Témoignages

A venir aussi (nombreux ? on verra)

17 Commentaires

  1. Bonjour a tous
    Je pense que tous les hommes avec un petits sex devraient porter une cage de chasteter

    • bonjour Madame Florence je suis tout à fait d’ accord avec vous ayant un petits sexe je porte une cage soit de 3,8 cm soit de 6 cm . La plus petite est parfois douloureuse et me blesse pour un port prolongé mais bon on doit accepter

  2. Ce serait discriminant dans cette nouvelle société ou l’on prône ouvertement l’égalité !!!
    Quid des soumis bien équipés frustrés si cette proposition voyait le jour rire.

  3. « Je pense que tous les hommes avec un petits (sic) sex (sic) devraient porter une cage de chasteter (sic) »
    Ce qui voudrait dire que ceux qui ont une grosse bite seraient épargnés du port de la cage de chasteté. Super ! J’ai une grosse bite !
    Quant à votre correcteur d’orthographe, il doit être en panne. Trois fôôôôtes dans la même phrase, faut le faire. Encore bravo.

  4. Bonjour, je ne sais pas où placer mon message sur votre site alors je retente ma chance ici 🙂
    (n’hésitez pas à le déplacer si ce n’est pas sa place)

    Ma compagne et moi vivons ensemble depuis peu, et étant lecteur occasionnel de votre blog je commence à remarquer quelque attitudes chez ma femme, bon elle a tjr été d’un caractère plutôt authoritaire mais nos rapports s’espace de plus en plus car madame n’est pas très vaginal et cela me frustre beaucoup… Donc cela se résume souvent à un cunnilingus pour elle, et quand elle a jouis elle me finis à la main (elle ne m’a jamais fais de fellation).
    Croyez vous qu’elle est en train de me mettre au pas comme certaines d’entre vous faites avec votre mari ou non ce serait juste un « passage à vide »…?

    Merci à vous pour votre aide !

    • Marie Séverine

      raiko bonjour,
      Ce n’est pas sur du tout. Il est fort possible que tu prennes tes désirs pour des réalités.
      Je ne dis pas ça pour te décevoir, mais pour t’éviter d’être déçu, si tu perçois la nuance ….
      Tu devrais aller voir notre rubrique Initiation / Homme ….

    • Il faudrait lui suggérer habilement d’ aller plus loin !

      Vous faire par exemple attendre un peu avant de vous soulager ou vous le faire demander !

  5. Bonsoir à toutes les Maîtresses, à tous les soumis…

    Tout d’abord, Merci à Marie-Séverine pour ce site unique qui aide chaque couple intéressé par ce mode de vie à l’installer durablement et irréversiblement en son sein. Nous lisons régulièrement articles et commentaires publiés. Alors, nous avons décidé d’être plus actifs et d’apporter nos témoignages pour en faire profiter l’ensemble des lecteurs. Justes remerciements….

    Ma Maîtresse, et épouse, s’appelle Kloé. C’est sous son autorité et sous son contrôle que je publie ces commentaires. Elle publiera les siens plus tard. J’en ai déjà publié deux ou trois il y a quelques mois et Kloé a participé au concours photos des KeyHolder. Notre engagement dans la relation M/e date d’un peu plus d’un an.

    Aujourd’hui, Kloé m’a demandé de m’exprimer sur ce que je vis actuellement, c’est-à-dire mon dressage (toujours en cours), cette période au cours de laquelle on s’enfonce progressivement dans la soumission totale à sa Maîtresse. Je vais donc vous en faire le récit et vous expliquer comment je me suis retrouvé avec Kloé entre les mains d’une dominatrice à qui elle a demandé de parfaire mon éducation d’esclave et de la coacher.

    Ce commentaire s’adresse en priorité à tous les soumis potentiels (Kloé pense que cela peut aussi intéresser les Maîtresses en formation !). Et, en attendant qu’elle exprime sa vision, elle répondra à vos questions.

    Comme cela a été souvent expliqué sur le site, il faut du temps, ne pas brûler les étapes (je n’ai pas échappé à cette envie stupide…), ne jamais revenir en arrière et surtout, pour nous les soumis, utiliser cette temporalité pour intégrer les conséquences de notre engagement. Nous allons devoir perdre tout notre pouvoir, abandonner notre sexualité de mâle, apprendre l’obéissance et le respect, satisfaire sans réserve notre Maîtresse que ce soit dans le cadre de la vie quotidienne ou dans notre vie sexuelle. Cela revient à accepter des changements physiques et psychologiques qu’elle seule décidera. En d’autres termes, ne plus exister pour nous-même mais uniquement pour notre Maîtresse. En conséquence, il faut deux éléments pour réussir à faire cela : aimer profondément son épouse et avoir une envie de soumission très forte. Et oubliez vos désirs sexuels primaires… vous seriez déçu car l’épanouissement sexuel et la liberté d’en jouir seront réservés uniquement à votre Maîtresse. Vous n’aurez que ce qu’elle veut bien vous accorder. Vous allez donc avoir à faire une lourde mutation dans ce domaine comme dans les autres. Mais, si vous respectez ces deux conditions, alors une nouvelle vie s’offre à vous. Une vie de bonheur au service exclusif de celle que vous aimez. Et vous aurez réussi quand votre regard se posant sur elle, vous aurez oublié l’épouse et ne verrez plus en elle que votre Maîtresse.

    Alors, concrètement, où en suis-je dans ma nouvelle vie ? Ce sera l’objet du prochain commentaire car je ne voudrais pas être trop long et m’assurer que le choix de la rubrique témoignage est pertinent.
    Cordialement

  6. (Suite du premier commentaire)
    Ma Maîtresse Kloé est très méthodique et organisée. Elle avance lentement mais surement en rendant irréversible le processus. Comme je l’ai dit, j’ai été un « souminateur » impatient et maladroit. Mais cela ne l’intéressait pas. Elle voulait son esclave, un vrai, éduqué par ELLE, pour ELLE. Il m’a fallu comprendre et accepter cela. Alors, petit à petit, j’ai arrêté d’exprimer mon impatience, d’être désagréable, d’avoir des comportements déplacés, signes négatifs pour le futur esclave que je disais vouloir être. Je les ai remplacés par beaucoup de respect, de l’attention, de l’écoute et, surtout, je n’ai plus contesté aucune de ses décisions. Alors, elle a commencé à tisser sa toile… Et elle a pris la main…

    Le changement a vraiment durablement commencé quand elle m’a dit, ELLE et pas moi, « j’aime bien l’idée de la cage… ». Et j’ai commencé à la porter deux ou trois jours, puis à la garder la nuit pour arriver aujourd’hui à la porter en permanence sans savoir quand elle va décider que je dois la retirer, pour une nuit ou un jour ou deux. Cela arrive quand elle me dit « enlève ta cage, j’ai envie de sentir et de voir ta queue ce soir…. ». Ce qui ne veut surtout pas dire, « je vais te… », « tu vas pouvoir… » ou « tu vas avoir droit à… ». Non, juste pas de cage ce soir car « tu restes en mode Sevrage » comme elle me dit souvent.
    Elle avance doucement, avec intelligence, vers son objectif : « un esclave ne peut plus espérer une pénétration, une fellation ou une masturbation… simplement un soulagement, une récompense de temps à autre ». C’est ce qu’elle a décidé pour moi. Et elle m’y conduit lentement en me laissant le temps physique et psychologique de m’y préparer. Et, si je suis en mode sevrage, pas elle. Je l’accompagne dans ses longues et de plus en plus fréquentes masturbations. Je dois lui lire tous les soirs des histoires chargées d’érotisme BDSM où les hommes sont devenus de vrais esclaves sexuels, toujours sodomisés, tourmentés et punis, souvent cocus, parfois féminisés, toujours exhibés et, pour le plaisir de la maîtresse, devant se plier à une bisexualité imposée. Imaginez dans quel état je suis quand, apaisée, elle me dit « ahh, j’ai bien joui mon amour… Masses moi le dos maintenant pour que je m’endorme vite ! ». Si ma bouche est de plus en plus souvent utilisée, c’est elle qui choisit quand et les endroits du corps que je me dois de lécher (j’ai dû apprendre à le faire comme elle le veut). Elle se libère et reprend en main sa sexualité. Je suis devenu un objet utile à son plaisir. Et moi ? Surprenant, mais je suis de plus en plus dans le bonheur, bonheur de la voir jouir, bonheur de la servir et de la sentir heureuse. Nous sommes d’accord, «Mon seul plaisir est la frustration, je ne dois espérer rien d’autre.».
    Dans le prochain commentaire, je vous livrerai mes émotions et comment cette frustration agit sur mes comportements et est utile à ma transformation.

  7. J’aurai une question à poser à toutes les dominas du site
    J’aimerai savoir si vous êtes amoureuses de vos soumis ?
    Moi , j’ai beau être pour lui assez autoritaire , parfois sévère et il à le droit très souvent à des punitions , comme nous vivons pas ensemble , il a même des amendes …Il me manque quand je ne peux pas le voir , dù à mon travail et mon fils qui me prennent beaucoup de temps et ces moment là je me sens très amoureuse .

    • Marie Séverine

      Bonjour Dominaronde.
      Pour moi c’est parfaitement clair : je suis amoureuse de mon soumis. Je dirais même que sans cela, ça ne m’intéresserait certainement pas de le dominer.

    • Bonjour,
      +1 pour moi.

    • très joli commentaire Madame comme quoi la soumission n’ enlève rien à l’ amour bien au contraire . Merci à vous pour ce post

    • Moi et mes amies dominante nous somme folle amoureuse de nos soumis et il nous adore il sont sollicité tous les jours nous avons l’avantage d’habiter ensemble (très important a notre point de vue )
      nous somme très autoritaire et sévère (il aime )il accepte les corrections et punitions parfois très sévère
      Nous adorons les prendre par surprise (sodomie correction ou récompense fellations traite orgasme ruiné ou rapport )
      Sais par amour que nous somme dominante
      IZA

    • Moi aussi je suis amoureuse de mon mari soumis. Sans amour et complicité,rien ne serait possible. Je suis aussi sévère, exigeante et intransigeante avec lui, mais c’est ça l’amour d’un couple d/s.

  8. Merci aussi de votre commentaire Madame Dominaronde. Il illustre bien et très simplement les sentiments qu’une Dame peut éprouver pour son soumis. Ma situation ressemble beaucoup à celle de votre soumis (ne vivons pas ensemble et éprouvons un manque réciproque).
    Puis-je vous demander ce que vous entendez par « des amendes » ?
    Pour moi, je ne conçois pas une Maîtresse qui ne serait pas amoureuse de son soumis. Sinon c’est une professionnelle qui est rémunérée pour ses prestations. Car je pense qu’il faut aimer profondément un homme pour passer tant de temps à l’éduquer, le contraindre, le former, voire le surprendre … Merci pour tout ce que vous faites pour nous Mesdames.

  9. PROTOCOLE POUR FAIRE UNE REQUETE
    J’ai établi avec mon mari le protocole suivant pour toutes demandes et requête . Je ne sais pas si cela pourra être utile pour d’autre, mais je le partage.

    Mon mari doit attendre que je sois assisse sur mon fauteuil ou sur le canapé, et doit venir à 4 pattes se mettre à genoux devant moi les mains dans le dos. Il doit me demander l’autorisation de faire une requête.
    Si j’accepte, j’écarte les cuisses et il doit venir me lécher à 4 pattes et me faire jouir autant de fois
    que je le désire avant de faire sa requête.
    Si je refuse, il est sévèrement fessé pour avoir osé me déranger.
    De même si je trouve sa requête nulle, il est fessé pour m’avoir fait perdre mon temps à écouter des nullités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *