Mon mari écartelé, mon mari immobilisé, mon mari martyrisé …

Et la suite normale, c’est « et mon mari … libéré ! » Mais là non, enfin pas tout de suite …

 

J’avais fait un post il y a …. pfiouttt … des mois, sur une barre d’écartement un peu originale … La plus simple (et la moins chère) du monde, avec un manche à balai et deux crochets. L’article est là si ça vous intéresse … Mais j’ai voulu acquérir un outil plus sérieux cette fois. On a le droit d’avoir ses petits caprices n’est ce pas ?
En tous cas, je ne regrette pas et je m’en vais vous le narrer, et vous demander de contribuer.

Pour commencer un petit lien (à droite) sur l’article, avec les photos , le prix, le descriptif « officiel »

J’ai vraiment été surprise de la qualité de l’objet reçu. J’ai pris des photos pour vous le montrer. La barre elle même est très solide et rigide. J’ai songé à la mettre sur 2 tabourets et faire asseoir mon mari dessus pour le montrer, mais on ne sait jamais, c’est pas le format brindille mon pèpère … En tous cas, même avec de la force, impossible pour une personne de le plier ni même déformer. Et vous verrez plus loin qu’en suspension, aucun problème non plus.

Il y a 6 menottes avec scratchs. Ça, c’est plutôt pas mal pour les personnes imaginatives.

Les pieds au milieu les poignets aux extrémités, l’inverse, tout aux extérieurs… Ou encore tous les pieds d’un coté, les bras de l’autre 🙂
On peut imaginer pas mal de combinaisons, changer en cours de route.
Les photos de près vous montrent la qualité : lanières larges, épaisses, solides.
Les scratchs sont tout aussi efficaces. Si on les positionne tranquillement, bien à plat, il est impossible de s’en défaire. J’ai fait tester à coup de cravache… Je vous garantis que s’il avait pu se libérer et se sauver il l’aurait fait !

Mais le plus drôle est que mon mari a voulu faire le malin quand on l’a déballée. Il s’est enfermé les 2 chevilles et un poignet, et a fait mine de mettre en place l’autre poignet, pour faire le guignol…. Mais la courroie s’est refermée seule, à cause de la forme initiale, et le scratch s’est placé ! Pas bien à plat mais ça tenait. Sans moi, cet idiot se serait retrouvé bloqué tout seul !!! Bien sur je ne l’ai pas libéré de suite, et c’est d’ailleurs à ce moment que j’ai sorti une cravache pour tester la resistance…
Mais donc, message à ceux qui aiment s’attacher seuls pour se faire peur, attention, ça risque de sentir le ridicule quand la femme de ménage va enfin passer …

Bon revenons à notre barre, qui m’a m’a ravie dès sa réception. J’avais des pratiques pour la barre pour les pieds, mais pas d’habitudes pour utiliser les poignets. Par certains aspects, cette barre d’écartement a des cotés carcan, et je me disais que les positions doivent être très contraignantes. J’ai donc rangé l’outil au dessus du placard face à notre lit, pour que je le voie tous les soirs en m’endormant, tout en imaginant des positions originales et perverses (ça me permet de bien m’endormir, c’est comme ça).
Récemment, j’ai profité d’un week end un peu calme pour travailler la question.

La première position, c’est la simplicité absolue : Penché en avant, jambes ecartées, les bras pris devant. J’ai permis à mon mari de se poser sur les fesses pour prendre les photos. Je pense que pour une femme, plus souple qu’un homme (surtout le mien), c’est pas trop terrible, mais pour un format rugbyman, c’est assez éprouvant.

Plus tard dans la journée, je lui avais mis une ceinture, remis debout, et j’avais accroché la ceinture à une sangle à une poutre. Il s’est retrouvé en « déséquilibre maintenu » le cul en l’air (j’espere que c’est assez clair, sinon je referai des photos …). Une fois dans cette situation visiblement inconfortable, j’ai pris le temps de le sodomiser un peu avec Dora… J’ai pas abusé, je vous le promets, mais c’était vraiment bien : pour lui aucun point d’appui ou d’equilibre pour essayer d’atténuer mes va et viens. Il ne pouvait que subir …

Une seconde position est tout aussi humiliante et compliquée (surtout sur du carrelage) : le « prêt à levretter ». C’est un délice ! Sur le carrelage c’est pas très durable, j’ai fini par lui mettre un coussin sous la tête (je suis tellement gentille), mais hors caméra, ça s’est fini sur le lit, offert à moi, toujours sans appuis ! Un moment d’équitation ! Et la position obtenue est ideale pour sodomiser lentement à la verticale en appuyant bien sur la prostate !

J’ai essayé une troisième posision, qui mette cette fois son visage à ma disposition. Dans la série de photos qui suit, j’utilise les sangles pour tirer la barre en hauteur, en partant de la position 1. Dans cette configuration, il ne peut plus rien faire, c’est imparable. J’ai réglé pour qu’il n’aie plus que le haut des épaules et la tète sur le sol. La tête seule, je le déconseille, ça pèse sur la nuque il y a danger de douleur.

La position est inconfortable visiblement. Mais quelle moment idéal pour venir mettre ses jambes de part et d’autres de son visage, et exiger un léchage parfait des bottes, talons semelles, lanières, tout en étant idéalement positionnée au dessus pour surveiller et apprécier, et surtout exiger !
Et pour finir en joie, rien à changer pour m’accroupir sur son visage pour la récompense finale !

Il y a vraiment de quoi passer un bel après midi !

Voilà pour les premiers usages que j’en ai fait de cette barre d’écartement. Mais je voudrais vous solliciter et faire une suite. Si vous avez cette barre, maintenant ou plus tard, ou simplement de l’imagination, aidez moi en trouvant vos propres positions, usages, situations, avec ou sans photos, et je publierai un article communautaire dans un mois ou deux.

J’aurai d’ici là certainement trouvé des idées de mon coté. Sur la photo qui suit, je réfléchis à coupler son usage avec mon fameux (et cruel) plug gonflant, ce qui n’a pas rassuré mon mari, soit dit en passant (mais il n’y a pas eu droit cette fois).
Donc commentez, ou écrivez moi un mail sur l’adresse de contact que vous connaissez.

6 Commentaires

  1. Bonjour , interresant cet article en plus on peut faire coulisser les menottes pour un ecartement maximum (pas le grand écart , faut pas exagérer)bref du sérieux pour la sodomie

  2. Bonjour,
    pour être un adepte de l soumission ,e peux vous dire,et je pense que vous le constatez avec votre mari,les hommes adore cette position qui ne leur laisse aucun liberté d’action avec les mains.De plus,pour la connaître des hommes et donc des femmes,la sodomie pratiquée par les femmes est la plus jouissive et les hommes en deviennent bien plus accrocs et demandeurs que lorsque c’est un autre homme qui la pratique…Je dirais presque que se faire sodomiser par une femme n’est pas une punition ni une humiliation pour eux mais au contraire une honneur et un bonheur..En tout cas c’est mon retour personnel et de mes amis qui la «  »subisse » » que je vous confie… Le port de la cage de chasteté est bien plus humiliant pour eux (moi) car quel homme n’est jamais tenté de prendre un plaisir solitaire…..

  3. Voila un accessoire qui donne tout son sens à l’expression jouer « au cochon pendu » !
    Merci, Marie-Séverine, de nous l’avoir fait redécouvrir ainsi.

  4. Bonsoir, je vois que ce n’est pas un « poisson d’avril » et bien une réalité à vivre et c’est bien normal … mais permettez moi Madame Marie – Séverine d’admirer de mon côté les photos misent en ligne et surtout les magnifiques bottes à lacets que vous portez … j’aime vraiment …

  5. Vous êtes absolument diabolique !!!

  6. Chère Marie Séverine,
    J’ai un peu ri en lisant votre « test de la robustesse » des scratchs à coup de cravache ! Dans les labo de tests de résistance, cette pratique n’est pas référencée (comme quoi, ils ont encore des choses à apprendre ! Rire). Je vous soupçonne d’avoir juste voulu jouer un peu en nourrissant votre fibre cruelle !
    Qui a déjà vu un velcro (y a-t-il des personnes qui n’en ont jamais vu ?…) sait que ce système ingénieux (inventé en 1948… ça date !!!) est terriblement efficace, et qu’il faut bien plus que la force d’un homme pour le rompre, sauf si la bande de tissu fait moins de 3 mm de largeur… et là d’ailleurs, c’est la bande qui rompt, pas le velcro qui se défait.
    Je ne doute pas que vous saurez trouver mille et une solutions amusantes pour utiliser votre nouvel accessoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *