La suite des articles du blog d’Emma !

Nous avions publié il y a quelques mois un article sur le super blog de notre consœur Emma. Un de mes vassaux, trait blanc, avait assuré une belle traduction pour le rendre accessible, avec des illustrations dont il a le secret.

Nous publions donc la seconde série maintenant. Et c’est toujours aussi intéressant. Sous le titre « Façonner son homme », Emma nous partage ses méthodes, sensations, découvertes. Elle le fait de façon différente de la mienne, ou d’autres, mais je reconnais un même goût pour la franchise, un grand respect pour le compagnon, une bonne dose de perversité voire de cruauté, et le désir de toujours inventer autre chose et transformer la vie de couple en une aventure sans temps morts.
Merci encore à trait blanc pour les traductions !

Pourquoi le mettre sous clé ?

Cet article expose une liste impressionnante de bonnes raisons de mettre son homme en cage de chasteté. Si vous n’en trouvez pas une bonne poignée pour vous convaincre définitivement, je ne sais pas quoi faire ….

Traduction – EYM 19 – Pourquoi le mettre sous clef – c

S’en tenir au programme

Un tout autre sujet cette fois. Le titre n’est pas très révélateur du contenu, et on apprend que Emma est capable d’imposer son programme « en force » à son compagnon, avec une dose de cruauté et d’absence d’égards. Un propos presque discutable, à la limite de la bordure acceptable, un surf dont la spontanéité est intéressante.

Traduction – EYM 03 – S’en tenir au programme – c

Contraintes autour de la sexualité

Ici, c’est un texte bref qui évoque l’inversion de la pression sexuelle (je confirme) quand l’homme est en cage. Qui s’amuse à mettre la main aux fesses de l’autre pour le narguer ou lui annoncer une future pénétration ? héhé !

Traduction – EYM 12 – Contrainte sexuelle – c

Programme sexuel

Afficher le programme, multiplier les signes de désir, fasciner sa victime, communiquer sans cesse. C’est la stratégie d’Emma …

Traduction – EYM 11 – Programme sexuel – c

Taquineries

Une plongée dans la perversité. Je dois avouer que je me suis sentie dépassée, alors que je pratique volontiers. En effet, j’aime porter des tenues moulantes, que je lui demande souvent de me trouver, ce qui le fascine, dans les périodes ou il est en cage depuis longtemps. Mais Emma aime se cambre sur le lit, le frôler, se pencher innocemment contre lui, etc … que de bonnes idées !

Traduction – EYM 10 – Taquineries – c

Que ressent il lors de « pegging » ?

Last but not least … Cet article est délicieux, il retrace bien la subtilité de cette activité. Je vous laisse le découvrir. Et il est là aussi joliment illustré.

Traduction – EYM 07 – Elle et le pegging – c

A ce propos (le pegging), j’ai une autre consoeur qui a écrit un magnifique article, jubilatoire. Je dois lui demander l’autorisation de le citer ici. Dès que c’est OK, je mets le lien.

 

16 Commentaires

  1. Que faire en cas d’insomnie?
    Bonjour, et merci pour votre blog!
    J’ai la chance d’avoir une merveilleuse épouse.
    J’ai également la chance qu’elle ai accepté de me dominer. Cependant nous rencontrons un problème d’insomnie, il m’est impossible de dormir si je n’ai pas eu d’orgasme le soir, nous avons tous les 2 très envie d’ajoutet la privation d’orgasmes au panel de mes contrainte. Mais le fait que je ne puisse pas dormir rend cela impossible pour l’instant. Avez vois des truc pour parvenir à dormir sans orgasme?
    C’est évidemment de ma faute si on en est là.
    Cela fait plus de 25 ans que je joui tous les soir pour m’endormir.
    Merci d’avance pour votre aide

  2. J’ai passé un bon moment à lire vos traductions. Merci pour ce travail. C’est un sujet intéressant qu’il faut murir.

  3. Évidemment les articles qui vous arrangent, pas celui où elle écrit qu’elle libère son mari de la cage parce que l’équilibre est rétabli dans leur couple par exemple
    Je vous trouve votre sélection un peu biaisée mais bon mieux vaut rester dans son petit confort intellectuel

    • Marie Séverine

      Rien ne « m’arrange » … Mais si tu veux choisir un ou deux articles qui te semblent intéressants, n’hésite pas à les traduire et illustrer, je publierai !

    • King of the Peg

      J’ai lu cet article.
      En fait, elle n’a pas sabordé la cage parce que l’équilibre était rétabli.
      Elle l’a fait parce qu’elle avait utilisé la cage comme moyen de punition explicite, et que si son homme a accepté de jouer un rôle de cobaye, il n’a visiblement pas une mentalité de soumis, et n’érotise pas les punitions.

      Si elle avait cantonné la cage à ce pour quoi elle l’a aussi utilisée par ailleurs, c’est à dire comme « un jeu avec un enjeu », et un moyen de communication – ce qui est ma manière de vivre la chasteté gérée – elle n’aurait pas été contrainte de l’abandonner.
      Car contrainte, elle semble bien l’avoir été : voir le mot « unfortunately ».
      J’ai absolument tout lu de son blog, et je dois reconnaître que j’en suis fan… Mais il faut reconnaître aussi bien qu’elle a divagué plus d’une fois.
      Bref… comme elle l’a écrit, ce sont un peu ses notes de recherche qu’elle livre dans ce blog, et dans ce contexte, les fausses pistes son inévitables.
      In fine, et partant de ma propre expérience, je pense que les objectifs qu’elle a atteint avec son homme sont crédibles. Et il est probable qu’ils ne l’auraient pas été autrement.

  4. Bonjour Très chère Madame Marie Séverine,

    Merci pour la publication de ces articles.

    Ils ont le mérite de pouvoir être diffusés de façon isolée, par exemple par et/ou pour les personnes un peu rétives au folklore BDSM mais qui sont capables de se retrouver et de vibrer en lisant des articles dont le décorum est soft bien que la dimension cérébrale (connexion intellectuelle et complicité forte) de la domination féminine soit affirmée et ancrée. Une publicité probablement tamisée mais qui poursuit son chemin pour inciter à s’aventurer dans ce mode de vie.

    Sur le blog d’Emma, seul l’article « Elle et le pegging » (sur les six ici traduits) donne lieu à des commentaires-réponses, comme quoi c’est un sujet qui passionne. Certains prolongent la vision décrite dans l’article et méritent la lecture.

    Dès que j’aurais terminé la traduction, je la glisserai ci-dessous.

    J’ai remarqué que depuis que vous lui avez envoyé les premières traductions mises en images, elle a aussi enrichi ses publications par des photos légendées. Il doit exister entre vous une certaine forme d’émulation…
    😉

    Bien à vous.

    trait blanc

  5. Sur le blog d’Emma, concernant l’article « Elle et le pegging », voici 16 des 21 commentaires-réponses (au 09/06/2019) traduits sommairement.

    Les 5 échanges entre Zet et Emma sont un peu longs pour être reportés ici (en plus de s’écarter de l’article).

    trait blanc

    __________

    HusbandX – Le 6 mars 2019 à 17h04.

    Ouah ! Très instructif, émouvant, et incroyables commentaires.
    Merci.
    __________

    Emma – Le 11 mars 2019 à 23h45.

    Je vous remercie ! Tant d’articles basés autour de ces jeux coquins évoquent la perspective de l’homme quand l’expérience du pegging concerne davantage la femme que l’homme.
    __________

    jack-ofnomer – Le 11 mars 209 à 22h45.

    Bonjour Emma, j’arrive à un point où j’éprouve vraiment du plaisir à être pris par ma compagne. Ce n’est pas deux fois par semaine comme avec votre homme mais plutôt de une fois par semaine à deux fois par mois. Elle me dit qu’elle apprécie le contrôle et l’inversion des rôles ainsi mais elle est graduelle jusqu’à ce que je sois prêt avant de commencer à s’introduire. J’ai une question : votre utilisation du pegging est-elle une forme de punition corporelle ou votre homme le vit-il en guise de récompense comme moi ?
    __________

    Emma – Le 11 mars 2019 à 22h47.

    Bonne question. Quand il est déverrouillé, il le voit davantage comme quelque chose que j’apprécie mais il aime l’attention.
    Quand il est verrouillé, sa prostate devient beaucoup plus sensible et il apprécie autant que moi.
    Nous ne suivons pas notre calendrier sexuel à la lettre et nous sommes probablement à la même fréquence que vous : une fois par semaine à deux fois par mois.
    La vie est parfois bien remplie.
    __________

    moq1995 – Le 8 juin 2019 à 22h52.

    Si vous le permettez Emma, je vais apporter ici ma réponse personnelle à la dernière question en me plaçant du point de vue d’un homme.
    Au début, c’est douloureux et très difficile à recevoir, en particulier la tête, même après avoir enduit le sphincter de lubrifiant et l’avoir détendu avec les doigts. Mais dès que la difficulté de cette porte est passée, la crispation se dissipe et est remplacée par une sensation d’envahissement, d’être rempli. Après quelques va-et-vient en vous, vous commencez à vous détendre et lentement une sensation de fourmillement se diffuse aux creux de vos reins. Vous en attendez davantage et c’est le moment de lui demander de libérer toute sa fougue en vous, notamment si elle était furieuse contre vous, parce que ça fait du bien. Cependant, c’est encore peu comparable aux sensations indescriptibles que vous pouvez encore obtenir si, par chance, vous êtes transporté dans le “subspace”, cet état altéré de conscience où votre esprit divague et se laisse manipuler, mener par le bout du nez. Vous êtes alors comme anesthésié et votre corps commence à trembler et à jouir jusqu’à ce que vous sombriez dans la quasi-inconscience. Ça se produit toutefois trop rarement. J’ai été “enfilé” environ une vingtaine de fois maintenant, mais je n’ai vécu cet état que deux fois. Vous vous sentez alors hors du monde.
    __________

    Awedbymywoman – Le 12 mars 2019 à 22h02.

    Impressionnant article – Je vais vraiment me débrouiller pour que ma compagne le lise ! C’est formidable d’avoir ce point de vue de la femme et vous parvenez aussi à éveiller l’excitation chez un homme qui le lit. Merci.
    __________

    Flrob – Le 24 avril 2019 à 13h29.

    Superbe, l’article comme les commentaires.
    C’est un domaine dans lequel ma femme semble n’avoir que peu d’intérêt à ce jour mais j’espère vraiment essayer un jour avec elle. Dans mon état de soumission, de déni et verrouillé en cage, je me vois facilement m’offrir à elle de cette même manière là. J’adorerais m’agenouiller devant elle, la prendre en bouche, lui offrir la superbe vue que j’ai beaucoup appréciée jusqu’ici et aussi la voir me faire plier à ses conditions pour me prendre, jusqu’à ce qu’elle en ait fini, que je sois épuisé et qu’elle mesure l’étendue du pouvoir et du contrôle qu’elle exerce sur moi.
    __________

    Emma – Le 29 avril 2019 à 17h35.

    Partagez cette page avec elle. Je n’étais pas intéressée au début non plus. Honnêtement, je pensais que c’était un peu sale et pervers. Je ne m’attendais certainement pas à ces sentiments de toute puissance que j’ai ressentis lors de ce renversement des rôles.
    __________

    moq1 – Le 9 juin 2019 à 09h11.

    Pour être honnête, au début, j’ai personnellement agi avec une extrême fierté, de la virilité et ce genre de réactions typique des hommes. Mais l’idée d’être mis à genoux, avec un gode dans la bouche, les mains dans le dos et être fourragé au visage donne une autre perspective je présume. J’imagine que c’est vrai quand on dit que seules vous, mesdames, pouvez apprendre à votre homme à vous respecter. Á vrai dire, je pense que recevoir un gode dans le derrière peut enseigner à un homme l’humilité et le respect de sa femme. Qu’en pensez-vous ?
    __________

    htuom333 – Le 6 juin 2019 à 16h35.

    C’est la meilleure description du pegging du point de vue de la femme que j’ai jamais lue. Je voudrais ajouter trois remarques d’un point de vue masculin.

    Premièrement, le pegging est un formidable moyen pour une femme d’apprendre à son homme comment faire pour la satisfaire durant les rapports sexuels. Elle peut lui montrer – physiquement et aussi avec ses mots – comment elle veut être pénétrée, comment elle veut qu’il aille et vienne, qu’il utilise ses mains, etc.
    Il gagnerait à apprendre ainsi.

    Deuxièmement, il doit accepter qu’elle dirige les ébats. À un moment donné, il voudra peut-être qu’elle s’arrête, ralentisse ou se retire, non pas parce que ça fait mal, mais parce qu’il est submergé de plaisir. Et si elle ne le veut pas, elle ne le fera pas car elle veut surcharger ses sens, l’observer se soumettre et en profiter. Il se lassera peut-être de servir oralement ce phallus tendu. Ce n’est pas grave. Il devra continuer aussi longtemps qu’elle le souhaite.

    Troisièmement, il s’agit d’un jeu non phallocentrique. En d’autres termes, le mâle s’éveille mais pas par le pénis, qui peut être au repos pendant le pegging. Il apprend ainsi que son pénis a moins d’importance qu’il ne le pensait. Superbe situation pour entamer le déclin de son machisme et embrasser la pensée d’un clitoris prédominant, de la considération du vagin puisqu’il découvre soudainement qu’il en possède un… De l’art d’inciter au respect de sa compagne.

    Au fur et à mesure, il devient de plus en plus soumis et elle de plus en plus dominante, et les deux acquièrent une meilleure compréhension de leurs rôles vanilles et de la façon de les jouer.
    __________

    Emma – Le 6 juin 2019 à 18h58.

    Une chose que Kevin a eu du mal à faire est de communiquer lorsque quelque chose était inconfortable ou au contraire était agréable. Il se retirait ou grimaçait (grognait) quand c’était inconfortable et me pénétrait fougueusement quand c’était agréable.

    Après quelques séances de pegging, il a appris à COMMUNIQUER avec moi. A priori, j’ignore ce qu’il peut ressentir, à moins qu’il ne me le transmette. Je n’ai aucun problème à le diriger vers ce qui fait du bien lorsque nous inversons les rôles mais j’imagine que certaines femmes amélioreraient grandement la communication grâce au rôle de pénétrante joué dans le pegging.
    __________

    moqlove1995 – Le 8 juin 2019 à 09h55.
    [Avec un commentaire presque identique posté par moqlove1995 – Le 8 juin 2019 à 10h59.
    Les deux réponses ont été « assemblées »]

    Oh ! Alors c’est comme ça que vous ressentez le pegging, mesdames ?
    Tout d’abord, je tenais à vous remercier infiniment pour cet article Emma. C’est rare et passionnant de savoir ce que les femmes en pensent et ce qu’elles ressentent.
    Si vous le permettez, j’aimerais vous raconter ma première expérience en tant qu’homme pour que vous me donniez le point de vue des femmes à ce sujet parce que vous êtes plutôt douée pour le décrire.

    Ma petite amie et moi avons essayé le pegging après avoir regardé le premier film de Deadpool. Si vous vous souvenez, il y a une scène de « la Journée Internationale des Femmes ». Elle avait aimé l’idée et elle est venue à moi pour me demander si j’accepterais de la recevoir. J’étais hésitant au début mais elle m’a dit que cela lui donnerait le sentiment de devenir autonome en tant que femme. Alors j’ai finalement accepté.

    Ainsi, dès la Journée Internationale de la Femme qui a suivi, elle s’est préparée à me prendre. Honnêtement, en la voyant en talons, avec un fouet et ce strapon, je savais que je ne serais pas capable de l’accueillir, pas volontairement du moins. Je voulais donc qu’elle me mette dans une position d’impuissance, alors je lui ai demandé de me ligoter les mains derrière le dos. Je pense qu’elle a adoré l’idée car elle souriait et était très excitée. Elle m’a poussé visage sur l’oreiller et fesses en l’air, puis a commencé à taquiner mon orifice avec le gode. Je lisais son sourire heureux sur son visage, celui d’une dominante comblée. Franchement, en voyant à quel point elle se sentait forte et puissante, je souhaitais qu’elle le vive pleinement, comme elle l’entendait. Alors je lui ai demandé de me bâillonner. Elle ne voulait pas au début parce qu’elle attendait que je lui indique lorsque c’est agréable ou au contraire trop brutal. Mais je voulais qu’elle soit en charge, me maîtrise et que ce soit sa journée. Aussi je lui ai confié rechercher son plein contrôle. Alors elle m’a bâillonné, ponctuant « Tu l’as demandé ! » et elle s’est introduit en moi.
    Au début, elle allait et venait lentement mais, quand elle a compris que j’appréciais et en profitais, elle s’est arrêtée un instant. J’ai regardé en arrière pour comprendre pourquoi. Elle avait un sourire diabolique de toute puissance sur son visage. Puis, elle est devenue totalement folle en moi.
    Dans cette position, pas la plus confortable, ni la plus facile non plus, je me sentais si fier d’elle.

    Quel peut être le point de vue des femmes sur ce sujet ?
    Pouvez-vous me dire ce que vous ressentiriez dans une telle situation ?
    __________

    Emma – Le 8 juin 2019 à 20h19.

    Journée Internationale de la Femme et du Pegging.
    Ça sonne merveilleusement bien !
    Honnêtement, nous n’avons jamais joué avec un fouet ou un bâillon, mais c’est très excitant. Je pense que cela ressemble probablement plus à un jeu de rôle avec des chaussures à talons hauts, un fouet, etc. Une fois que ça fait partie du décor (une forme de routine sexuelle), je pense qu’on commence vraiment à apprécier les sentiments qui vous envahissent.

    J’aime beaucoup l’idée qu’elle attende que tu regardes en arrière, je vais tenter le coup !
    Merci pour le commentaire.
    __________

    Emma – Le 8 juin 2019 à 20h23.

    Fier – Quel mot intéressant pour le décrire. J’aime beaucoup !
    Pas de soucis pour le commentaire en double, ils étaient assez différents pour que les choses restent passionnantes.
    __________

    moq1995 – Le 9 juin 2019 à 06h11.

    Pourquoi ai-je utilisé ce mot (fier) ?
    Voyez-vous, quand j’avais ce bâillon-boule dans la bouche, face contre terre, que j’étais enfilé et que je pouvais sentir son excitation dans chaque coup de bélier en moi et la puissance qu’elle mettait à me rosser les fesses, c’était un mélange de plaisir et de douleur mais, honnêtement, la seule chose qui me venait à l’esprit à ce moment-là était « Oui Selina, plus fort ! Montre-moi toute l’étendue de ta puissance » (oui, son nom est Selina). Je ressentais comme si elle allait me déchirer mais j’en acceptais les conséquences et j’étais si fier de la découvrir si puissante.
    __________

  6. Madame,
    Vous écrivez : « Un de mes vassaux, trait blanc ». je suis content pour « trait blanc » de ce titre honorifique.
    Comment peut-on y postuler, Madame ?

    • Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
      Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
      Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
      Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

      Nicolas Boileau (1636 – 1711)

      • Magnifique citation Trait_blanc, j’aimerais vous aider dans la traduction des articles du blog d’Emma, j’ai envoyé un mail à Mme Marie-Servrine avec un article traduit pour voir ce qu’elle ne pense. Je suppose que mon mail à dû se perdre dans les méandre de la boite de jedominemonmari. Je vous réitère mon admiration pour le travail de traduction.

    • Marie Séverine

      Elancharnel, chacun trouve son chemin à sa façon. trait.blanc utilise mon logo sur ses compositions, et reprends volontiers mes termes, comme « garcitude » ce matin sur twitter. D’autres vont régulièrement reprendre des photos de mes bottes et affichent dans leur bio leur asservissement. Il faut que les choses soient affichées et cultivées.
      Il n’y a pas de règles précises mais quand c’est c’est le cas, c’est assez clair.

      • Merci, Madame, pour votre réponse.
        je ne vais plus sur twitter. Pour autant, je pense être sur le chemin pour parvenir à ce prestigieux qualificatif de « vassal ». Mais, seule, Vous, êtes habilitée en m’attribuer ce titre honorifique lorsque Vous jugerez que je le mérite. A ma façon, je vais m’y employer pour qu’il en soit ainsi. Bien respectueusement.

  7. Chère Marie Séverine. La lecture de votre superbe site et le contact même virtuel avec des Femmes aussi sublimes et supérieures que Vous et Vos amies me convainquent de Vous écrire pour Vous raconter le voyage initiatique que je viens de commencer et qui est celui qui mènera, je l’espère à la chasteté forcée, totale. et définitive. Si Vous acceptez de publier mon témoignage qui est véridique je raconterai les étapes que je vais parcourir. J’appartiens en effet à une belle Maîtresse dont je tairai le nom par discrétion mais je veux lui offrir la propriété absolue de mon sexe et donc la clé de ma cage de chasteté.

  8. Bonjour Marie Séverine

    Je voulais déjà vous remercier pour votre blog magnifique en premier lieu.
    Je ne pouvais pas imaginer comment la cage de chasteté pouvait rendre un homme meilleur avant de vous lire et pratiquer surtout !
    Je sens comme une métamorphose depuis que ma femme me met sous cadenas
    Je souhaiterais si possible que vous donniez des idées à ma compagne pour me dominer d’avantage si c’est possible ?
    Pouvez vous lui Donner des idées de châtiments et dressage pour que le lui appartienne totalement
    J’ai bien compris qu’il faut être patient mais nous avons besoin de vos conseils pour évoluer et aller plus loin.
    Ma femme est au courant de ma demande pouvez vous lui donner des petits conseils à distance pour la former un peu ?
    Je sais que votre temps est précieux mais si vous pouvez nous aider à évoluer et nous rendre notre relation plus gynarchique encore ?
    Cordialement
    Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *