c’est une très belle initiative, je l’ai dévoré avec intérêt et envie, merci pour cette belle fiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *