Gode ceinture sans harnais : le jouissif combat des facteurs

Si vous êtes un(e) habitué(e) de notre blog, vous connaissez le « facteur », de son vrai nom le revolver, sur lequel nous avions fait un article très apprécié. Cet article de blog est ici, et l’objet est là.
Il y a des courses de garçons de café, des courses de facteurs, et nous avons voulu faire notre petite compétition de notre coté, entre « doubles godes sans harnais ». Ce sera entre celui mentionné plus haut, le « revolver » et celui que j’ai essayé sur mon mari, le « double wow 18cm« . J’avais tellement eu de plaisir avec le premier, qui est en permanence dans le tiroir de ma table de chevet avec des préservatifs et du gel, que j’ai voulu essayer un autre modèle juste un peu plus gros, un  peu différent, mais toujours sans vibreur… Le facteur électrique sera pour une autre fois 🙂

Je vais essayer d’être un peu organisée pour cet essai. D’abord les liens vers les deux articles, qui ne sont pas très coûteux, soit dit en passant :
le facteur, nommé ainsi car j’ai toujours joui au moins deux fois, dit « Revolver »
le nouveau facteur, dit « Double wow 18 cm ».

J’ai fait des photos pour les comparer sur plusieurs points.

On voit sur celle ci (le nouveau en haut) que le WOW est un peu plus gros. Ca n’est pas pour me déplaire, il ne faut pas que mon mari s’habitue trop vite à ce que mes assauts nocturnes soient trop calibrés, n’est ce pas …
Pour ce qui est de la partie qui entre en moi, la forme est très différente :

Il y a certainement un progrès, j’imagine que des centaines de chercheurs travaillent à l’amélioration de ces outils, hein … mais franchement, il y a de l’efficacité. La « boule torsadée » est plus grosse, elle tient mieux, et la « charnière » est plus fine, ce qui donne de la souplesse dans le mouvement. C’est un peu plus difficile à mettre en place, mais ça vaut le coup.

J’en profite pour faire une petite digression, suite à des échanges sur mon compte twitter : comment faire quand ça ne tient pas bien en place. On ne peut pas mettre un harnais, ça n’est pas « en face », et surtout ça serait dommage (voir plus loin). Il faut aussi dire que notre vagin et plancher pelvien se musclent en faisant, il faut donc en conclure que le meilleur moyen est de sodomiser son compagnon le plus souvent possible. Mais sinon, je vous propose une astuce en photos : une ceinture de laine ou un écharpe fine, faites deux tours devant, un nœud simple, puis un nœud derrière, et vous pourrez vivre les sensations inédites de ce genre de godes.

Mais revenons à notre essai. Ce qui est le plus important, c’est d’avoir ces petits picots juste bien là où il faut …

Il faut avouer que c’est le truc qui tue. Et qui condamne le compagnon au supplice, le plaisir progressif de l’une faisant, que dis je, assurant que la « victime » sera mise à l’épreuve de façon de plus en plus intense.
Mais revenons à nos moutons. Pendant que mon mari attend, écartelé sur le lit, sur le ventre, avec 4 sangles bien tendues, n’ayant plus rien d’autre à faire que d’attendre que je vienne le prendre avec lenteur, j’aime beaucoup porter le gode, marcher avec, mettre le préservatif, le gel, et le branler comme si j’avais un sexe. L’absence de harnais augmente cette impression.

Je voudrais maintenant en venir au plus important, à la sensation extraordinaire que procure ce genre d’article dans l’action. Je crois que c’est mon mari qui le dit le mieux : la sensation d’inversion des rôles est bien plus puissante qu’avec un gode ceinture et harnais classique (que j’aime beaucoup par ailleurs, bien sur, car j’aime la variété). Pourquoi ?
– le contact est plus direct, la peau de l’un et de l’autre sont en contact, c’est plus charnel. En particulier, la position qui amène du plaisir à la femme est quand elle est complètement à l’intérieur, et chacun sent le bassin de l’autre en appui et en mouvement.
– les mains libres, le gode assez court, font qu’on rentre complètement, on a cette sensation de faire l’amour à l’envers.
– être « dans l’autre », sentir les réactions. S’il bouge les fesses d’un coté par exemple, je sens la répercussion à l’intérieur de moi, du coté opposé. Et inversement ! Direct du producteur au consommateur.
– les picots mènent à l’orgasme progressivement. Du coup, la femme accélère progressivement son mouvement exactement comme le ferait un homme qui sent l’éjaculation approcher, ce qui accentue cette sensation d’inversion, des deux cotés.
– et à la fin, je m’affale sur mon mari dans la dépression post-coïtale, exactement comme il le faisait autrefois … sur moi … mais c’était avant …
Le tout donne un cocktail très dominateur, qui reste ancré pour les heures et jours qui suivent.

Mais ce n’est pas tout … On est mariés pour le meilleur et pour le pire n’est ce pas. Donc j’ai eu le meilleur en jouissant, il va lui rester le pire. Car contrairement à nos maris, quand nous en avons fini, notre instrument reste érigé, bien droit et bien dur haha ! C’est donc le moment d’en profiter pour un autre mouvement : d’avant en arrière, sur toute la longueur, assez lentement. Il y a des reliefs sur le membre, et il est plus gros et plus long. J’ai sadiquement conduit mon mari à se tortiller et supplier que j’arrête. Ça marche à tous les coups, il serait prêt à tout me promettre ….Une dernière photo. Vous voyez la clé sur moi ? Mon mari reste en cage de chasteté quand je le sodomise. Cette photo vous donne les proportions de ce magnifique objet. Ni trop petit, ni trop gros …. Souple et très entreprenant …. Il va filer dans le fameux tiroir de ma table de chevet, je vous le dis ! A la prochaine !

cliquez pour voir l’article

41 Commentaires

  1. Et est-ce qu’il jouit quand vous le sodomisez ? Un article « sérieux » sur le plaisir anal masculin et le point P, par un tester célèbre, mentionne les nombreuses jouissances qu’il obtient de cette manière, différentes mais plus profondes qu’un orgasme classique et, comme pour les femmes; possiblement multiples. Est-ce le cas de votre mari ? Coule-t-il à cette occasion ?

    • Pas dans ce contexte. Pour cela, je dois utiliser une autre technique, plus verticale, avec des godes plus « ronds ». Et ce ne sont pas des orgasmes mais des « coulures »

      • C’est bien ce que j’avais lu et compris dans vos publications. Mais le « testeur » que j’évoque (et non tester… mon clavier est farceur) parle-bien lui d’orgasme anal, différent d’un « simple » massage prostatique. Peut-être que tout le monde ne réagit pas de la même manière et que certaines (et certaines… lu des témoignages de soumises mentionnant de puissants orgasmes par cette voie) sont capables d’avoir ces orgasmes anaux, quand d’autres n’y sont pas réceptifs…

  2. Je suis toujours étonné de lire que votre mari vous supplie d’arrêter.Je n’ai malheureusement que l’expérience de dominatrices vénales et j’ai jamais supplier d’arrêter…… Quelle astuce pouvez vous leurs donner ?Merci à l’avance

  3. Superbe article comme d’habitude on envie de se précipiter pour l’acheter mais encore faut-il trouver la bonne partenaire. En attendant je le prendrai pour l’offrir aux dominatrice que je rencontre. Merci pour cette superbe découverte .

  4. bonjour , je porte une cage de chastete meta que je me ssui achete et de ce sentir enferme jouissif,et sodomis pac god ou plu ou fist encore plsu ,espere trouve la femem qui aprecira cela un jour , savoir que son mec et en cage et arrive a jouir comem une femem par le fion et sans jouir que qaund elle a decide,et cela vien ausi de homme qui dosi sentir plsu une femmelle dans espris mais le reste du temsp unhomme getlman poru son amie donc reste a votre disposition poru an dialogue

  5. Bonjour j’aurais une question d’ordre technique pour l’utilisation du site pour Madame Séverine. Comment puis-je la contacter ?

  6. Que pensez vous du numbing ? Il s agit de mettre sur le penis de votre partenaire une crème anesthésiante et de lui mettre un préservatif et de se faire pénétrer sans qu il y prenne du plaisir.

    • Bonjour Karine,
      A mon avis le numbing est devenu désuet pour au moins deux raisons :
      – la première, on le doit à l’avancée sur la connaissance, et même la reconnaissance, du clitoris qui montre qu’il est le moteur de l’orgasme féminin, peu importe qu’il y ait pénétration ou pas (différencier l’orgasme vaginal et le clitoridien n’aurait donc plus aucun sens),
      – la seconde, elle est purement d’essence gynarchique, c’est surtout ne pas donner trop d’importance à ce qui devrait être rangé dans une cage de chasteté.
      Par conséquent et de mon point de vue, c’est plus facile et plus constructif d’éduquer un homme à caresser et sucer un clitoris pour monter au septième ciel, que de prendre certaines précautions dans le numbing, comme le préservatif par exemple si on ne veut pas jouer à l’arroseuse arrosée.
      On parle beaucoup d’éducation pour les hommes, et j’adhère naturellement mais je pense que nous avons tout autant à apprendre pour nous libérer véritablement.
      Bisous
      Kayenne

      • Bonjour Kayenne
        Je suis d’accord avec vous
        Il ne faut pas dépasser certaines limite
        Mois je gère totalement la sexualité de mon Male il est encagé je l’utilise régulièrement il me donne des orgasmes intense et suite a un rapport je ne lui repose sa Cage que le matin il me remercie en me léchant les pieds et autre (j’adore )en étant trop sévère nous ne somme pas toujours récompensé
        Izabelle

        • Bonjour Izabelle
          Merci pour votre avis.
          A vous lire, on pourrait comprendre que nous redoutons d’être trop sévères.
          Quand on débute, c’est immanquablement vrai ; mais avec le temps on apprend, on acquiert de l’assurance et on sait comment gérer, c’est-à-dire faire ce qu’il faut, ni plus ni moins.
          Quant à nos hommes, ils apprennent que s’ils franchissent la ligne jaune, ils en subiront les conséquences… j’écrirai désagréables. Ils le comprennent assez vite et ils ne s’en plaindront pas puisque finalement c’est à cela qu’ils aspirent mais n’osent pas toujours l’avouer.
          Kayenne

  7. Vous avez tellement raison Madame Kayenne ! Merci de nous rappeler, voire informer, que le clitoris est le seul organe de jouissance sexuelle et que nous devons les honorer et vénérer tout en gardant nos petits pénis bien rangés en cage, pour le plus grand bien-être de nos Dames.
    Merci à vous Madame.

  8. Bonjour, je voulais savoir ce que vous pensiez d’être un peu moins sévère avec votre mari. C’est-à-dire que tant que son comportement est très bon, pourquoi ne pas l’autoriser à jouir plus souvent. Et a contrario, à la moindre déception ou au moindre problème, l’enfermer. « ah, tu etais libre et tu as fais ca? 5 jours de cage. apres je te libere mais attention… »
    Ainsi la prochaine fois il pourrait faire plus attention pour être moins enfermé et avoir le droit à plus d’orgasmes.
    Le scénario suivant serait en tout cas en théorie possible : Monsieur se comporte très bien et est très obéissant pour éviter d’être trop frustré, donc pas besoin de trop l’enfermer… Par contre au moindre couac, vous montrez vos muscles…

    • Bonjour Madame,
      En tant que Maîtresse, vous êtes libre d’imposer le mode de fonctionnement qui vous convient le mieux. Vous seule décidez ce qui vous convient, ce qui correspond à Vos désirs et vous pouvez essayer divers fonctionnements, revenir en arrière, choisir. Les soumis ont surtout besoin de sentir le contrôle de leur Dame. Peu importe la forme qu’il prend.
      La cage de chasteté comme punition, pourquoi pas. Cela permet une éducation positive : tu te comportes bien, tu es récompensé. Mais comme je le disais plus haut, les soumis ont besoin de contrôle. A trop bien se comporté, il risque de ne plus sentir votre main, vos contraintes.
      Mais surtout, la cage de chasteté est plus qu’un outil de punition. c’est un outil d’éducation qui transforme. Apprendre la frustration, c’est apprendre à devenir plus soumis. Beaucoup de Maîtresses le disent, c’est à partir de 5 ou 6 semaines que des transformations se font vraiment sentir.
      Que désirez-vous ?

  9. Bonjour Madame

    Je ne suis pas un spécialiste en la question mais je peux vous donner mon opinion si vous me le permettez.

    Je pense qu’une Femme est libre de discipliner son mari comme elle l’entend. L’important est d’y trouver son compte, d’être à l’aise.

    Et bien sur vous pouvez récompenser votre soumis en lui permettant plus d’orgasme, mais pas trop. Si je me fis à mon expérience personnelle, un homme soumis, suite à un orgasme, perd de la docilité et de l’obéissance. Ses comportements de mâle égoïste prennent momentanément le dessus sur ses comportement de soumission.

    Alors s’il est sage, vous pouvez lui permettre un orgasme au 2 semaines, par exemple et s’il ne vous satisfait, pas vous pouvez prolonger. À vous de voir.

    Mais je parle en fonction de mon expérience personnelle, chaque homme est différent. Vous connaissez le votre.

    L’important est qu’il vous satisfasse.

    Bonne journée Madame Isabelle.

    bass

    • Bonjour Isabelle,
      A ce qu’un homme jouisse plus souvent s’il se comporte bien (encore que cette notion de bon comportement me paraisse variable selon les individus et surtout elle est trop imprécise), je suis en net désaccord avec votre proposition.
      De mon point de vue le port d’une cage s’inscrit dans le cadre de ce que l’on appelle la chasteté masculine contrôlée. Il ne s’agit pas de punir ou de récompenser, ni d’être plus ou moins sévère, c’est l’application d’une méthode.
      La frustration sexuelle chez lui est le but recherché, ce qui va induire une transformation positive dans les relations qu’il va entretenir avec nous.
      Permettre à un homme de jouir trop souvent est improductif et va à l’encontre de la méthode, autrement dit c’est un coup pour rien et parfois pire, on obtient l’effet inverse.
      C’est mon avis et comme le rapporte si justement bass, chacune éduque et dresse son homme comme elle l’entend.
      Kayenne

      • Bonjour
        Si je peux me permettre je rejoins l’avis de Maitresse Kayenne sur le contrôle totale de la jouissance par le fait d’imposer la chasteté à son soumis. Lui permettre de jouir trop souvent va à l’encontre du but recherché. Pour l’aspect physiologique le résultat est possible avec une traite imposée. Libre court à la Maitresse d’adapter le dressage selon sa vision.
        Bien à vous
        eric

  10. Si nous vous lisons bien Kayenne il semblerait donc que pour avoir un soumis avec un comportement positif à votre encontre le seul moyen soit un chantage à la frustration….nous sommes volontairement piquant mais ce serait bien triste si c’était le cas.
    Comme le disait quelqu’un sur le fil d’un autre post il est possible d’être galant, courtois, prévenant, attentionné et tout ce que vous désirez de comportement positif par simple amour sans la moindre relation de domination-soumission.
    Disons que même si nous adorons nos jeux et même si mr est souvent frustré il sait aussi me gâter même après avoir joui et m’obéir après avoir joui.
    Chacun fait bien entendu comme il l’entend mais parfois le nécessaire rapport amoureux et le respect mutuel semble passer à la trappe.

    • Et bien non, vous me lisez mal.
      Où ai-je écrit que c’était le SEUL moyen ?
      Où ai-je écrit qu’il fallait faire du chantage à la frustration ?
      Au contraire, j’ai exprimé ici mon désaccord sur la méthode qui consisterait à libérer l’homme de la cage sous condition de son comportement.
      Quant au moyen, c’est l’UN de ceux que j’utilise sans la moindre prétention qu’il pourrait être le meilleur. Je le connais, il est complémentaire (mais pour moi indispensable) aux autres, il atteint ses objectifs chez moi et j’en suis satisfait, point final.
      Je comprends votre inquiétude à ce sujet : tout ce qui n’est pas conforme à notre éducation et que l’on ignore engendre un rejet mais ce n’est pas une raison pour interpréter au détriment des faits et de la réalité.
      Quant à passer à la trappe les rapports amoureux et le respect mutuel, toutes celles et ceux qui pratiquent savent très bien que tout cela relève des fantasmes, c’est même tout le contraire.

      • Vos propos nous semblait pourtant clair
        : « Permettre à un homme de jouir trop souvent est improductif et va à l’encontre de la méthode »
        : « La frustration sexuelle chez lui est le but recherché, ce qui va induire une transformation positive dans les relations qu’il va entretenir avec nous »
        Nous ne disons pas que vous dites que c’est la seule méthode nous disons que le fait de lier bon ou mauvais comportement à la frustration ou que de lier une transformation positive du comportement à la frustration nous semble réducteur.
        Après nous sommes souvent en désaccord sur toutes ces questions de chasteté, de cage, de déni d’orgasme lorsque c’est revendiqué comme une décision arbitraire ayant clairement comme objectif la négation du plaisir masculin, la négation de l’érection etc etc
        Ce dont nous ne vous « accusons pas » mais c’est assez régulièrement un leitmotiv sur ce site
        Après nous n’avons ni inquiétude ni rejet et n’avions pas l’impression d’interpréter.

        • Dont acte.
          J’ajouterai que personne ne détient la vérité et que tout le monde fait ce qu’il veut dans la limite du consentement réciproque.
          Défendre l’inverse, c’est se comporter en inquisiteurs, se montrer intolérant.
          Sachez qu’aucun homme ne peut être encagé contre son gré et s’ils acceptent, c’est justement qu’ils en tirent une forme de plaisir qui manifestement vous échappe.
          Et c’est l’intérêt de ce site : décrire et comparer les pratiques, apporter sa pierre à l’édifice en l’occurrence, nullement de juger les autres, même de façon implicite.
          Bonne soirée
          Kayenne

          • Vous parlez d’or mais je regrette de signaler que ce n’est pas tout le temps le cas ici et que sur la question de la cage de chasteté il est bien certains que dans la plupart du temps l’homme est moteur au départ mais il y a ici nombre de témoignage qui prouvent clairement que la chose lui a échappé par la suite et que ce sont bien, certaines femmes, qui deviennent totalement castratrices et ou le libre arbitre de l’homme ne semble plus être autorisé.
            Il n’est jamais inutile de relire la prose du sieur Etienne de la Boétie sur la servitude volontaire pour bien comprendre qu’en la matière le consentement est parfois très loin d’être éclairé !!!

  11. Pour revenir sur le sujet abordé par Madame Isabelle.

    Comme je mentionnais, chaque Femmes est libre de dresser son homme comme elle l’entant, soit en lui accordant plus de jouissance, ou en confinant son sexe dans une cage de chasteté pour des périodes indéterminées.

    Est-ce que jouir souvent pour un soumis est souhaitable, je ne pense pas. Il est bien vrai que chaque homme fonctionne différemment mais je rejoins totalement l’opinion de Madame Kayenne quand elle dit que la chasteté, pour un soumis, est un état, un devoir.

    Le soumis fait don de sa sexualité à sa Femme, et il se déclare donc chaste. Donc il n’est pas supposé être dans l’attente d’être libéré.

    Est- ce qu’un soumis aimerait jouir souvent ? J’en doute. Mais je parle selon mon expérience à moi. Comme j’ai mentionné ci-haut, chacun fonctionne différemment.

    Bonne journée à tous!

    bass

    • Bonjour bass,
      Je trouve le paragraphe de votre prose intéressant :
      « Le soumis fait don de sa sexualité à sa Femme, et il se déclare donc chaste. Donc il n’est pas supposé être dans l’attente d’être libéré. »
      J’aurai plutôt écris que c’est son sexe qu’il cède mais peut-être est-ce la même chose pour vous. J’avoue que vous êtes mieux placé que moi pour le décrire précisément.
      Par contre je vous rejoins intégralement au sujet du soumis qui n’attend plus sa libération.
      Si vous en êtes arrivé là, je vous félicite.
      Kayenne

      • Bonjour Madame Kayenne

        Vous avez raison et je m’étais mal exprimé sur le concept. Lorsque je me suis déclaré soumis, j’ai fait don de mon sexe à ma Princesse, ainsi que de toute ma personne.

        La sexualité est toujours en moi. Par contre je la vis différemment et ma Princesse en assure la gestion. Je ne joui qu’occasionnellement, lorsqu’elle le décide.

        Je ne porte pas encore de cage de chasteté mais peut-être que ça viendra éventuellement.

        Je ne vois pas son port comme un outil de punition ayant pour but de m’empêcher de céder à la tentation (je suis déjà fidèle et chaste sans son utilisation) mais plutôt comme une marque d’appartenance à ma Princesse, au même titre qu’un tatouage ou un collier. Et je pense aussi que porter la cage m’aiderait beaucoup à focaliser davantage sur ma soumission.

        C’est un peu comme ça que je vois les choses. Il faut dire que nous débutons dans cette voie. Il est vrai que j’ai toujours eu des désirs de soumission mais je ne me soumet réellement que depuis un an et demi environ ( en appliquant les enseignements de Madame Marie Séverine ).

        Et ma Princesse, de son coté, progresse lentement. Elle est très heureuse dans ce mode de vie.

        Bonne journée!

        bass

        • Bonjour bass
          Si vous suivez les enseignements de Marie Séverine, je suis certaine que vous évoluerez sur le chemin de la soumission en compagnie de celle que vous nommez votre Princesse.
          Mais il va vous falloir être patient, elle ne pourra pas remettre en cause son éducation du jour au lendemain. Si vous voulez l’aider, et par là même vous aider, ne lui imposez rien, faire le contraire ne fera que perturber ce qu’elle va découvrir et ce qu’elle va désirer pour vous deux.
          Aucune pratique n’est indispensable pour dominer son homme, disons que pour certaines c’est dommage de s’en passer. Il y a tout de même des principes à respecter sinon c’est le fiasco au bout du chemin.
          Pour la cage de chasteté, il est probable que lorsqu’elle aura compris les bénéfices qu’elle pourra en tirer, que ce n’est pas un outil de punition, elle vous l’imposera probablement. Donc laissez-là évoluer à son rythme.
          Kayenne

          • Bonjour Madame Kayenne

            Je vous remercie beaucoup pour vos encouragements. Cela me fait énormément de bien d’échanger avec vous, ainsi qu’avec tous les autres sur ce site.

            Partager ses expériences, y trouver des conseils, on se sent beaucoup moins seul de savoir qu’il y a beaucoup de gens explorant le même mode de vie que soi.

            J’aimerais beaucoup que ma Princesse soit en contact avec des gens comme vous, pour lui faire voir le magnifique de cette univers. Mais bon… pour l’instant elle aime évoluer à son rythme, sans trop s’ouvrir sur ce monde. Parfois je lui propose certaines lectures mais pas trop. Je la laisse cheminer tranquillement.

            Nous discutons parfois de notre nouveau mode de vie. Et je me rend compte qu’il y a un gros fossé entre ce qu’elle a reçu comme éducation et le mode de vie d/s.

            J’ai parfois moi-même du mal à lui expliquer certains concepts ( c’est pourquoi je lui propose des lectures)

            Mais aujourd’hui je ne met plus de pression, ni sur moi ni sur elle. Je laisse les choses évoluer et je profite de ce que la vie a à m’offrir.

            Bonne journée!

            bass

  12. C’est une Idéfix sourire et un raccourci un peu trop pratique que de systématiquement lier la « bonne soumission » avec la frustration et la « mauvaise soumission » avec un soumis qui joui.
    C’est un peu en résumé ce qui transparait de bien des commentaires
    Comme le disait un posteur dernièrement sur le fil d’un autre article on peut respecter sa femme, la chérir, prendre soin d’elle, lui faire des cadeaux, des surprises, être prévenant etc etc SANS ETRE nécessairement soumis.
    De la même manière et même avec plein de jouissance, le cas de votre serviteur même si je connais parfois des périodes sans sourire, on peut tout à fait rester un soumis identique à celui que je suis quand je suis frustré.
    Ni ma compagne ni moi n’aimons les préconisations insistantes parfois de ce qui serait un bon soumis et un mauvais soumis.

    • Mon cher Renaud, j’aurais tendance à plussoyer vigoureusement, et a considérer que beaucoup de soumis sont plutôt des souminateurs, enfermés dans leur propre fantasme de castration, à moins que l’âge aidant, il ne leur devienne plus simple d’oublier paresseusement leur sexe pour faire jouir leur Maîtresse.
      Ma Maîtresse et femme (Maîtresse-femme?) m’a initié à la soumission, sans que ce soit une condition à notre relation. Elle aime ce pouvoir sur moi, elle apprécie le fait que je m’abandonne ainsi complètement à elle, en toute confiance. Elle apprécie au plus haut point me faire cheminer tranquillement sur cette voie, et faire exploser mes tabous et inhibitions.
      J’ai remis symboliquement ma sexualité entre ses mains. La chasteté est un jeu (sérieux toutefois), parce qu’elle aime me sentir affamé d’elle, parce qu’ elle sait que quand elle le décidera, elle me donnera des orgasmes comparables à nuls autres. Et grand dieux, je n’ai pas besoin de ça pour me mettre à sa disposition, pour la choyer, pour la décharger des tâches domestiques (ça, c’est l’amour), pour la faire jouir quand elle le veux (ça, c’est la passion) ou pour pisser assis (ça, c’est du savoir vivre)…
      Dois-je préciser qu’elle n’apprécie pas plus que moi de me voir infantilisé, et qu’avoir un mouton pour soumis n’a aucun intérêt pour elle?

      Jerhek

      PS: Messieurs, être soumis ne signifie pas être obséquieux et bassement flatteur, juste respectueux et fier de votre position.

      • Renaud (surtout) et jerhek,
        Je n’ai aucunement le but de donner des leçons à qui que ce soit. Je ne parle que de mon cas, pour exemple mais sans intention de prosélytisme. Et si cela peut servir à d’autres, pourquoi pas ?
        Bien sûr que les hommes sont libres d’accepter d’être frustrés, d’être encagés, d’être soumis, d’être cocufiés, d’être sodomisés, et que sais-je encore ! … Chaque couple se construit selon ses dispositions. Chacun est libre d’accepter ou non les diktats de sa Dominante (ou non). En quoi ces désirs de sa Dominante ne seraient pas acceptés d’un avis éclairé par ces hommes ?
        Ils sont réputés libres, adultes et conscients consentants. S’ils le veulent, ils peuvent très bien se soustraire à l’emprise de leur Dominante. S’ils souhaitent être castrés (symboliquement) et vivre une vie de soumis éperdus de leur Maîtresse, pourquoi leur jeter la pierre ? Pourquoi se poser en garant des bonnes façons d’honorer sa Maîtresse ?
        Chaque couple fait selon ses envies, projets et limites. En quoi proposer ses propres vues à quelqu’un serait-il un diktat ? Non, une simple participation au débat !
        Tout homme a le droit de réaliser ses fantasmes de soumission, de sodomie, de cocufiage, de castration ou de chasteté s’il en est d’accord avec sa Dominante ; et il peut tout moment cesser s’il est en pleine possession de ses moyens mentaux.
        Pour ma part, je suis libre et j’aime confier ma chasteté à ma Maîtresse par le port de la cage. C’est une façon de me vouer à elle et de lui dire mon amour.
        Sur ce, je m’en vais lui recruter des amants puisque c’est son plaisir, et j’aime son plaisir. Et je suis heureux de rester fidèlement chaste par la cage de chasteté pour elle. Je suis fier de la porter mais je ne veux donner de leçon à personne …

    • Merci Renaud (9/11) et « Madame Renaud » aussi (si je me réfère aux termes du commentaire du 6/11), qui apportez votre vécu de Maitresse / soumis (non encagé permanent, je crois) à une relation qui est, avant tout amoureuse (donc attentionnée, etc…). Je pense que je fus le « posteur » auquel vous faites référence. En lisant vite, Renaud, j’ai eu un peu peur en croyant voir que dans votre commentaire vous me traitiez d’imposteur ; c’était en fait « un posteur » (désolé, elle est un peu « facile » je le reconnais, mais tellement tentante que je ne pouvais pas la laisser passer ! Mdrrr…).
      Vous ajoutez à votre relation amoureuse une dimension D/s avec différents petits jeux alliant servitude et frustration, mais en ne niant pas le droit du soumis à s’exprimer. Cette représentation me va mieux, dans ma vision des choses aujourd’hui, mais je conçois que d’autres, maitresses comme soumis, aient envie, voire besoin, de contraintes plus fortes.
      Il reste que , avec ou sans cage, il y a bien cette logique de chasteté contrôlée par la maitresse qui est contingente de la relation D/s. Il est vrai que j’ai été surpris de lire, chez Louise-Isabelle (dans un commentaire sur un autre article…) que son mari soumis jouissait tous les soirs « s’il était sage » (au début de leur relation D/s, en tout cas… Ce devait être un commentaire de 2014 ; les choses ont pu évoluer depuis). Sur ce point je rejoins Kayenne : s’inscrire dans une relation D/s féminine, c’est s’inscrire délibérément dans une chasteté contrôlée (me semble-t-il). Et je comprends que plusieurs soumis disent que, sans cage, c’est pour eux trop difficile de tenir et qu’ils préfèrent finalement être encagés.
      Chaque couple fait à son idée, pour que ça fonctionne le mieux possible en fonction de ses attentes. L’objectif est bien la satisfaction des deux partenaires et une forme de sublimation de la relation, même si elle prend des formes différentes selon les couples.

  13. Ma femme se 10 ans mon ainée, alors que je n’ai que je n’ai que 26 adore goder souvent ma belle croupe de blondinet, avec ordre de ne pas jouir. Quand je jouis, je ne peux m’en empêcher, elle me fait boire mon jus

  14. +1 avec Bass
    Pour moi la cage est INDISPENSABLE, la frustration sexuelle est nécessaire.
    On confie notre queue à notre conjointe, elle en l’usage exclusif, quand elle le veut, comme elle le veut …. on n’a rien à dire (sauf ok !) et lui obéir.
    Et OUI on devient meilleur, même sans être macho au départ (mais si c’est possible), j’ai été initié à « servir » dès ma première fois (merci encore à elle), et depuis ma jouissance a toujours été secondaire après avoir fait jouir d’abord mes partenaires. Le sumum étant de la faire jouir sans bander, mais ça je n’ai jamais pu sans la dissuasion de la cage.

    Enfin le soumis de Mme Kayenne doit avoir bien de la chance.

  15. une dominatrices serait disponible pour moi

  16.  » et le branler comme si j’avais un sexe.  »

    C’est ce que je disais : vous assimilez sexe er b**te.

    Vous avez un sexe : c’est l’une des choses au monde que votre homme préfère, et ça s’appelle un minou !

  17. J’ai une Déesse plus généreuse que certaines dominas sur ce site , je porte ma cage seulement quand elle n’est pas présente à mes cotés , donc interdiction de me masturber et encore moins d’aller voir ailleurs , de toute façon je ne le ferais pas , je suis un soumis fidèle et obéissant !
    J’ai le droit de jouir quand elle me prend les fesses , je me masturbe tout en étant sodomisé et je peux dire que mes orgasmes sont très forts et c’est ce qu’elle aime , m’entendre gémir de plaisir …Par contre je ne la pénètre jamais , elle est surtout clitoridienne , donc je suis devenu expert en cunnilingus pour le grand plaisir de ma Déesse , qui m’autorise à me masturber après son orgasme , à genoux sur mon coussin le sexe à la main admirant sa merveille ( son sexe ) je jouis d’amour pour elle …

  18. Cette lecture me met en émoi

  19. L’expression de mon intimité trahit les sensations que me procure la lecture de cet article

  20. J aimerai rencontrer une femme sodomisatrice dépt 34

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *