L’histoire étonnante de la résistance de Damien

Bonjour,

Je commence par remercier infiniment Marie Séverine d’avoir proposé puis accepté de publier mon récit après des tractations dont je ne dirai rien pour ne pas spoiler la fin.

Les prénoms sont changés, on ne sait jamais.

Je vais commencer par surprendre beaucoup de lecteurs ici, et peut être avoir de l’incompréhension : j’ai vécu pendant 7 ans avec une femme , ma femme, Emma, très dominante de caractère, très autoritaire, qui a tout fait pour prendre l’ascendant sur moi, et me dominer, selon ses termes, et j’ai passé toutes ces années à le refuser et à lui résister.

Tout arrive en même temps dans ma tête, je vais revenir sur chaque point, mais pour que vous ayez le tableau, je vous dis la deuxième surprise : je fantasme depuis longtemps de domination féminine sur moi. Ma femme ne l’a jamais su pendant toutes ces années.

Là beaucoup d’entre vous qui rêvent d’être dominés, vous vous dites mais quel idiot ! La chance qu’il a et il ne l’accepte pas !
C’est vrai, je vais essayer de vous le faire comprendre. J’étais conscient que c’était un fantasme, et pour moi, ça devait le rester. Mais je ne voulais surtout pas basculer entre les mains de ma propre femme. Elle manifestait une telle envie que je me rendais compte que ce serait très rapide et que je deviendrais vite sans défense. C’est le genre de femme qui prend les choses en mains, si vous voyez. Pour les vacances par exemple, si on venait à parler vaguement de peut être partir en Italie, le lendemain elle a décidé où, à quelle date, dans quel hôtel etc. Donc entrouvrir la porte ou évoquer = très grand danger.
Pour assouvir mon phantasme. j’ai choisi après beaucoup d’hésitations de rencontrer une professionnelle. J’ai pris le temps de bien choisir, et Christine m’a permis de vivre ce phantasme en progressant par étapes. Une vraie pro, qui sait doser très exactement pour aller toujours un peu plus loin et maintenir le phantasme intact.

Mais je veux revenir à Emma pour vous raconter la personne et la pression qu’il y a eu pendant ces 7 ans. Emma est grande, 2 cm de plus que moi et plutôt mince. Elle est athlétique, notamment les épaules. Le bassin et les cuisses sont également assez musclés. Je suis pour ma part encore plus mince qu’elle. Comme je n’ai jamais accepté qu’elle porte des talons (combat permanent), debout cote à cote, nous étions de même stature et force apparente je dirais.

Les talons …. Elle a régulièrement essayé d’en porter, ce qui la mettait 5 ou 10 cm plus haut que moi. Sur le principe ça ne me dérangeait pas, c’était même plutôt « piquant » et excitant . Mais je sentais en elle que ça rallumait méchamment son envie de dominer. Elle me toisait, me parlait sèchement, c’était instantané ! Elle-même me le disait en s’en amusant : si tu me laisses mettre des talons, tu ne feras pas long feu … J’ai donc usé de toute mon autorité dans le couple pour que les talons restent au placard. Mais de façon assez usante pour moi, elle les ressortait régulièrement, souvent par surprise, par exemple quand on devait se rejoindre à l’extérieur restaurant par exemple. Et j’avais un mal fou à contenir son désir presque violent de s’imposer, jusqu’au retour à la maison.

Elle ne se gênait pas pour me dire assez souvent qu’elle voudrait dominer. Que je devrais la laisser faire, que ce serait plus reposant pour moi, qu’on serait chacun dans nos rôles au lieu de s’affronter.

Comme je suis un lecteur depuis longtemps du blog de Marie Séverine, je connais son vocabulaire, et à un moment je l’ai soupçonnée de le lire également : elle m’expliquait que ce serait progressif, qu’elle ferait une progression « comme une spirale » … Je n’ai jamais su si c’était une évocation de la méthode de Marie Séverine, mais j’ai eu un choc, qui m’a encore plus donné envie de résister. Surtout pas me laisser dominer. Je sentais ma femme tellement « carnassière » dans ce désir. Une autre fois, parlant du processus de domination, elle m’avait expliqué tout en se recoiffant dans le miroir que je n’avais pas à m’en faire, que ce serait « rapide au début » … Un peu comme un bourreau qui te dit « ça ne fera pas mal, tu ne sentiras rien, viens avance toi … ». Ou encore le dentiste genre « ouvre la bouche, mets ta tête en arrière, tout ira bien…. » et Bim une fois dans la bouche avec les outils, trop tard.

Beaucoup d’entre vous se seraient mis à genoux pour être exécutés, mais pour ma part, la sensation de danger (réel je vous assure!) a été un repoussoir. Et quelquefois j’ai même réagi par panique. Et ça a créé des disputes, de plus en plus.

Au lit nous avions une vie amoureuse agréable. Elle était plus souvent au dessus de moi et menait les affaires, mais ça restait au lit. On a essayé une fois la sodomie avec un gode ceinture, et ce n’était pas nul. Mais quand j’ai vu l’immense sensation de puissance et de plaisir qu’elle en retirait, je lui ai dit que ça brûlait et me faisait trop mal. Elle m’en voulait beaucoup, voulait recommencer.

Pour avoir une idée de la pression, il faut comprendre qu’elle s’exerçait partout ! Emma gérait les comptes bancaires, et j’avais toutes les peines du monde à savoir où on en était. Elle gérait les comptes internet, les mails, me disait que je n’avais pas besoin de m’en occuper. Elle voulait traiter mes papiers, trier mes archives, etc … Elle essayait de me ramener à la situation d’un enfant qui ne gère ni ne sait rien des affaires des adultes, et je devais me battre pied à pied pour garder en partie la main sur mes affaires.

Du coup, l’ambiance dans le couple en a pris un coup, et notre relation s’est progressivement délitée. Nous avons fini par ne plus avoir de relation sexuelle la dernière année, le prélude classique à la séparation. A un moment, elle m’a proposé la cage de chasteté, en m’offrant même une CB6000 pour mon anniversaire. Je n’ai pas voulu la mettre mais je l’avais gardée.

Par contre j’en avais parlé à Christine, qui du coup m’a obligé à la porter par périodes. Comme je n’avais plus de relations avec Emma, et qu’elle le savait, les périodes sont devenues de plus en plus longues. Ceux qui en portent une me comprendront : la cage de chasteté, ça porte sur le système, et en particulier sur le système de résistance. Avec Christine pas de souci. Mais avec Emma (qui ne savait pas que j’étais en cage), alors que nous étions déjà presque au point de nous séparer, quand elle mettait des talons, prenait un ton autoritaire en me disant que je devrais me soumettre à elle, il s’en ai fallu de peu pour que je m’incline. Il y a un effet ravageur de la cage, c’est un vrai danger ! Un peu plus et le fait que Christine me faisait porter la cage longtemps allait me conduire à me soumettre à Emma !

Mais l’instinct de survie a été le plus fort. Malgré le frisson j’ai pu m’en sortir. Je comprenais que derrière la moindre faiblesse se cachait (même pas en fait) un gouffre, un sable mouvant dans lequel je m’enliserais sans retour.

J’avais trouvé un appartement pour gérer la séparation, et j’avais plus ou moins réussi à y mettre mes affaires personnelles, même si nous vivions toujours ensemble. J’y avais également caché des choses plus personnelles, photos, plugs, gode ceinture, menottes, etc qui me faisaient rêver et que je me suis mis à acheter plus volontiers, ayant une planque en toute sécurité.

A ce moment également, mes liens avec Christine se sont distendus. Certainement que la phase de séparation m’a distrait de mes phantasmes pendant un temps. Genre nouvelle vie devant. Elle me gardait en cage, mais le reste était moins piquant pour moi, certainement parce que j’étais en train de basculer dans cette autre vie, que j’imaginais plutôt en vieux célibataire tranquille. En tant que pro, je pense que Christine perdait un client, mais rien d’autre, et elle en trouverait d’autres.

C’est à ce moment là qu’il y a eu un grain de sable.

L’autre avait dit en marchant sur la lune « un petit pas pour l’homme un grand pas pour l’humanité », je pourrais dire « un petit grain de sable pour moi, un désastre pour ma liberté » …

Je ne le faisais jamais, mais me sentant en cours de libération de la surveillance de ma femme, j’ai payé Christine par chèque. Le petit truc idiot. Je ne le faisait jamais pour échapper à l’espionnage potentiel de ma femme qui gérait les comptes. J’ai pensé que séparation en cours, elle avait lâché l’affaire.
Mais ma femme continuait à surveiller les comptes, et a vu ce chèque. Et elle a cherché. Et trouvé.
Pour n’importe quelle femme dans cette phase et situation, elle aurait vu une raison supplémentaire de se séparer, ou aurait hurlé un coup.
Emma n’a rien fait de tout cela, elle est allée tranquillement rencontrer Christine chez elle. Elle a découvert que je rêvais de soumission, que je pratiquais, que j’étais en cage de chasteté, la clé dans le sac à main de Christine.

Elle est tombée de l’armoire, selon ses dires, mais affirme qu’elle l’a toujours senti.
Elle ne m’a rien dit, et je n’ai rien remarqué de mon coté. On se voyait peu, il faut dire.

Il s’en est suivi une période de 2 semaines dont elle ne veulent pas me dire ce qu’elles ont fait. Je sais qu’elles se sont vu plusieurs fois, ont sympathisé, et ont organisé la suite. Pour les détails, il parait que ça ne me sert à rien de savoir, et que surtout, ça ne leur apporte rien que je sache. C’est du reste devenu une vraie stratégie de leur part : me laisser dans l’ignorance de presque tout.

Je pense que vous l’avez compris à ce stade, Christine m’a replongé dans les mains de ma femme, je dirais plutôt dans ses griffes, dans sa toile, dans sa geôle, mais cette fois sans aucune défense ni résistance possible. Une pente glissante inexorable et rapide. Je suis rentré un soir pour discuter de quelques points avec Emma sur des papiers à récupérer, toujours si content de continuer de retrouver ma liberté, et je les ai trouvé toutes deux dans le salon, à boire le champagne en plaisantant. Choc ! Immédiatement Christine m’a ordonné très sèchement de me mettre à genoux devant ma femme et de lui lécher les bottes (très hautes et belles soit dit en passant). Impossible de se dérober. En regardant à la dérobée je vois la clé de la cage de chasteté en collier autour du cou de ma femme. En 1 minute, ma vie avait basculé.

Inutile de vous donner beaucoup de détails pour comprendre la suite. Emma a payé Christine pour des séances, comme je le faisais, mais c’était pour l’aider à me « dresser ». Ma femme m’a tout de suite mis sous contrôle sur le plan financier et administratif. Sans moyens de résistance, ça a été rapide, et total, je vous assure. Je n’ai plus aucune autonomie, ni accès, je ne sais plus rien, comme un enfant de 4 ans. En quelques jours, elle m’a administrativement « ligoté » à sa merci, et bien serré ! Rien à faire, irréversible, définitif. Toutes ces années à essayer de le faire, à s’organiser, à y réfléchir, elle était sacrément prête, alors ça a fait comme l’araignée qui emmaillote une proie.

J’ai été mis aux ordres tout aussi rapidement, et pour Emma, ça a été et c’est encore jubilatoire. Elle trouve un plaisir dans la domination et la cruauté qui rend la situation certainement irréversible. Après une prise en main rapide, elle prend maintenant son temps, elle est dans le raffinement, dans la dégustation. Autour de nous les gens ne se rendent compte de rien. Emma était déjà du genre autoritaire, donc pour eux, c’est « business as usual », ils sont plutôt contents qu’on se soit remis ensemble. Mais la nouvelle pression sur moi est le potentiel d’humiliation qu’elle peut m’infliger, alors quand on est tous les deux, je suis astreint à une obéissance très stricte. Au service et aux ordres.

Payez toujours en liquide vos petits écarts, messieurs. Emma m’a autorisé à écrire cette petite page pour finir sur ce conseil narquois de sa part. Les tractations dont je parle au début ont eu lieu entre elle et Marie-Séverine, et non pas avec moi (le dire en haut aurait dévoilé l’histoire). Moi, je devais écrire, lire mes brouillons à voix haute à genoux, corriger, refaire, …

67 Commentaires

  1. Bonjour Damien,

    Il semble que vous connaissiez finalement l’état de servitude que vous souhaitiez, mais au sein de votre couple plutôt qu’en passant par les services d’une professionnelle.
    Cependant, je ne suis pas certain de comprendre, êtes-vous heureux de votre situation actuelle ?

    Si vous étiez presque parti, comment est-il possible que vous n’ayez pas réussi à vous soustraire à Emma ?

    • Je pense que la réponse est dans le texte … « Mais la nouvelle pression sur moi est le potentiel d’humiliation qu’elle peut m’infliger »

  2. merci pour ton récit Damien .
    je comprends que ca soit difficile de lacher prise petit a petit aujourdhui .
    la question est es tu heureux aujourdhui de ta nouvelle situation.
    car pour ma part je t envie secretement.
    ahh la spirale … merveilleux outil pour dominer un mâle au sein du couple et merci à Dame Marie Severine pour cet article.

    bon courage Damien pour cette vie de perte de controle et au plaisir de lire de nouveau recit.
    jerome

  3. Toutes mes félicitations à « Emma » !

  4. joli récit mais qui me semble trop « parfait » pour être réel, désolé …

    • Je pense que MS a fait en sorte d’en vérifier l’exactitude. Sinon, cela perdrait largement de son intérêt. Je trouve l’histoire finalement plausible.

      • En effet, je fais très attention. Sur cette histoire j’ai principalement échangé avec Emma, y compris par téléphone.
        Je me sers principalement de mon expérience. Vous n’imaginez pas le nombre de faux (et de fausses) profils qui s’adressent à moi pour du coaching, pour des conseils, pour me raconter leur expérience, pour parler avec moi, etc … Avec beaucoup d’imagination quelquefois. Le plus souvent des hommes qui se font passer pour des dominas en herbe (mais continuent de parler de points sur lesquels se focalisent les hommes et pas les femmes…). En général je les vois arriver de loin, c’est souvent assez maladroit, voire assez énorme. Mais pas toujours. Comme je tiens à la réputation du site (300 000 pages lues par mois cet été) je fais hyper attention. Je n’ai aucun intérêt à abîmer le contenu global.
        Mais personne n’est à l’abri, donc je ne pourrai jamais garantir à 100% les témoignages.
        Quand ça me parait intéressant, mais fictif, je le mets dans les récits.

        • bonjour Marie Severine,
          je m’adresse à vous en temps qu’experte. Je suis une femme. Je sors avec un soumis depuis peu. Il est plus âgé que moi et je ne suis déjà pas jeune. Je l’aime bcp. Je suis un peu perdue, étant dominatrice dans l’âme mais n’ayant jamais pratiqué. J’aimerais vous envoyer par e-mail un témoignage qu’il m’a écrit pour avoir votre avis, une expertise en quelque sorte, une aide peut-être… Merci d’avance

  5. Damien, ne te lamente pas. Il est plus intéressant d’être soumis contre son gré que sur sa volonté.
    Tu as maintenant une femme à servir et à adorer. Tu voulais peut-être autre chose, mais te voilà dans cette situation. Ta femme Emma semble vraiment impressionnante. Il ne te reste plus qu’à te dévouer à elle.

  6. De retour de congé
    Un peu de mal avec ce texte, on oscille entre le doute et la consternation
    Si c’est un récit présenté comme une histoire vraie cela change puisque d’habitude Marie Séverine le précise
    Si ce n’est pas un récit nous avons les mêmes réticences que Tetext. Vous aviez « réussi » à maintenir votre épouse visiblement carnassière à distance pendant 7 ans pour céder en deux deux au dernier moment.
    Après reste à savoir si vous êtes satisfait ou pas.
    Tout ceci prouve, si besoin était, l’ouverture d’esprit de ce site puisque l’on ne peut pas dire que la femme soit présentée de la meilleure des manières.

    • Ou est l’amour dans cette histoire, on voit une femme qui veut coûte que coûte dominer son mari malgré son refus total, qui voulait tellement le dominer que le couple est arrivé jusqu’au bord de la rupture.

      Comme l’explique l’auteur, il avait se fantasme de soumission mais pas avec sa femme et c’est son droit le plus strict mais sa femme avec sa surveillance constante a tout fait pour le piéger dans sa toile. Son ingérence pourrait d’ailleurs d’être punis par la loi sachant qu’ils s’étaient séparé mais c’est une autre histoire.

      Bref c’est malsain cette façon de vouloir soumettre a tout pris, on ne sent pas la volonté de l auteur ni son accord et surtout on ne voit pas d’amour entre eux.

  7. Bonjour Damien,
    à priori, tu as eu finalement ce que tu souhaitais.
    Te voilà soumis à ta femme, par la volonté de ta maîtresse initiale.
    L’acceptation de ta situation vient du fait que c’est ta maîtresse qui a transféré ta propriété à ta femme, pour laquelle tes sentiments restent malgré tout ancrés et se cultivent à présent sous sa emprise.
    Sois heureux de la bien servir.
    Merci du conseil en tout cas 😉

  8. Je n’y crois pas, désolé… J’ai pourtant moi même ce fantasme… Il y a trop d’incohérences.
    Agréable à lire cependant 🙂

  9. Merci de la précision de Marie Séverine et nous imaginons très bien à quel point vous devez pouvoir être submergé par tout un tas de fantasmeur
    A nos yeux Emma est passée entre les mailles de votre filet, déjà qui irait payer par chèque une séance chez une pro et ensuite comment retracer un chèque encaissé via un simple relevé de compte, je ne crois pas qu’une banque donne beaucoup de renseignement de ce genre (par principe une banque donne pas…oui elle était facile) et la faiblesse du récit semble provenir de ce qui est présenté comme le momentum

    • Pour la trace du chèque, j’ai personnellement eu à le faire, je peux donc te l’assurer : dès lors que c’est ton compte ou un compte joint, tu peux demander à ta banque l’info sur le chèque (c’est en général payant), et tu l’obtiens sans aucun problème. Du reste c’est légitime.

    • Qui mettrait une CB et dormirait à côté de sa femme qui en ignore le port ?
      La même personne qui paie par chèque une pro …
      Ne serait ce pas plutôt une prise de risque exagérée pour devoir accepter la situation mainte fois proposée par Emma alors que son couple est au bord de la rupture ?

      Par contre je me permets de te contredire renaud, le titulaire d’un compte (donc Emma) peut avoir toute l’information concernant un paiement ou un chèque. Je suppose simplement que Christine a du le mettre directement sur son compte et non prendre de l’argent en cash.

      • moi VM , car plus rien ne ce passe avec ma femme…je pourrai dormir nu (ce que je fais d’ailleurs)à ses cotés . meme avec une CB .
        Et oui …
        Bisous
        ps: saches malgré tout que je t’envie beaucoup
        syvon

      • Je porte régulièrement ma cage de jour comme de nuit (une vice courte) et ma femme ne s en ai jamais rendu compte. Pour ce pont, c est crédible.

  10. On peut rêver de D/s et pourtant ne pas l’accepter dans le couple sans une contrainte. Ce que raconte Damien est exactement ce que je ressens malgré que dans mon cas ma femme n’est pas dominante du tout malheureusement.

    Mais ce récit me pousse à quelques questions :
    – Concernant la spirale, cela vient il de sa lecture de JDMm ?
    – Qu’entendait elle par « qu’elle voudrait dominer » et « processus de domination »
    – Qui a décidé de la séparation ?

    En lisant la fin « astreint à une obéissance très stricte. Au service et aux ordres », j’ai l’impression que la domination subie par Damien n’est pas du tout le fantasme qu’il avait espéré ni vécu avec Christine mais plutôt une relation hiérarchique par rapport à Emma qui ne joue ni du fouet, ni de la cravache mais simplement de son autorité avec le risque si dérapage de voir son réseau social mis au courant de sa relation avec Christine ou bien de passer par chez elle pour une punition plus physique.

    Merci pour ce partage, ça permet de s’identifier dans ce paradoxe qui est de vouloir et de repousser en même temps.

  11. Je vois qu’il y a des questions. Je vais demander à Emma si elle et Damien peuvent répondre en complétant l’article ou via les commentaires.

    • Bonjour,
      Je préfère le distinguo entre fiction et réalité. Témoignage et histoire « inventée ».
      Mais des fois, ici… JDMM… l’imaginé donne autant d’informations sur celui qui l’ecrit que le vécu ou la réflexion venant d’un « initié ». Si ce n’est plus…
      Et si ce Monsieur Damien avait ouvertement commis cette erreur ? S’il n’arrivait pas de son propre grès à accepter les conditions de sa compagne mais ne pouvait pas non plus entériner que jamais cela n’aura lieu.
      Une manière de prolonger le suspense tout en créant une réaction; envoyant le signal que peut etre quelque chose est possible dans ce mode de relation.
      C’est déjà le cas puis que vous, Marie Séverine, confirmez être entrée en relation avec Emma.
      Et puis… une enquête… des petits oiseaux en prison, et j’en passe… ca reste en famille tout ça…

      • Histoire Etonnante de la Resistance

        ChhhhRrrr… Les soumis parlent aux soumis-je répète- Les soumis parlent aux soumis : Les carottes sont cuites – Je répète- Les carottes sont cuites. ChhhhRrrr… : le ver est dans le fruit – Je répète – le ver est dans le fruChhhRrrrr….

  12. Bonjour Damien,
    Votre témoignage est criant de vérité.
    La vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille où le soumis obéit et la femme domine. Il y a des pulsions, une myriade de paradoxes et de contradictions.
    Le soumis veut ramper et se soumettre mais seulement à ses heures, sans contrainte et « librement ». Mais sachez que de notre côté, nous nous avons aussi nos besoins. J’aime aussi avoir un homme qui comble mes besoins sensuels et je me passe facilement du soumis torturé par ses pulsions. Alors quelles solutions?
    Madame N

  13. Bonjour Damien,

    Merci pour ce temoignage. J’ai trouvé enormémenent de points communs avec mon histoire personnelle que Marie-Severine avait bien voulu publier.
    http://jedominemonmari.com/temoignage-dominer-de-la-taille-peut-etre-tres-reel/
    La domination par la taille, les talons, le controle financier, la relation alpha-beta….il n’y a que sur la partie relation avec une domina que les choses divergent (!), impossible pour moi.
    J’aimerai bien en savoir plus sur l’evolution de vos relations, maintenant que la domination est entrée dans le quotidien. Y a t il un impact sur vos relations avec vos amis, votre sexualité, les projets ?

  14. Ha ! Je vois en effet qu’il y a de la discussion !
    Les questions d’abord. Mon mari devenu toutou est il heureux ? Bien sur ! Je crois vraiment qu’il a trouvé sa place. Je vous rappelle qu’on s’aimait, et je crois qu’on s’aime encore plus maintenant.
    Pourquoi il ne s’est pas échappé au moment crucial. Il décrit mal ce moment dans son texte, et je ne lui permettrai pas de le modifier, c’est trop de temps.
    Il y a eu un moment qu’il a passé sous silence, c’est que je savais bien sur qu’il avait un appartement. Je lui ai demandé tout de suite s’il avait 2 trousseaux des clés, et me les montrer. Il a du penser que je voulais en avoir un, il etait pas super fier. En fait j’ai confisqué les deux. Et je lui ai dit que le lendemain on irait faire le tri. Il s’est transformé en statue ou en momie, tétanisé.
    Dans l’appart quand j’ai trouvé un énorme gode ceinture et autres baillons, sangles, plugs, j’ai eu des crises de rire que je pouvais pas contenir. Lui ne savait plus où se mettre. C’était un tel aveu ! Une telle offrande ! J’ai mis le gode sur moi, je lui ai fait prendre à genoux dans la bouche, j’ai pris des photos. Tout en riant, c’était irrepressible ! Je découvrais ! Et nous savions tous les deux ce qui allait se passer le soir même et les jours suivants à la maison avec un tel matériel !
    Je le lui disais sans pouvoir m’arrêter de rire, en agitant les baillons sous son nez …
    J’ai jeté une partie de ses affaires (pas le gode ceinture ni les baillons), trié le reste, mis ses documents administratifs et financiers dans mon coffre fort pour qu’il ne les récupère pas une seconde fois.
    Ce moment dans son appartement a été le couperet final je pense. Il ne l’a pas raconté, c’est clair.
    Depuis je continue à le mettre sous ma coupe, mais j’ai le temps, il ne partira pas, et je pense sincèrement qu’il a (ENFIN !) accepté son sort.
    Je crois qu’il en rêvait vraiment, il est un bon soumis. Qui résiste un peu et se plie pour finir.
    Sa pro (je ne sais plus le nom dans le texte) m’a appris plein de trucs. Des trucs sur lui, des astuces. C’est presque une amie maintenant, mais on va arrêter les cours.
    Hop !

    • Merci pour ces précisions, Emma. Par certains points du récit de Damien, on pouvait douter de l’authenticité de l’aventure vécue (j’en ai fait un retour circonstancié à Marie Séverine ; peut-être vous l’a-t-elle fait suivre…)
      Quand j’ai découvert ce monde (de manière seulement littéraire, textes libres, romans… ou blogs comme celui-ci) j’ai surtout ressenti une grande surprise, un peu d’effroi…et pas mal d’amusement (le même amusement, j’imagine, que lorsque vous découvrîtes son appartement). Après tout, à chacun ses perversités tant qu’elles ne créent pas de tort à autrui, et il ne me revient pas de les juger.
      Je ressentais aussi de la compassion pour mes congénères soumis, que je voyais comme de pauvres victimes de leurs maîtresses, persuadé qu’ils avaient été totalement dépassés par les événements et qu’ils ne pouvaient être réellement heureux de leur situation.
      J’ai, le temps faisant, revu ma position : si je reste convaincu qu’ils sont/ont été, à un moment crucial, dépassés par les événements, je suis sûr qu’ils y trouvent une forme de bonheur et d’épanouissement, comme vous dites être le cas de Damien.

    • Bonsoir Emma,
      Merci d’etre venu ici-:)
      Qu’est ce qui vous a décidé de passer à l’acte?

      • Bonjour Emma,
        merci d’être venuE donner du pain aux canards en venant ici.
        Je n’ai pas dormi avec cette faute d’orthographe commise hier (décidéE, j’hésite…Help!). Bref. J’espère ne être indiscret. Je crois que pour certaines personne, femmes et hommes, le commencement d’une histoire comme la votre a de l’importance car c’est une chose de désirer, espérer, suggérer et le passage au réel… improbable et fortement surprenant.
        Je vous souhaite un agréable we.

  15. Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’exprimer votre point de vue Madame Emma. Nous en prenons de la graine.

  16. Merci pour ce complément d’information.

    Je sais que de passer par ici est chronophage, mais si vous avez encore un peu de temps à nous consacrer, c’est peut être le moment de parler de ces trucs et astuces pour l’aider à prendre conscience de sa place auprès de vous ?

  17. Ce témoignage, vrai ou pas, invite tout de même aux questions de la concrétisation des fantasmes, de la résistance a la soumission ou de la nature de celle-ci.

    J’ose avouer être un fantasmeur Depuis 20 ans, je rêve et m’excite sur de nombreux clichés du monde BDSM. Ma compagne aimerait me dominer. Mais renoncer à ma liberté me freine autant que dans ce récit. Le renoncement vrai à rester maître de sa vie n’a rien à voir avec un fantasme.
    Pour l’heure, je n’ai trouvé ni à supprimer cette envie fantasmée de soumission, d’aliénation, ni à me livrer à ma compagne.

    • Actuellement vous pouvez rêver et fantasmer, mais après 20 ans de fantasmes, surtout que votre compagne le désire aussi, vous pourriez vous aménager des week-ends pour commencer, puis une semaine de vacances voir plusieurs dans l’année pour vivre vos plaisirs à tous les deux. Ainsi, vous testez le concept et vous conservez la main. Qui c’est, peut-être voudriez-vous vous laisser glisser vers la soumission …

  18. Merci Alfred de mettre des mots permettant de décrire les dualités existantes (et excitantes aussi) dans l’esprit, le mental d’un homme disons avec des tendances, envies, se sentant de nature soumise.
    Lors de certaines interventions que Mme et moi avons faites ou que j’ai fait, nous parlions du libre arbitre, de pouvoir conserver même dans une relation Maitresse-soumis la main sur certains pans de sa vie et tout ceci rentre parfois en collision et/ou contradiction avec les attentes de la Maitresse et certaines envies qui peuvent grandir en elle lorsqu’elle prend conscience de son pouvoir.
    Me concernant je ne renoncerai pas à tout ce qui concerne l’autonomie administrative, financière, familiale et cela tombe bien, jamais cela n’est venu à l’esprit de ma compagne et Maitresse, qui ne veut pas d’un enfant mais d’un homme se soumettant en pleine conscience.

  19. Mais vous etes maitre de votre vie quelle que soit la direction que vous prendrez-:)
    Votre compagne a interet a ce que vous n’explosiez pas en vol. Elle a interet à que ce soit viable, réaliste et positif sur la durée.
    Il semblerait que vous, vous cherchez un cadre.
    Vous n’êtes pas obligés de reproduire une situation genre Abou Ghraib…
    Ce genre de vie se discute.
    De mon point de vue ca peut etre tres cadré. Avec des points précis à respecter et pas au delà. Ou…
    C’est expansif car volontairement non cadré et dans ce cas tout point aboutit ouvre sur un autre « challenge » et c’est une route sans fin. Avec des pauses, des articles ici en témoignent, pour bien intégrer la situation acquise puis une nouvelle tache ou une nouvelle attitude,…
    Ca peut sembler bête mais il s’agit au départ d’etre Heureux… certains d’etre nous ont l’intuition d’approcher ce bonheur par ce chemin. Pourquoi ne pas essayer. Si l’on n’essaie pas avec celle ou celui avec lesquels on partage son existence avec qui?…
    Les pro? La fameuse pièce secrète dans laquelle on entre seul et déballe ses pulsions? Pourquoi pas. C’est autre chose.
    J’ai lu des témoignages qui laissent voir une certaine « faillite » de la part d’un homme et c’est finalement son épouse qui « sauve » la situation. Les modalités du sauvetage sont impressionnantes, effrayantes, peut être mais tout le monde est vivant et semble heureux. Carrément heureux.
    Ce que je comprends c’est que ces histoires sont absolument liées avec la vie privée. Ses nuances, secrets, manquements, désirs, attentes et espoir d’etre comme au premier jour proches l’un de l’autre.
    Les témoignages ne sont pas des modes d’emploi. Juste des infos, Oh! Combien importantes! qui sont à lire, prendre et reproduire pour certaines, éventuellement et d’autres pas.
    Un lien vers le site d’une certaine Emma, par exemple,excellemment bien traduit par quelque uns ici ne m’a par exemple pas du tout intéressé. Je le conçois comme une espèce « d’école anglo-saxonne » ou des concepts de psychologie comportementaliste s’appliquent à une soi-disant nature masculine et vraiment ça me saoule. Mais au millieu de tout ça, dans les details, pleins de choses interessantes sont a prendre et si je recule assez loin Je vois deux personnes heureuses. Et ça… respect-;)
    C’est pas super long une vie. Mais ca peut etre tres dense.

  20. >Un lien vers le site d’une certaine Emma, par exemple,excellemment bien traduit par quelque uns ici ne m’a par exemple pas du tout intéressé. Je le conçois comme une espèce « d’école anglo-saxonne » ou des concepts de psychologie comportementaliste s’appliquent à une soi-disant nature masculine et vraiment ça me saoule.
    +1
    >C’est pas super long une vie. Mais ca peut etre tres dense.
    +1 aussi , ça fait deux!

  21. Bonjour

    Je constate l’ambivalence que chaque soumis/esclave peut vivre, avant de faire le grand saut.

    Par contre jai limpression que damien met tres peu en avant l’amour quil a pour sa femme er quelle a certainement pour lui. Cest comme si Damien joue encore au calimero, quil essaye de nous convaincre que sa femme est assoifee de pouvoir et quil est une victime.

    Soyons clair Damien, si tu nest pas convaincu detre une petite chose qui doit tout a sa femme et quelle a tout les droits, si tu ne sais pas aimer ta femme comme elle est… alors il vaut mieux partir (cest ton droit en europe). Je suis sur que dans la journee ta femme aura retrouvee un eaclave digne de ce nom. Sinon realise toi la chance que tu as, donne tout a ta femme, ton corps tes finances et ton ame…. cest ce quelle merite et arrete de te plaindre et applique toi a te donner encore plus.

    Dernier conseil, applique toi bien, car des esclaves rebelles ca fatigue les dames… agi avant que ce ne soit elle, qui ne te met a la porte.

    David

  22. Comme quoi, le proverbe : « Les avis c’est comme les sphincters, tout le monde en a un » est d’une véracité et d’une actualité, déconcertantes.

  23. Ma maitresse m’a demandé d’écrire mes sensations à propos d’une petite culotte rose transparente et avec un peu de dentelle qu’elle m’oblige à porter en son absence afin que je n’oublie à aucun moment que je suis son soumis.
    Quand j’ai eu fini d’ecrire mon texte, nous avons pensé qu’il vous plairait peut-être. Et je pense qu’il trouve sa place à la suite de cet article. Car il s’agit bien d’accepter que le fantasme d’être soumis se concrétise, même si on a peur de perdre le pouvoir et d’accepter son infériorité.
    Voici le texte :
    « Je vais dans ma chambre pour m’habiller car je sais le sous-vêtement que je dois mettre. Pas question d’apparaître affublé de celui-ci devant qui que ce soit. Je ferme ma porte pour être certain que personne ne se rende compte de mon secret honteux, ainsi que mes rideaux.
    Je prend le sous-vêtement en main. Je me sens fébrile devant sa légèreté, sa transparence, sa coupe et sa couleur. Il n’y a absolument rien de masculin dans ce sous-vêtement. Vais-je le mettre ? Oui. Au moment où je le passe et me découvre devant le miroir portant cette petite culotte de femme, tout doute disparaît de mon esprit : je suis bel et bien un homme soumis. Je vois mon sexe presque comme à nu sous cette culotte transparente. Le rose et les bords en dentelle affirment ce fait : je suis ton soumis. Je m’habille pour cacher la culotte et pouvoir retourner me coiffer à la salle de bain, mais la légèreté et le maintien différents du sous-vêtements me rappellent immédiatement que je suis affublé d’une petite culotte rose ridicule. Pas moyen d’oublier un instant que le mâle dominateur et macho a cédé à celui qui est totalement soumis. Bien que je n’en ai aucune envie, je sais que si je devais baisser mon pantalon devant une autre femme, je serais mort de honte.
    Je sais aussi que je dois être prudent si mon t-shirt sort de mon pantalon ou si je fais pipi ailleurs qu’isole dans une cabine. Personne ne doit savoir mon secret. Je me sens constamment en tension à cause d’un si petit vêtement, qui n’est pense ni dans l’esthétique, ni dans le confort pour un homme. Je ne me plains toutefois pas. Tout ça est de ma faute. J’ai oublié trop souvent par le passé que j’étais ton soumis. Et je sais que je m’en tire bien. Un plug, bien qu’invisible, m’aurait lui sodomise toute la journée ce qui aurait été bien plus inconfortable et gênant pour parler normalement. Qu’est-ce que je me sens soumis en tout cas ! Plus moyen d’essayer de me le cacher. J’ai accepté d’être ton soumis et je le suis bel et bien. Je t’aime ♥️ »
    Voilà, nous espérons que le texte vous plaira car nous nous réjouissons de lire vos commentaires éventuels.
    Ma maitresse cherche actuellement des pseudos pour nous deux pour pouvoir échanger avec vous en tout anonymat sur le site.
    Encore merci pour votre site si instructif et passionnant.

  24. Bonjour je viens de lire votre texte je m’empresse d’y répondre
    J’avais promit de vous décrire notre situation (je le ferais des que j’aurais le temps )mon travail est très prenant LA PETITE CULOTTE mon mari soumis en porte une il rentre de son travail le soir avant moi il a ordre de garder que sa petite culotte sous sa robe de chambre a mon arriver il dois me retirer mon manteau ouvrir ma robe dégrafer mon soutient gorge je garde ma petite culotte et mes collants ouvert je lui ordonne de retirer sa robe de chambre et sa petite culotte me la présenter je la renifle et il a ordre de la lécher (au cour de la journée il jouie beaucoup et bande a plein sa cage et coule )je l’autorise a retirer la mienne a la lécher et a se la mettre sur la tète j’inspecte sa cage il a le pénis a plein le tube et les couilles bien gonflé je vérifie que son plug est bien en place (il est solidaire de sa cage )ensuite je lui ordonne de me lécher la chatte et l’anus (il est très doué avec sa langue (j’adore ) il doit me donner 2 a 3 orgasmes s’il veut une récompense après diné (s’il n’est pas en punition ) je lui retire sa cage et son plug je le sodomise j’adore et lui aussi et ensuite il a droit soi un rapport ou un orgasme ruiné suivent mes désirs
    La nuit il na pas sa cage mes un plug avec un anneaux d’appartenance
    Le matin après le petit déjeuné je lui retire son plug il fais sa toilette et vas a la selle après inspection je lui repose sa cage avec le plug incorporé il met ma petite culotte que j’avais la veille (il doit la lécher avant )je change de couleur chaque jour de la semaine ( nous somme bien rodé )
    Nous travaillons en horaire libre par contre moi je ne rentre pas avant 19 heures
    Mon mari est soumis encagé depuis 10 ans des que je peut je vous raconterais le début de notre histoire
    Carla

    • Ouh là! Vous avez toute mon admiration! Ca en fait du boulot toutes ces opérations le soir: contrôle, reniflages, plug et tutti quanti. Surtout après une longue journée de travail… Et tout cela depuis dix ans. Quelle énergie! Faites quand même gaffe au burnes out…

    • J ai hâte de vous lire maîtresse carla. Docilement et respectueusement

  25. Bonjour Jean First je ne sait pas qu’el est votre statue mais pour moi
    Lorsque je rentre a la maison c’est le meilleur moment de la journée retrouver votre Male soumis a votre service (c’est le rève de beaucoup de femme
    CARLA

  26. Comme promis je vous décrit notre parcours
    Nous somme marier mon mari pratiquais la sodomie (il ne me l’avais pas dit )il se godais se masturbais souvent il est macho et très viril une fois ensemble il m’en a parlé (je ne connaissais pas )un soir je rentre et il me dit viens dans la chambre j’ai une surprise pour toi il m’ouvre une valise qui étais remplie d’objets sexuel il me dit nous allons bien s’amuser avec ca demain samedi nous allons les expérimenter (j’avais mal dormie la nuit j’étais inquiète de se qui allais se passé la matin après déjeuner il me dis on ferme la porte et on passe a la chambre il se met nue et me donnas l’ordre de faire pareil il me dit tu vas me sodomiser avant je vais te mettre un plug dans ton cul pour te motivé il mis un gant me fie mettre a genoux sur lit et me rentrais un puis deux doits dans l’anus ensuite il mis le plug (je criais au passage il m’avais fait mal )il me dit ce n’est qu’un début sa vas te motiver ensuite il se mis a quatre patte sur le lit et m’ordonnais de le goder avec différent gode et de lui rougir ses fesses a la fin il étais mécomptent et me dit tu vas me présenter ton cul je vais te faire voir se que sait une correction tu vas garder ton plug jusqu’à demain matin
    Fin de la première partie

  27. Deuxième partie
    Je me retrouvais sa soumise il me forçais a lui faire des choses que je détestais (sodomie fellation lui rougir ses fesses ect )c’est lui qui dictait les débats sexuel je devais ètre toujours a sa disposition il me sodomisais avec son pénis si malheureusement il se salissais il me punissais on passais a la salle d’eau il me mettais sur ses genoux me donnais une fessé et me fesais un lavement rectal (je détestais )il recommençais a me sodomiser et lorsque ca lui disais il me fesais une saillie sans mon accord il arrivais qu’il se masturbais devant moi il éjaculais dans ma main et me forçais a léché son sperme c’étais dégradent pour moi
    Un vendredi soir au retour de mon travail il me présente un colis qu’il avais commandé a mon nom je l’ouvre et découvre une cage de chasteté il me dit nous allons bien nous amuser ça je ne connaissais pas le soir même il me fait une démonstration pour la poser je ni suis pas arrivé il la posé lui même une fois au lit il me donne la clé et m’ordonne de lui l’enlever il me fie une saillie le lendemain matin au réveille comme très souvent (une saillie )tous le Week-end il ma soulé avec sa cage il ma ordonné de lui raser le pubis et la raie des fesse j’ai du lui la poser et retirer au moins dix fois durent le Week-end c’étais un calvaire pour moi il prétendais que je lui avait fais mal en la posent il m’impose une punition (la fessée et 15 coups de cannes je hurlais )il me dit la prochaine fois tu feras attention en posent ma cage le soir suite a une saillie a contre cœur il me posa un plug plus gros que d’habitude j’avais très mal a l’anus une heure après ètre couché je me lève discrètement pour aller au toilette et je le retire avec du mal je reviens me coucher il étais réveillé d’un ton sec il me dit présente moi ton cul je me tourne en séran les fesses il passe sa main et me dit ou est le plug tu va le chercher en revenant a la chambre il m’attendais avec des menottes il me les posas me fis mettre en levrette et me sodomisas avec un gode plus gros que son pénis (c’étais horrible je me débattais il me tenais par les cuisses ensuite il me reposa le plug (horrible )et me donna 10 coups de canne (j’avais mes fesses qui me cuisais )le matin une saillie d’office et obligation de lui poser sa cage c’étais devenue invivable pour moi J’appel une amie qui pratiquais avec son mari des jeux BDSM le midi nous nous somme rencontré pour en discuter son mari étais un peu comme le miens souminateur elle l’avais convaincue de prendre une Maitresse pro elle venais lui donner des séances et au bout de six mois il étais devenue soumis et depuis ça se passe bien
    Je demande a mon amie de rentrer ce soir avec moi et de rester coucher mon mari fut très surpris de nous voir toute les deux avant le diné elle avais sa tenue de Domina sous son manteau il fut très surpris il ne me demandas rien mon amie lui expliquais les avantages de la soumission ensuite elle lui demanda de se mettre nue elle lui posa les menottes et de lui présenter ses couilles elle lui dit (on serais douillet)elle lui attrape ses couilles et lui pose sa cage aussitôt il ne bandais plus elle lui ordonne de se mettre a quatre patte et lui lécher ses cuissarde elle avais un collant ouvert elle étais sur une chaise les jambes écarté sa chatte avec les lèvres bien rouge ‘il bandais a plein le tube de sa cage il devais baisser la tète en léchant avec sa cravache elle lui rougissais ses fesses ensuite elle lui donna une correction 20 coups de canne il avais les fesses bien marqué ensuite elle le sodomise avec son gode ceinture de bonne taille il se plaignais et se mis a pleurer (voila le plus beau un Male qui pleure c’est une lopette )elle lui mis un gros plug il se tortillais et lui ordonnas de se mettre a genoux a ses pieds de la remercier de l’avoir corrigé en la regardent dans les yeux 10 fois de suite il se couchas menotté et nous deux nous avons dormie dans la chambre d’amis
    Fin de la deuxième partie
    CARLA

    • Les histoires c’est déjà bofbof mais en plus lorsque l’orthographe rend le texte pratiquement illisible c’est carrément fatiguant.

      Il suffit d’écrire dans word, de corriger les mots soulignés en rouge et je pense que 90% des fautes seraient corrigées.

      C’est dommage pour le site que de tels torchons polluent les textes des personnes qui veulent donner une belle image de lieu de rencontre.

      • Bonjour
        Je m’excuse pour l’écriture
        Je suis Docteur je dicte les courriers verbalement et n’écrit que les ordonnances manuellement
        Je m’interroge de votre statue Soumis ou Souminateur
        Carla

        • Euh… Docteur de quelle nationalité ? Il est vrai qu’il y a désormais pas mal de praticiens venant d’autres pays (il faut bien gérer la pénurie de carabins « made in France ») ; cela pourrait expliquer cette pauvreté syntaxo-orthographique. En effet, je n’imagine pas une seconde qu’un toubib « français 1ère langue » (vu le niveau d’études), quand bien même il a un peu perdu l’habitude d’écrire et dicte tout, puisse faire autant de fautes…

          • Bonjour
            Je suis Roumaine la France est heureuse de trouver des Docteurs étranger j’ai mon cabinet a la campagne (les médecins français s’installe dans les villes
            Carla

          • Le retour d’Amigo! Toujours aussi donneur de leçons. Et abscond.
            Exemple : « pauvreté syntaxo-orthographique. ..,.
            Moi j’ai la syntaxo qui me dire perd (Amigo, y’a un S à perds?) plus ton temps sur ce site. Et va travailler ton « orthographique » en musclant ta langue pour ton Amour. J’adore la sentir s’envoler. Langue habile avec « pauvreté syntaxo-orthographique », certes… Mais elle aime. Moi aussi.

          • abscons …. 🙂

    • Tous les poncifs réunis.
      Formules rabâchées, qui ont perdu toute originalité ; clichés.
      Fantasmes de mec.
      Vite une aspirine.
      Mal à la tête après la lecture laborieuse de ce texte qui ne l’est las moins…

      • Bonsoir Jean First
        Vu vos réactions je me pose la question ( je doute sur le statut de soumis que vous revendiquez (je ne comprend pas que votre Maitresse vous autorise a écrire de tel chose )si vous en avez vraiment une
        CARLA

    • Bonjour, Carla
      Votre parcours m’intéresse.
      Je souhaite dominer mon mari mais tout ceci n est pas encore clair pour moi. Néanmoins mon mari n est pas aussi dominateur que vous, nous voulons ensemble introduite la soumission quotidienne dans notre relation et non seulement lors des relations sexuelles…
      Merci pour votre aide.
      Catherine

  28. Ah! Les étrangers qui viennent nous soigner dans les régions où de moins en moins de toubibs français s’y installent: quelle malheur! « pauvreté syntaxo-orthographique. » comme dit l’Amigo.
    Heureusement, il veille. Ouf! On est sauvés!

  29. Merci Marie-Séverine.

     Définition abscons

    Très difficile à comprendre ; obscur, inintelligible : Une doctrine absconse. Un écrivain abscons.

    En effet, avec un s. J’ai pas osé.
    Un S ça fait beaucoup d’abs cons…

  30. Bonsoir
    Troisième partie ( la transition )
    Mon amie est venue trois soirs elle le matais il dormais seul avec sa cage et un plug menotté le matin elle lui retirais le tous nous déjeunions ensemble et chacun repartais a son travail les deux soir qui suive il étais calme les jours suivant il étais de plus en plus agressif . Je lui fait une proposition soit tu accepte que je fais venir une Maitresse Pro ou je te met a la porte (il habite chez moi ) tu me donne réponse demain matin . le lendemain il me dit qu’il acceptais .je contacte mon amie elle me donne les coordonner de la Maitresse qui avais éduqué son mari (Fabiene )je l’appel elle me propose de venir lui donner une séance le lendemain soir nous avons fais connaissance suite a la discutions il a accepté elle lui a donné une séance de trois heures il étais bien calme elle lui fie une proposition d’un stage d’une semaine chez elle il accepta .J’étais en relation tous les soirs avec Fabiene elle me donnais le comportement de la journée et me conseillais j’avais acheté une tenue de dominas et certains équipements pour bien le soumettre
    A son retour mon amie étais avec moi nous lui fie part de sa nouvelle vie de parfais soumis il acceptas par moment il eu des moments de rebellions j’appelais Fabiene elle venais le soir même lui donner une correction (il avais ses fesses bien marqué ) et je lui laissais sa cage une semaine voir plus suivent son comportement on ne couchais plus ensemble (moi j’étais privé)
    Il étais de plus en plus docile j’ai recouché avec lui il acceptais mes ordres et il est devenus un parfait soumis
    La suite je vous l’ai écrit au premier chapitre
    Carla

    • Bonjour, Carla
      Votre parcours m’intéresse.
      Je souhaite dominer mon mari mais tout ceci n est pas encore clair pour moi. Néanmoins mon mari n est pas aussi dominateur que vous, nous voulons ensemble introduite la soumission quotidienne dans notre relation et non seulement lors des relations sexuelles…
      Merci pour votre aide.
      Catherine

      • Bonsoir Catherine
        Mon mari étais souminateur il m’imposais ses propre désirs et fantasmes et me contraignais a lui les faire il allais faire de moi une soumise C’est suite a la rencontre avec mon amie que j’ai pris l’initiative de le soumettre
        Si vous le souhaitez je peut vous aider
        CARLA

    • Bravo maîtresse carla. Très joli texte. Docilement et respectueusement.

  31. Oui je veux bien de votre aide afin que la soumission soit complète au quotidien pas seulement dans l intimité. A la moindre occasion il essaye de retourner la situation afin de redevenir dominant…. Votre en effet m interesse
    Catherine

    • Madame Catherine,
      Je pense qu’il faut y aller plus progressivement que dans l’exemple de Maîtresse Carla. Je vous propose parallèlement aux conseils de Maîtresse Carla de vous soumettre mon propre point de vue et mes conseils, ceux d’un homme soumis qui a commencé par être souminateur (comme beaucoup). Mon expérience pourrait vous apporter « l’autre côté du miroir ».
      A cet effet, vous pourriez autoriser Madame Marie-Séverine à me confier votre adresse mail (et avec sa propre autorisation) afin de converser en privé.
      Mais pourquoi pas aussi demander à Madame Marie-Séverine son coaching en direct ?
      Avec tous mes respects Madame

      • Je suis tout a fait partante pour un coaching en direct car l aide et l accompagnement de tout le monde sont bienvenus. Tous les conseils sont bons a prendre !
        Merci par avance
        Catherine

  32. Bonjour
    Comme tu la précisé tu as de la chance d’avoir une femme qui te domine, moi la mienne ne comprend pas ce besoin cela fait des années que je rêve de ce moment où elle voudra me dominer,mais malheureusement cela n’arriveras pas.
    Je me suis acheté des bas des collants je mets ces strings en cachette je porte des tenues sous mes vêtements quand je vais au travail
    Dernièrement je me suis acheté un gode pour goûter à la sodomie mais je dois dire que cela serait mieux avec la domination d’une femme je pense m’ache Une cage de chasteté car j’aime me masturber assez fréquemment
    J’ai même recherché des dominatrice sur Instagram et sites internet mais je n’ Rien trouvé
    Si vous avez des conseils je suis ouvert

    Merci

  33. Bonjour,
    l’histoire de Damien est vraiment intéressante. Cela montre combien les rapports qu’on a avec nous même, nos désirs, nos pulsions sont complexes. Cela me touche et me concerne.

    Voici la vision que j’en ai.

    Damien voulais accéder à ses désirs mais sans prendre le risque de se perdre lui-même. En gardant un certain contrôle. Ce que lui permettait sa relation avec sa dominatrice professionnelle.
    La possibilité de gérer, de rester soi tout en goûtant la perte de soi. Une manière de rester au bord de la piscine.

    Mais rester à mi chemin est aussi une souffrance. Damien restait coupé en deux. D’un côté le Damien libre et autonome et de l’autre celui qui souhaite être dominé. La dominatrice qu’on peut garder à distance et sa femme pour qui il éprouve de l’amour.

    Alors le chèque, c’est je crois un appel ou un acte manqué (réussi !) pour qu’il retrouve son unité, que ces deux mondes se rejoignent et qu’il puisse enfin vivre ce qu’il est. C’est beaucoup de courage !

    Magnifique histoire. Je vous souhaite beaucoup de bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *