Façonner son homme : Emma anime un site passionnant

Il nous a été signalé par un commentaire, et nous avons depuis pris contact et échangé plusieurs fois. Emma décrit dans un blog très intéressant, avec beaucoup de sincérité, de détails, de mesure, et d’efficacité, la façon et les raisons pour lesquelles elle met son compagnon sous son autorité, en utilisant tous les moyens disponibles.

Le site est ici : http://www.evolvingyourman.com 

Il est en anglais, mais vous allez voir que l’un de nos admirateurs (trait blanc) a fait un joli travail de traduction et d’illustration, que vous allez pouvoir lire ou télécharger plus bas.

La photo du bandeau montre une femme qui pose dans un environnement naturel, ce qui dégage une sensation de maîtrise et de sérénité. La domination n’est pas fantasmée, elle est au quotidien. Sans en être consciente, j’avais eu le même réflexe dans un article datant un peu, ICI, dans lequel je faisais un bilan intermédiaire (en 2015, déjà !).

Dans le premier post, « Prendre les rênes », on trouve une belle rétrospective de la façon dont la progression a eu lieu. Ce post peut largement être relayé par ceux qui voudraient convaincre leur femme de façon soft. Il y a de la sensibilité, de l’intelligence, de la sincérité, de la détermination. Il n’y a ni esbroufe ni exagération de quoi que ce soit. Un parcours honnête et serein. Vous pouvez le lire ou le télécharger à la suite en français et très joliment illustré par les soins de trait blanc :

EYM Prendre les renes

Le second post est tout aussi intéressant, il est adressé aux hommes qui ont le désir de s’offrir à leur femme. Voyez les arguments développés, ils sont très élaborés, et avec l’accord d’Emma, nous en reprendrons un grand nombre dans notre opération de vulgarisation de la chasteté masculine sous contrôle féminin :

EYM Tu veux quelle tenferme

Le post suivant, qui n’a pas été écrit par Emma, mais qu’elle a « recueilli » sur son blog pour notre plus grand bonheur, peut également être proposé à la lecture d’une femme qui hésite. La dimension culturelle de l’abstinence y est décrite avec des arguments intéressants, sans pour autant oublier qu’à la base, ce sont des processus physiques et naturels que l’on met sous « contrôle orienté ». Passionnant :

EYM Perception de soi

Et pour finir (pour le moment), un post qui commence presque comme un cours de SVT (sciences de la vie et de la terre), sur l’éjaculation et ce qui advient en la retenant, et qui finit comme un manuel d’élevage d’un animal de compagnie (j’exagère bien sur, mais ce coté m’a amusé, j’avoue). En tous cas c’est très documenté, donc utile :

EYM Controler les liberations

Il y aura d’autres traductions plus tard, mais j’ai épuisé trait blanc à la tâche, en lui faisant recommencer plusieurs fois. Et c’est du bon travail (Emma est du reste assez admirative). Bonne lectures !

19 Commentaires

  1. bravo et merci pour ce travail de traduction.

    • Je suis heureux que vous profitiez de mon site web. Je ne parle pas français alors c’est ma tentative avec google traduction. Je voulais que tout le monde sache que j’ai mis à jour le site sur son propre site Web http://www.evolvingyourman.com au lieu du site wordpress.

      • Marie Séverine

        Hello Emma !
        It is better to have your own site ! More independant ;-). I have updated the link in our post.
        We will soon publish more translations of your posts (thanks to trait.blanc).
        Have you seen our last post ? You can vote for our keyholders photos ! And make it known 🙂
        Kind regards

  2. ‌72 jours pour la spermatogenèse ! Bigre !! Chez le dinosaure, peut-être… Mdrrr
    Blague à part, cette petite confusion entre jours et heures (dans l’article « SVT », comme dit Marie-Séverine) n’enlève rien à l’intérêt des propos ni à la qualité globale de la traduction-illustration. Bravo à ceux qui ont fait l’exercice.
    Sans être novateurs (beaucoup de littérature converge sur à peu près les mêmes choses) ces articles donnent une vision synthétique sur les plans « techniques » (SVT, donc…) et psychologiques, très utiles à la compréhension de ce qui se passe, et du pourquoi ça se passe ainsi « dans son corps et dans sa tête ». Des choses utiles à tous, hommes et femmes, pour s’interroger sur soi, sur l’autre, sur son couple, dans le but de plus d’harmonie et de plaisir partagé (j’ai presque envie de dire, plus de bonheur !).
    Même pour qui n’est pas soumis, s’interroger, remettre en perspective ses croyances et ses attitudes est une bonne chose pour peu qu’il y ait une réelle ouverture d’esprit et la volonté de tirer la relation du couple vers le haut. Bien que n’ayant jamais été du genre « canapé-télé-foot-bière », ni sorties copains-rentrée tard totalement imbibé (mais plutôt amoureux, attentionné et serviable… si, si :)), depuis 3 ans que j’écris dans l’érotisme, donc me documente (y compris sur ces mondes particuliers de la D/s), ma femme me trouve encore plus prévenant et attentionné, dans « l’ordinaire du quotidien » comme… dans nos ébats ! C’est une des raisons pour lesquelles je m’intéresse à ce blog, bien que ne faisant pas partie de la communauté des soumis. Je découvre, j’apprends, je questionne mes convictions, je fais bouger mes lignes car rien n’est intangible (seuls les ânes ont des certitudes définitives).
    Juste un peu dommage de retrouver quelques clichés du genre « le gentil soumis attentionné et amoureux Vs le mâle avant soumission, un peu rustre, un peu macho, ne prêtant plus beaucoup attention à sa compagne dès qu’il a tiré son coup ». Je vais finir par croire que c’est là le cas général vécu par la majorité des femmes (et que je suis une exception ! Lol). Si oui, et que seule la chasteté/soumission peut rendre votre compagnon plus amoureux, prévenant, attentionné… vous avez raison de l’amener sur ce terrain.

    • Wilson of the Beach

      « La spermatogenèse débute à la puberté, atteint son maximum vers 20–30 ans, ralentit progressivement vers la quarantaine mais peut se poursuivre jusqu’à un âge avancé. La spermatogenèse est un processus lent et continu demandant 74 jours environ chez l’homme » Source Wikipedia.

  3. Ces textes sont très intéressants, quoique plus « soft » que ceux de Marie-Séverine. J’y vois deux types d’intérêt :
    Pour les Dames dominatrices débutantes : c’est une belle et claire initiation.
    Pour les hommes soumis en chasteté : on comprend bien (mieux) l’intérêt et le bénéfice des Dames à tenir leur homme en chasteté contrôlée. Cette empathie nous motive à mieux les satisfaire.

  4. Erratum : après recherche complémentaire sur le net, il s’avère que le consensus sur la spermatogénèse est à 74 jours, proches des 72 jours de l’article d’Emma (et non pas les 72 heures que j’évoquais suite à la lecture de son papier). Mais c’est là le problème… Comme un truc pas clair dans l’article « Contrôler les libérations… », où l’auteur explique que dès le 3ème jour (soit 72 heures), les testicules sont de nouveau bien remplis et que l’homme ressent le besoin d’une libération.
    Il y a une sorte de dissonance cognitive entre les différentes assertions… 72 jours… mais « remplissage » suffisant (c’est à dire régénération des spermatozoïdes, ce qui est précisément… la spermatogenèse !) et envie de se libérer au bout de 72 heures…
    Y a un truc qui ne fonctionne pas.
    Perplexe et dubitatif…

    • Je tiens a faire part de mon expérience un Male viril peut éjaculer plusieurs fois par jour et ou bout de trois jours d ‘abstinence pour certain c’est difficile a controler Donc au départ du port d’une Cage il faut aller progressivement de façon a allonger les éjaculations

  5. En la matière le simple principe de précaution serait justement de ne pas prendre pour argent comptant des hypothèses ou des études de x ou y sachant que vous trouverez tout autant des hypothèses ou des études présentant le résultat exactement inverse.
    Le plus raisonnable en la matière serait de faire confiance à dame nature …
    Après tout elle s’est pas si mal débrouillé

  6. Bravo à Emma, merci à Marie Séverine et à Trait Blanc pour la traduction.
    J’adore ce genre de blog pédagogique écrit par une Femme, basé sur du vécu…
    Les principes exposés sont connus, mais chacune les interprète selon son propre parcours.
    Je vais faire lire cet article à Maîtresse Joa, ma Femme, bien que je ne sois pas très enthousiaste à l’idée d’être encagé… Mais ça viendra peut-être…

    • Maîtresse Joa a lu avec attention le blog d’Emma, et il me semble que cela lui a donné quelques idées pour que nous progressions ensemble dans notre nouvel art de vivre… Merci encore à Emma et Marie Séverine.

  7. Merci Marie Séverine pour cette traduction.

  8. Il y a des points intéressants dans ces textes, mais j’ai toujours un problème avec l’aspect « manipulateur » que sous-entend le fait de « façonner son homme » dans le but qu’il soit, par exemple, plus attentif aux désirs de sa femme. C’est toujours l’un des arguments qui me dérange quand on parle de cage de chasteté & compagnie, sur les sites de domination comme le votre.

    Mon idée de la relation d/s consiste plus en un plaisir mutuel et complice correspondant à la personnalité et aux envies des deux partenaires. Pas en le fait de lobotomiser l’autre pour l’utiliser au service de nos désirs, nous rendre la vie plus facile et en faire un toutou docile à notre seul bénéfice. Le fait de servir, pour un soumis (avec tout ce que ça comporte comme frustrations, douleurs, punitions ou actes imposés, etc), est un plaisir, une excitation, une envie qui doit découler de lui et pas de quelconque manipulation / endoctrinement.

    Il n’y a pas de façonnement mais de progression à deux, dans une relation saine.

    Mais ces textes restent très intéressants néanmoins.

  9. Pour moi cette femme a perdu toute crédibilité.
    J’adorais le blog d’Emma.
    J’y ai lu des choses réellement passionnantes et convaincantes, et même un ou deux très beaux textes. Les traductions qui en ont été faites ici sont excellentes.
    Sa dernière contribution date d’avant-hier. Elle est très longue et reprend tout ce qu’elle dit sur le blog depuis quelques temps.
    Le début est donc dans la même veine positive.
    Mais un peu plus loin, le malaise commence. Elle n’utilise plus le mot « man », mais le mot « male », c’est-à-dire qu’elle commence à déshumaniser complètement son homme. Elle s’est distanciée de lui et ne le mentionne plus que comme un cobaye animal.
    Si encore cela s’arrêtait là.
    Mais il y a pire, et notamment deux choses qui m’ont totalement horrifié, et finalement convaincu que cette femme est en fait une malade.
    – La première, comme Mat l’a fait remarquer, dans le post plus haut, c’est qu’elle se livre à des expériences quasi pavlovienne sur son « mâle ». Son histoire de dressage par des mots uniques (« à poil », « chambre », « cage »…) va bien au-delà de l’aspect ludique et emphatique d’une relation dominante/soumis entre êtres humains qui y ont un intérêt mutuel. La méthode et la rigueur qu’elle y met montrent qu’à ce stade, elle ne « façonne » plus son homme, comme elle dit; en fait, elle dresse un chien !
    – La deuxième est qu’elle avoue platement se défouler à fouetter son mec jusqu’au premier sang. Elle le conseille en creux en disant qu’elle trouve cela très jouissif, et dit plus ou moins « si ça vous arrive et que vous pensez être allée trop loin, surtout, ne vous excusez pas, vous vous rabaisseriez ».
    C’est complètement sidérant.
    En France, et ailleurs en Europe, on est condamné quand on fait cela à un animal. S’en vanter publiquement, sans même l’excuse de l’accident, c’est une apologie de la violence, et c’est illégal. Je ne recommande pas aux éditrices de jedominemonmari de faire traduire ces passages là et de les publier.
    A ce niveau là, l’argument du consentement n’est plus recevable.
    La réalité est que, sous couverts d’arguments scientifiques – au demeurant recevables et bien construits – sur les bienfaits de la chasteté masculine strictement contrôlée par les femmes – thèse intéressante et partagée -, elle a glissé ensuite sur la satisfaction exclusive de ses besoins sexuels – ce qui peut être un jeu stimulant pour les deux, comme chacun sait – puis une forme de mini esclavage domestique – dispensable mais why not -. Il y a dérive, mais on était dans les limites du raisonnable.
    Oui, mais, aujourd’hui, elle en est à commettre des attentats physiques et psychiques réels, assumés et éhontés.
    Il n’y a plus de doute, elle est passée « du côté obscur de la force ».
    Sorry Emma, this is where I draw the line.

    • il ne faut pas oublier qu’on reste toujours dans une relation entre adultes et consensuels. Je ne crois pas trop aux arguments scientifiques, je n’ai pas besoin de cette justification pour souhaiter que ma femme prenne conscience du pouvoir qu’elle pourrait avoir sur moi et éviter que – entre temps – je me retrouve à (simplement) jouer avec des Maitresses occasionnelles

    • ‌Bonjour, King of the peg,
      A la lecture de votre commentaire, j’ai eu envie de réagir et d’abonder sur les risques des excès et abus d’une relation D/s poussée, voire franchement BDSM, tels que j’ai pu le lire dans nombre de papiers ou échanger plus directement avec certain(e)s protagonistes. Il semble d’ailleurs que ces situations « limites… et au-delà » sont plus nombreuses dans les relations Maitre-soumise, notamment lorsqu’il s’agit de relations en séance ou en session et non dans une vie de couple, alors que les cas inverses (le « hors limite » de Domina sur soumis), qui semblent moins nombreux (mais ce n’est qu’une impression d’après mes sources, pas le résultat d’une étude statistiquement prouvée) sont plutôt présents dans une relation D/s permanente, en couple.
      Du coup, et avant de poster mon commentaire, je suis allé lire avec attention l’article qui vous avait fait réagir. Mon analyse est finalement moins tranchée que la vôtre et je condamne beaucoup moins Emma que vous semblez le faire.
      Tout d’abord, le début de son article consiste à proposer un mode de « rééducation » pour les masturbateurs chroniques qui, du coup, n’offrent pas de relation sexuelle satisfaisante à leur compagne. A ce sujet, j’ai très été surpris par les chiffres qu’elle donne : certains hommes se masturberaient jusqu’à 15+ fois par semaine ! Bigre ! Même dans mes années plus jeunes (et plus vertes !) je n’ai jamais atteint de tels sommets. Il est vrai que j’ai toujours eu copines ou compagnes, et que je préférais largement les jeux à deux plutôt que de me vider à grand coup de veuve poignée. Après, c’est chacun son truc…
      Toutes ses recommandations et ses explications me semblent intéressantes et faire sens, et à plusieurs reprises elle indique que la profondeur (si je puis dire ! rire…) des actions est à ajuster en fonction de chaque couple : pas de recette unique à plaquer sur toutes les situations (Marie Séverine ne dit pas autre choses dans ses articles).
      A ce stade, Emma indique même que sa « thérapie anti-masturbation excessive » est compatible avec une relation vanille. Dans un deuxième temps, elle en vient à relier ses recommandations avec le BDSM, laissant là-encore à chacun l’arbitrage du jusqu’où aller. C’est ici qu’apparaissent les comportements qui vous choquent ou vous agacent : conditionnement/dressage par ordres secs (comme pour un chien), punition poussée « jusqu’au premier sang »…
      Il est clair qu’elle va assez loin. Cependant, pour avoir échangé de manière très directe avec certaines dominas et soumises (et pas seulement avoir lu des articles), je suis aujourd’hui convaincu que certains hommes ou femmes (soumis ou soumises) aiment et recherchent ces situations extrêmes, qu’ils s’agissent du champ de l’humiliation (dont dressage strict) et/ou douleur (masochistes) y compris, pour certains, « jusqu’au premier sang ».
      Là encore, c’est chacun son truc, mais Emma n’impose rien. Elle témoigne de son cas, fait des suggestions en fonction de ses envies et croyances, mais rien d’impératif dans ses propos ; chaque couple est libre d’adapter selon ses désirs et objectifs.
      L’important, et elle le répète souvent, c’est la communication entre les acteurs. Se livrer à de tels excès sur quelqu’un non consentant est un crime et doit être traité comme tel. Mais dans le cas où le soumis/soumise a un côté maso réel et que les choses, pour poussées qu’elles soient, restent sous contrôle et consentement…
      Le point qui me convainc le moins dans ses explications (mais ça n’a rien à voir avec votre agacement) est l’intérêt de faire avaler au soumis son sperme après éjaculation, au motif des bienfaits de sa composition… Je comprends bien la dimension humiliation, mais j’achète moins l’argument que ça le rééquilibre plus vite sur le plan hormonal…
      Bonne journée à vous…
      et Bonne St-Valentin à tous !
      Certains vont être à la fête ce soir, après un long mois d’abstinence. Pour d’autres, il faudra probablement patienter encore un peu… :))

  10. Merci Madame et merci à trait blanc (dont j’adore le compte Twitter)

  11. C’est toujours sympathique à lire !

    😉

  12. Sur le blog d’Emma, concernant l’article « Prendre les rênes », voici 18 commentaires-réponses (au 14/02/2019) traduits (sommairement).

    trait blanc

    __________

    droessler5 – Le 17 novembre 2018 à 00h11.

    Très utile et tout semble réaliste et très faisable !!!
    _____

    kfergvegas – Le 19 novembre 2018 à 00h59.

    Non seulement faisable, mais ça rend littéralement la vie plus facile pour nous deux.
    _____

    John – Le 17 novembre 2018 à 12h06.

    J’adore et espère que vous continuerez, avec les secrets de votre relation. Avez-vous pratiqué la fessée dans votre relation ?
    _____

    kfergvegas – Le 19 novembre 2018 à 00h59.

    En fait oui, mais je pense que je vais garder ça pour un autre article.
    :-p
    _____

    droessler5 – Le 17 novembre 2018 à 15h12.

    Excellents conseils. Nous allons attendre pour en savoir davantage !!!
    ___

    kfergvegas – Le 19 novembre 2018 à 00h58.

    Merci. Je ne suis pas vraiment écrivain mais je compte persévérer.
    _____

    Joe V – Le 30 novembre 2018 à 07h31.

    Votre blog est exceptionnel, le meilleur que j’ai jamais vu. J’espère un jour incorporer TOUT ça dans mon mariage. Pour l’instant, je ne sais tout simplement pas comment parler de ça avec mon épouse et je ne crois pas qu’elle serait réceptive à ces idées. Des conseils pour démarrer ?
    _____

    Emma – Le 2 décembre 2018 à 13h23.

    Ah ! Il peut être difficile d’en parler avec votre compagne sans qu’elle pense que vous soyez un pervers sexuel. La plupart des blogs sur le sujet (y compris mon blog Tumblr) sont osés et pervers. Lol. Une vraie relation peut être purement vanille ou encore cuir et bâillon BDSM, tout comme chaque relation. Sur quoi vous disputez-vous tous les deux ? La communication est essentielle. Je recommande que vous lui parliez d’un moyen qui pourrait vous épanouir en montrant davantage de compassion et peut-être en révélant un bien meilleur amant. Au début, elle aura probablement des appréhensions parce que cela ressemble à une charge de travail supplémentaire pour elle. Montrez-lui ce blog ou tout autre qui est écrit du point de vue féminin. Présentez-le lui et laissez-la le lire entièrement toute seule. Si vous insistez plus d’une fois tous les six mois, alors vous le faites pour VOUS pas pour ELLE. Si elle fait cela pour vos désirs alors aucun d’entre vous n’obtiendrez ce dont vous avez besoin et ça ne sera pas vraiment efficace.
    _____

    Subhub – Le 1 décembre 2018 à 08h55.

    C’est juste excellent. Félicitations à vous deux, particulièrement à vous !
    _____

    Emma – Le 2 décembre 2018 à 13h24.

    Merci. J’ai été étonné de l’évolution pour nous deux.
    _____

    Edward Jones – Le 6 Décembre 2018 à 15h51.

    J’aime votre blog. Rafraîchissant du point de vue des femmes.
    _____

    Emma – Le 7 décembre 2018 à 17h00.

    Je suis ravie que vous appréciez. Tant de blogs sont écrits d’un point de vue fétichiste ou masculin. Je cherche juste à aider les femmes dominantes mais vanilles à comprendre pourquoi elles passent à côté.
    _____

    Awedbymywoman – Le 8 décembre 2018 à 11h08.

    Je viens de parcourir votre blog et j’ai commencé à le suivre aujourd’hui. J’ai aussi récemment envoyé un message car j’ai quelques questions. Mais il devrait y avoir davantage de documents FLR proposant le point de vue de la femme. J’ai adoré, continuez à bloguer !
    _____

    Emma – Le 8 décembre 2018 à 15h00.

    Je viens juste de commencer. J’ai trois ou quatre projets d’articles ébauchés et j’espère pouvoir les publier au rythme d’un par semaine donc revenez régulièrement et merci d’être un de mes lecteurs.
    _____

    Sarah’s Husband – Le 26 décembre 2018 à 14h59.

    J’ai adoré, merci. Je me demandais quelle cage vous aviez trouvée préférable pour les hommes actifs, une qu’ils peuvent enfiler ? J’ai eu bien du mal à en trouver une que je peux supporter. Merci encore je ne peux attendre pour partager ça avec ma femme.
    _____

    Emma – Le 26 décembre 2018 à 19h06.

    Nous avons fini par en utiliser une en silicone souple (références ci-dessous), elle permet au harnais d’être porté sans crainte d’écrasement ou de rupture du métal ou du plastique.
    https://www.amazon.com/REDQIN-Males-Silicone-Device-Control/dp/B07KX4ST4X/ref=sr_1_fkmr0_2?keywords=cage+chastity+2blqfve&qid=1550150637&s=gateway&sr=8-2-fkmr0
    _____

    Sarah’s Husband – Le 27 décembre 2018 à 04h16.

    Merci ! J’ai une Bird Locked mais la bande est si large qu’elle provoque des étirements. J’ai donc commandé une en plastique très similaire d’après ce lien et elle est plus confortable. Votre mari la porte-t-il la nuit ? Et si oui, se plaint-il ? J’apprécie vraiment votre blog et votre point de vue féminin. Vos articles sont clairs, bien écrits et ne se réduisent pas à l’écriture de fantasmes. C’est sympathique de le lire et d’en discuter avec ma femme.
    _____

    Emma – Le 27 décembre 2018 à 06h44.

    Oui, mon homme la porte durant la nuit. Généralement, je le verrouille le lundi avant le travail et le déverrouille le dimanche. Il reste déverrouillé la nuit du dimanche au lundi matin. Un peu de vaseline ou de baume sur les zones de contact avec l’anneau avant de se coucher, ça aide énormément. Parfois, les érections le réveillent la nuit, mais s’il se lève et va uriner, l’érection retombe et il peut se rendormir. Cela s’améliore dès que l’organisme s’habitue à la captivité. Ha !

    Continuez à rechercher la cage parfaite, si vous n’êtes pas à l’aise cela ne peut pas être un changement de style de vie à long terme. Nous avons rejeté au moins cinq cages pour diverses raisons et nous continuons à en acheter de nouvelles chaque fois que nous découvrons des conceptions séduisantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *