Quand Bernard devient Sandrine, un touchant témoignage

Ce qui suit n’est pas directement en rapport avec le sujet de notre blog. Encore que certaines parmi nous aiment bien féminiser leurs hommes. Mais le témoignage qui suit nous a séduit par sa sincérité. La photo est également personnelle et réelle. Bonne lecture.

Voici mon témoignage, tout ce qui suit est réel, rien n'est déformé ni fabulé.
Je suis un homme de 50 ans, fétichiste des bottes, très soumis, fortement attiré par la féminisation.
Tout a commencé pendant mon adolescence. J'avais une quinzaine d'années le jour ou une cousine de 20 ans de Paris est arrivée chez nous en jean, avec par dessus son jean de superbes bottes à talons. Etant de la province, j'ai été subjugué par la féminité qui se dégageait de sa tenue. J'avais déjà un faible pour elle mais là, j'étais conquis.
J'ai profité qu'elle était partie en tenue de sport faire du vélo avec une sœur pour faire un tour dans sa chambre et j'ai vu de suite les bottes qui reposaient à terre. Je n'ai pas pu résister, j'ai senti, caressé, admiré, et bien sur, j'ai eu une érection, j'ai baissé mon pantalon et commencé à me caresser avec ses bottes entre les jambes...
J'étais tellement dans mon trip que je ne l'avais pas entendue revenir. Elle a d'abord crié, me demandant ce que je faisais là, j'ai été tellement surpris que je n'osais plus bouger.
Ma mère se demandant au loin pourquoi elle avait crié, elle a répondu non c'est rien, je joue avec mon cousin! Elle a fermé la porte à clef, puis s'est mise devant moi. Elle m'a dit eh bien il faut finir maintenant ! Mais enfile moi mes bottes avant puisque tu aimes cela ! 
Boot+cropMaladroit, je bredouillais, tremblais, elle m'a giflé et m'a dit désormais tu es, cher cousin, à moi, tu feras tout ce que je veux sinon je dirais tout à tes parents, mais pour l'instant branle toi et vite ! Je n'ai pu que dire oui. j'ai joui sur ses bottes, j'ai du les nettoyer avec un kleenex (je  lécherai ma jouissance sur ses bottes environ un an plus tard, lors d'une visite chez elle). 
J'allais repartir, lorsqu'elle m'a dit, chaque fois que l'on se verra tu nettoieras mes chaussures, rangera ma chambre, fera mon lit et tu porteras une petite culotte à moi ! Si tu es sage et obéis à tous mes ordres, je te ferais jouir de ma main, sinon je raconte tout ! J'ai dit oui, je ferai tout ce que tu voudra. Dans la journée, un regard d'elle suffisait a me faire baisser les yeux..
Cela a été ma première expérience de domination. Cela a duré deux ans, de visite en visite, le point fort ayant été un jour où j'étais chez elle, elle avait invité une amie, sa mère m'a dit si tu veux je te dépose chez un voisin qui a un garçon tu pourras jouer avec lui. Ma cousine, Sandrine, j'ai d'ailleurs repris ce prénom lorsque je suis en femme, a dit non non il ne va pas s'ennuyer, je m'en occupe. A peine sa mère partie, elle a parlé a l'oreille de son amie et m'a ordonné d'aller dans sa chambre chercher ses bottes. J'ai du me mettre nu devant elles, elles rigolaient, j'ai du me caresser tellement de fois que j'en avais mal au sexe, j'ai léché les bottes et chaussures de la copine, j'ai subi pour la première fois de la ceinture sur les fesses, de la cire sur le corps, j'ai été travesti. Tout raconter serait trop long, mais ça a été un après-midi formidable.
Nous nous sommes éloignés à cause du boulot, mais une fois nous nous sommes revus, j'étais marié, elle aussi, c'était pendant un été (dommage pour moi pas de bottes, lol )
Elle m'a de suite dit à l'oreille , alors petit cousin toujours soumis? j'ai dit oui plus que jamais... Elle m'a répondu , j'ai des chaussures et une valise dans la chambre, va nettoyer les semelles avec ta langue et range mes affaires et reviens me voir. Quand je suis descendu, sous un faux prétexte, elle m'a emmené au fond du jardin et m'a branlé en me fixant dans les yeux, elle m'a fait lécher ses doigts mouillés a descendu sa culotte et me l'a donnée, tiens je veux que tu la portes toute la journée. j'étais le plus heureux ! Ca a du se voir car ma femme a dit ben dis donc vous êtes complices tous les deux! Si elle savait...
Depuis ce temps, j'ai recherché et trouvé des contacts avec des femmes dominatrices, qui aimaient voir des hommes lécher leurs bottes, jouir dessus. Je n'ai jamais osé le dire à mon épouse. Elle sait juste que j'adore voir une femme en bottes, qu'elle garde ses bottes pour faire l'amour, mais être dominé par elle, j'ai essayé une fois d'aborder le sujet, elle a eu une réaction forte et de fin de non recevoir. J'ai donc vécu en quelque sorte une double vie, mais sans jamais de relation sexuelle avec les dominatrices.
J'ai " appartenu" pendant 5 ans à une même dominatrice qui a entamé ma féminisation. J'ai reçu mon premier collier d'esclave. Chez elle je portais jupe cuir, bottes ou cuissardes, perruque, dessous féminins, elle me maquillait et me dominait, je ne pense pas que ce soit la peine de vous raconter les diverses punitions subies, mais c'est elle qui m'a sodomisé pour la première fois. 
Je dois avouer que j'ai adoré cela, elle même a été surprise que j'accepte aussi bien que ce soit physiquement que psychiquement. Je me sentais femme, je remuais des fesses, gloussais de bonheur. C'était ma récompense..... C'est aussi avec elle que j'ai appris a acheter en public mes bottes, cuissardes, dessous, vêtements, je n'avais que faire des regards, des observations graveleuses, j'étais heureux en compagnie de ma Maitresse, souvent humilié mais tellement heureux lorsque des vendeuses voyaient mon collier lorsque j'essayais des tenues ou posaient des questions sur moi a ma Maitresse.
mes bottesMon travail me laissant beaucoup de temps libre, je pouvais souvent me mettre à ses bottes. J'étais en femme même lorsqu'elle recevait des ami(e)s. J'ai eu mes premières expériences bisexuelles. Avec elle, j'ai léché ses bottes sur un parking de magasin, j'ai été giflé en public, je suis sorti la première fois en femme dans un magasin érotique, avec mon collier et en laisse. Honteux, mais qu'elle excitation ! Des couples, des hommes seuls étaient présents et m'observaient, je portais des cuissardes mais mon érection se voyait a travers ma jupe. Ma Maitresse s'en est aperçu et j'ai été puni fortement en rentrant car je n'avais pas su me contrôler. 
Elle m'avait aussi réservé une punition pour notre rencontre suivante. Elle m'a déposé dans une rue et j'ai du ensuite la rejoindre habillé en femme, jupe courte, cuissardes, là ou elle était garée . Elle n'était pas dans la voiture mais dans un bar en face, j'ai du rester assis avec elle ainsi vêtu pendant qu'elle prenait son thé. Elle avait un style, un regard une prestance telle que personne n'osait dire quoi que ce soit et encore moins moi ! Nous sommes repartis moi tête baissée derrière elle et lui ouvrant la porte.... J'ai du la satisfaire car ce jour là, j'ai été sodomisé de la plus douce des manières à me faire jouir sans me toucher le sexe rien qu'en sentant le gode ceinture en moi, les mains de ma Maitresse sur les fesses.
Aujourd'hui, elle a quitté la France pour mon plus grand malheur, et depuis je rends visite à une dominatrice de temps en temps, je suis toujours à la recherche d'une Maitresse qui me prendrait a son service, je n'ai toujours pas osé en parler à mon épouse, j'ai toujours réussi à cacher les marques de cravache, talons, martinet, mais je redoute le jour ou elle saura. Je continue à m'habiller en femme lorsque je suis seul et rien que cela me met en émoi... Lorsque je croise une femme en bottes dans la rue, je me vois a ses pieds en train de les lécher, j'imagine... Je suis parfois au téléphone avec ma cousine mais nous ne nous sommes jamais revus... Chienne de vie, lol...
Voilà, un résumé de ma vie, je devrais dire mon autre moi....
Sandrine

5 Commentaires

  1. Bonjour,

    Très beau témoignage. J’aime le parcours de Bernard.

    Juste une question pour lui : aimez-vous vous vêtir de cuir?

    Maîtresse Véronique.

  2. Très excitant vos première expériences avec la cousine. Elle était déjà dès le début une dominatrice avertie! Elle pratiquait déjà avec d’autres? Que savez vous de plus sur ses expériences de domination, a t-elle connu d’autres soumis?
    En tout cas félicitations pour ce riche parcours de soumis!

  3. Bonsoir Marie Séverine et les auteures,
    Je souhaitais vous livrer mon témoignage, similaire à celui de Bernard. Tout a commencé avec le confinement. Nous souhaitions franchir le pas depuis un moment avec ma compagne. Le 1er avril, ce n’est pas une blague, j’ai été mis en cage de chasteté. Pour quelques heures pensais-je alors. Une nuit, tout au plus. La mise en cage fut douloureuse et compliquée. Elle a été accompagnée d’une féminisation totale, ce que je souhaitais: maquillage, vernis à onglet et port de talons aiguilles (escarpins et cuissardes).
    Je suis toujours en cage aujourd’hui, 18 jours plus tard…Le deal a changé. Je n’ai rien vu venir. Je veux sortir de cage ? Et bien, il faudra d’abord que je sois pénétré par ma compagne. Je me refusais à cette pratique, je n’ai plus le choix aujourd’hui. Je mesure à quel point le port de la cage de chasteté change les choses. Je commence à me pluger, je sais ce qui m’attend. Ma compagne a commandé le « lord » et le « facteur », elle m’a conseillé de venir lire votre blog pour comprendre. Demain, c’est le jour J normalement. Plus rien ne sera comme avant après l’avoir fait.

  4. Bruce Pénis,
    Jessica Chasta,

    IN

    DEPENDANCE DAY

    Soon on your screen

  5. Sissy à plein temps
    Nous avons commencé les jeux de domination soumission avec mon homme il y a déjà quelques années. J’ai d’abord été attachée, puis nous avons eu envie d’inverser les rôles. J’ai eu du mal à me glisser dans la peau de la domina, je crains de mal faire, de faire mal.
    La cage de chasteté a été la suite logique. Comme il passait beaucoup de temps chez son ex, pour leur fils, elle me permettait de m’assurer de sa fidélité. La contrainte le rendait fou, littéralement, il avait disait-il « l’impression de ma main autour de sa queue en permanence ».
    Il a ensuite eu le stimulateur de prostate et les plugs, le gode ceinture….
    Mais là où moi je voyais un jeu, pour titiller son intérêt encore et encore, il en a demandé de plus en plus, même si nous avions encore des rapports « traditionnels »
    Pour plaisanter, j’ai suggéré qu’au train où allaient les choses, la prochaine étape serait la feminisation. Il a cherché sur le net et a adoré. Nous avons donc investi dans des bas, des escarpins, des culottes….
    Ensuite, après qu’il m’ait dit aimé me lécher après avoir éjaculé en moi, j’ai suggéré que quand même, il n’allait pas lécher son propre sperme!? Là encore, je lui ai donné l’envie irrépressible de le faire, en permanence.
    Nous avons donc, appris à contenir ses éjaculations, les maîtriser, pour qu’il coule sans orgasme.
    De fil en aiguille, nous en sommes arrivés à ce qu’il veuille être habillée, dominée, humiliée, en Sissy.
    Je n’y vois pas vraiment de problème. Seulement notre relation tourne autour de ces pratiques, sans plus rien d’autre.
    Après des mois de silence (nous ne vivons pas ensemble) il me dit qu’il veut être Sissy tout le temps. La journée sous ses vêtements au travail et le soir, comme une traînée, prête à tous les outrages.
    Je me demande si c’est viable à long terme. Et comment le gérer moi?
    Ce n’est pas mon Inclinaison première mais je veux le rendre heureux.
    Je suis un peu perdue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *