Véronique et Marie Séverine : expériences croisées de deux femmes qui dominent leur mari

En lisant les articles de Véronique, et en échangeant avec elle comme nous le faisons de temps en temps, il m’est arrivé de penser qu’elle est allée beaucoup plus loin que moi avec son mari. Mais il m’arrive également de penser le contraire. En fait, nous n’avons pas exploré les mêmes pistes, même s’il y a beaucoup de choses en commun. Nous sommes deux femmes très dominantes, qui avons mis nos maris sous notre contrôle total, et nous aimons ça !
Alors il nous est venue l’idée de cet article à 4 mains et à 2 voix, chacune questionnant l’autre sur ce qui l’intrigue ou l’intéresse, sur un mode quelquefois provocateur, mais toujours sincère et sans tabous. Quand c’est Véronique qui parle, c’est en noir (logique ^^), quand c’est Marie Séverine, c’est en bleu !

MS. Si votre mari vous demandait de revenir en arrière, de revenir à une relation vanille, quelle serait votre réaction ?

V. Je pense que je serais choquée, car tout dans notre relation s’est décidé à deux et à été impulsé par mon mari. En revanche, je me demanderais, et lui demanderais aussi pourquoi être allé aussi loin pour revenir en arrière, car mon mari-soumis n’a jamais dit non ou refusé une chose, mais, par amour, passée la phase de choc, je pense que je cesserai de soumettre mon mari, s’il ne le désire plus. Et aussitôt,  je lui dirais que je souhaite avoir un soumis, hors de notre couple, que je pourrais transformer en objet de mes désirs. Et je pense que, pour le coup, je rappellerais un de mes amants blacks, qui avait un peu une tendance à la soumission (avec mon expérience je les repère), et que je n’ai pas gardé car je savais qu’à terme il serait devenu mon second soumis et je ne le veux pas, a l’heure actuelle. En tout cas, je n’abandonnerais pas ma nature, ni mes cuirs, je changerais de soumis, et à coup sûr,  il sera noir et plus jeune. Et vous ?

MS. Je ne devrais pas dire ça, je vais avoir des critiques, mais je crois que je l’en empêcherais. Et je pense que j’en ai les moyens. J’ai construit une toile autour de lui, que j’ai resserrée, année après année, doublée, triplée, en le privant progressivement de toute autonomie. Il doit demander mon accord pour beaucoup de choses ! Et si je refuse, même injustement, il doit me remercier… Il est pourtant chef d’entreprise ! Tout ce travail m’a demandé beaucoup de temps, d’attention, et il y avait une sorte de défi au départ : en serai je capable ? Arriverait il à m’échapper, à passer entre les gouttes. Eh bien non, j’ai assez vite atteint le point de non retour pour lui, et maintenant je le déguste à petites doses, de domination et de frustrations…. Bien sur, s’il le demandait de façon répétée et sincère, je finirais par le libérer. Mais ce serait un divorce, je ne pourrais plus revenir à une relation vanille avec lui…

Pour changer de sujet, combien de fois par an votre mari peut il avoir d’orgasmes véritables ? Avez vous en tête une sorte de maximum ?

V. Une véritable jouissance, sans cage et sans assister à un de mes ébats, lui est autorisé, désormais, deux fois par trimestre, depuis septembre 2015. Ça se passe de cette manière : attaché au lit, le sexe en érection, je le masturbe, vêtue de sa tenue cuir préférée, et d’une paire de gants de cuir dédiée à sa jouissance, jusqu’à l’éjaculation. Bien évidemment, je donne le rythme et cela ne se passe pas comme il le souhaite. Je n’ai pas en tête de maximum, bin evidemment cela n’arrivera pas tout les soirs ni 10 fois par trimestre. Plutôt un minimum, c’est à dire zéro. Mais, par exemple, comme il a été particulièrement obéissant, samedi dernier, il a eu droit à sa masturbation.

MS. Tiens ! On a des pratiques assez proches sur ce point ! De mon coté, je pense aussi qu’un mari bien soumis ne doit pas jouir beaucoup. Mais il doit espérer en permanence. Il faut donc peu de jouissances, avec des intervalles ingérables pour lui. Pour 2016, j’envisage d’afficher une fourchette : il pourrait jouir (véritable orgasme, sans cage) entre 4 et 12 fois dans l’année. Mais je me laisserai la possibilité de modifier ces bornes en cas de désobéissance grave. Par exemple en passant le maximum de 12 à 10, puis plus bas. Ou alors pour des cas très graves, baisser de 1 la borne minimale, pour augmenter la menace potentielle de privation. Si fin juin il en est à 2, et qu’il reste entre 1 et 4, je vous parie que le pépère va être très obéissant … Pour ce qui est de son orgasme, je fais comme vous, Véronique, c’est moi qui le fais jouir, et de la façon que je décide. Il est immobilisé, et je m’occupe de « mon sexe ».
Je peux lui donner 2 minutes chrono ou le laisser 1 heure en croix, et venir le caresser un peu, prépuce fermé, trop lentement, trop brièvement, puis le re laisser 20 minutes avant de recommencer…. Mais je peux aussi lui faire une véritable gâterie, dans des cas exceptionnels.
Ce qui est totalement exclus, c’est qu’il ait un orgasme de son coté, sans moi. Ce n’est pas techniquement facile au début, coté cage avec les aléas et les problèmes techniques, mais je crois avoir bien verrouillé. C’était un « gros jouisseur » et s’il le pouvait, il ne se gênerait pas !

Et vous, imaginiez vous que votre mari pourrait avoir un orgasme de son coté ? Sans vous ?

V. Non, il n’a pas le droit de se masturber sans mon autorisation. En ce qui concerne une relation sexuelle traditionnelle, sans moi, non plus, pas sans mon accord. De toute façon mon mari ne le souhaite pas.

MS. Est ce qu’il vous arrive d’être cruelle de façon gratuite avec votre mari ? Et de façon injuste ?

V. Cruelle, oui dans un sens, car je mets toujours les vêtements de cuir qu’il préfère me voir porter quand il est puni ou que je suis avec mon (mes) amant. De plus quand je sens venir la jouissance en lui, je fais, parfois, tout pour l’en empêcher et le frustrer. En revanche, je ne suis pas injuste. Je suis connue pour ça. Il est puni quand il a fauté, jamais pour rien. Sinon mon pouvoir sur lui n’aurait aucun sens. Je ne veux pas d’un mouton, je ne veux pas qu’il vive dans la crainte permanente. Juste qu’il sache que, s’il fait un faux pas, je serais très sévère.  

JDMM fondMS. Et vous est il arrivé de corriger votre mari en l’immobilisant ? (mise au piquet, placard, cachot, etc …)

Oui bien sûr. Premièrement, il assiste à mes ébats, à genoux, près du lit ou de l’endroit où nous faisons l’amour avec mon amant, mains sur la tête. Puis, il peut passer quelques temps, s’il n’est vraiment pas sage, attaché à un pied du lit, ou alors dans mon dressing à lustrer mes bottes, escarpins et cuissardes. Le mieux à été quand je l’ai attaché à une chaise dans une pièce jouxtant la chambre à coucher où je faisais l’amour avec deux amants blacks, un soir. Il a tout entendu, rien vu, mais a apprécié car en sortant nous avons constaté que sa cage était sacrément souillée.

A mon tour de questionner, Marie Séverine … Comment avez vous réagi la première fois où vous avez donné un ordre à votre mari, où vous l’avez dominé ?

MS. Ooooohh… Je ne suis pas sure de me souvenir de LA première fois, mais de la phase de début, oui … La discussion existait entre nous, sur ce mode. Comme je suis naturellement autoritaire, mais très aimante, j’avais l’impression qu’il y avait une sorte de « mur de verre » (et pas de plafond). Et puis il y a eu un déclic certainement, parce que j’ai compris que je le faisais déjà, mais en atténuant. J’ai du reste écrit un article « Mesdames passez de l’implicite à l’explicite » pour aider les femmes dans cette situation. Remplacer « mon chéri ça ne dérangerait pas de vider le lave vaisselle s’il te plait ? » par « Mon chéri, il faut que tu vides le lave vaisselle » ne demande pas trop d’effort.
Mais ensuite on passe à « Tu vides le lave vaisselle immédiatement et tu viens me voir après », et à ce stade on peut parler d’un ordre.
C’était finalement facile, et pour répondre à votre question, j’ai eu 2 sensations. La première était une sorte de regret de ne pas avoir commencé plus tôt, et la seconde, un trouble assez proche de l’excitation sexuelle. Ordonner sans précaution oratoire, sans prendre de gants, sans méchanceté mais sans aucune concession, c’est jouissif. Et pour garder ce trouble, on doit souvent aller un peu plus loin, comme dans un lent engrenage …

V. Qu’avez vous penser la première fois où je vous ai fait part de mon témoignage ?

MS. Je vais être franche …. Je n’y ai pas cru. Du reste, je crois que ma réponse à votre premier mail était un peu sèche…. Il faut savoir que nous recevons pas mal de témoignages et de commentaires qui sont des pures inventions. Nous en mettons pas mal de coté, et il en passe sûrement malgré notre tri. Mais avant de faire véritablement un article, nous prenons des précautions, nous analysons. Les femmes ont des styles, des points de vue, des intérêts très différents et assez spécifiques. Elles ne sont pas dans le fantasme, et nous nous reconnaissons assez vite entre nous. Il y a aussi la possibilité de s’appeler au téléphone ou de se voir (Je crois par exemple que Virginie va déjeuner avec Dame Anne cette semaine). Après quelques échanges, et une fois que j’ai changé d’avis, j’ai été impressionnée par votre mode. Un vrai style de vie, très affirmé.

Et vous, la première fois que vous êtes arrivée sur notre site, qu’avez vous pensé ?

V. Lorsque j’ai visité le site la première fois, j’ai adoré lire vos articles. Je ne le dis pas pour vous faire plaisir, car si le site n’était pas de qualité je ne posterai pas du tout. J’ai aimé le fait qu’il soit la pour accompagner et informer les Dominas et aspirantes Dominas sur les diverses méthodes de soumission. J’aime beaucoup ce côté communautaire qui se met en place. Vous savez quand j’ai commencé à dominer mon mari je me sentais seule, et j’étais un peu gauche au départ. Ce site est parfait pour une femme qui souhaite débuter et je trouve cela excellent car souvent, entre le mari qui est souminateur et les peurs de l’aspirante Domina, il est facile de se décourager et de passer à côté d’une aspiration profonde.

Y aurait il quelque chose, que j’applique que vous aimeriez appliquer à votre relation de domination ? Tenues en cuir ? Amants blacks ? Domination financière ?

MS. Je dois avouer que tout cela m’est assez étranger. Du reste, c’est ce que je trouve intéressant dans notre échange. Etre dans le même domaine, celui de la domination féminine assumée, qui est un domaine encore étroit, et avoir tant de diversité !
La première chose que j’essaierais volontiers, ce serait de choisir des tenues en cuir. Du cuir noir et fin. Je vais y penser. Mais les amants noirs, ça reste encore un « semi-fantasme ». Si je trompe mon mari avec un des ses amis (je suis très sollicitée), ce sera déjà une avancée pour moi ^^.

V. Pour le cuir, je pense que, dès que vous passerez votre premier vêtement de cuir, vous serez conquise et accro. Je vous conseille un jupe ou un beau pantalon de cuir noir pour débuter. Et une fois que l’on a un amant, là aussi on devient accro. Et vous connaissez ma devise  » once you go black, you never come back ».
Envisagez vous un jour, de vivre partager de votre relation de domina-soumis qui régit votre couple avec une amie ou une personne de votre famille?

MS. Avec une amie, c’est fait. Mais la famille, non, et je crois que ça n’arrivera pas. D’une façon générale, tout notre environnement sait que je suis une femme de caractère, que je mène donc le couple, et constate que mon mari est vraiment aux petits soins. Comme beaucoup le connaissent dans son travail et dans d’autres activités, dans lesquelles il n’est pas du tout soumis, loin de là, tout le monde pense que nous avons trouvé un merveilleux équilibre. Ils ne savent pas à quel point ^^.

V. Comment votre amie a réagi lorsque vous lui avez dit que vous dominez votre mari? Était elle surprise ou au contraire intéressée?

MS. Alors là vous mettez le doigt sur un des moments les plus surprenants : elle a tout de suite capté, comme si c’était naturel. J’ai su après qu’elle pensait que c’était une sorte de vengeance vis à vis d’un truc qu’il avait fait. Ça avait du jouer dans l’acceptation. Mais tout de même, je flippait de lui dire, et elle était tout à fait relax !

Et vous Véronique ? Vous avez des amies qui partagent l’information ?

V. Pour l’instant aucune amie n’est au courant de notre mode de vie. Juste une fois j’ai fait un allusion avec une amie, anecdote racontée dans l’article qui avait pour objet le cuir, où, entièrement vêtue de cuir et accompagnée de mon mari qui portait mes sacs de shopping, j’ai révélé sur le ton de la plaisanterie que j’étais sa Maîtresse, pour tester la réaction de mon amie, mais aussi de mon mari. Je revois encore les sueurs froides qui parcouraient son visage lorsque jai dis ca a notre amie. Mais j’envisage justement de le lui révéler, car c’est une très bonne amie et elle a un petit côté impitoyable que j’ai vu lorsque nous collaborions ensemble, qui me plaît bien. Et elle adore le cuir.

Pourriez-vous dominer une femme? Ou un autre homme?

MS. Oui, et j’ai déjà dominé d’autres hommes, d’une certaine façon. Une femme, je ne dirais pas non. Mais je pense que ce que j’aimerais le plus, c’est de livrer mon mari à une autre femme, que je dominerai également. Voire même laisser mon mari dominer une femme très soumise, mais sous mon commandement global. Il a tellement imaginé de choses cruelles pour me les suggérer qu’il devrait bien s’en sortir …. Tant que je suis en haut de la pyramide, j’imagine volontiers toutes les configurations.

B9iuu2-IgAIXWyoA mon tour, et la question est plus intime : avec vous, comme cela m’arrive, des poussées d’excitation sexuelle dans certaines circonstances de domination, quand une fêlure apparaît dans la défense de votre mari ? Ou en d’autres circonstances ?

V. Pour ma part, c’est lorsque je sodomise mon mari qu’il me vient des poussées d’excitation sexuelle. J’adore ça, surtout l’entendre jouir sous mes coups de reins. Je me sens encore plus puissante. Sinon, voir son regard plein d’envie et de bonheur aussi de voir sa Maîtresse parfaitement comblée lorsque je fais l’amour avec mes amants noirs me donne encore plus de plaisir. C’est difficile à expliquer mais cela décuple mon plaisir avec mes beaux blacks. Ce qui m’excite c’est ce sentiment de puissance que je dégage que je peux lire dans ses yeux, par ricochet, lorsque je sens sa crainte. Un moment de bonheur aussi est lorsque j’enfile la tenue cuir, par surprise lorsqu’il s’y attend le moins, qui montre que je suis prête à le sodomiser. Voir cette crainte dans le regard me procure à tout les coups une poussée d’adrénaline (et autre) en tout point exquise.

MS. Alors si en plus c’est jouissif, on continue ! Merci véronique !

V. On continue plus que jamais ! A bientôt Marie Séverine.

 

85 Commentaires

  1. Bonjour Mesdames,

    Peut on se permettre quelques questions connexes ?

    Vous dites Marie Séverine qu’aujourd’hui vous avez les moyens de contraindre votre mari et ce après des années de travail. Votre « méthode » peut elle s’appliquer à toutes ou bien est ce plutôt un concours de circonstance qui fait que ça a été possible.

    Vous dites aussi que votre mari a imaginé et suggéré tant de choses cruelles. Etait ce un souminateur à la base ? les avez vous réalisées ? pouvez vous nous en dire plus ?

    Que pensez vous avoir fait de plus redoutable à vos maris respectifs ?

    Et enfin une petite dernière, depuis combien de temps dominez vous vos maris ?

    Je vous remercie très sincèrement de nous donner ces détails personnels et vous souhaite bonne continuation.

    jc

    • jc, je te propose de guetter un article que je prépare sur la méthode que je suis : « la domination en spirale ». Dans quelques semaines je pense. Tu y trouveras des réponses.

      • je me permet de douter de la véracité de ce que je lis

        • Bonjour alban. Il est probable que tu n’es pas le seul.
          Mais nous n’avons pas créé ce blog pour prouver notre existence ^^.
          Si tu parcours plus avant, tu verras que nous avons des contacts dans la vie réelle, que nous avons été interviewées plusieurs fois, notamment par l’Express qui n’est pas du genre à écrire sans vérifier.
          Nous avions aussi des vidéos, mais on a des petits soucis avec les chartes de Youtube, puis de Vimeo, qui nous trouvent trop délurées …
          On cherche une solution pour les remettre en ligne.
          Bonne journée.

      • cet article est merveilleux j’ ai beaucoup apprécié Madame Marie Séverine merci aussi à Madame Véronique

  2. Mesdames, votre dialogue est tout simplement sublime. Vous êtes des Femmes dans leur simple appareil de beauté et de puissance.
    Vos échanges feraient éclater ma poitrine.
    Respectueusement.
    Servus.

  3. Dialogues intéressant, je me suis reconnu sur certain des points évoquer ici. Un point cependant m’a plus interpellé :

    MS. Si votre mari vous demandait de revenir en arrière, de revenir à une relation vanille, quelle serait votre réaction ?

    J’ai connue cela au cours de notre longue expérience, bien que cette demande m’est beaucoup déçue de sa part, j’ai accepté, mais il est évident qu’un véritable retour en arrière n’est absolument pas possible, il me demandait de reprendre sa liberté , pourtant, à chaque départ pour son travail ( il se déplace souvent pour des périodes de quelques jours à une semaine) il remettait sa cage et me confiait la clef en m’embrassant, bizarre non ? il ne tentait jamais aucune caresses sans m’en demander la permission, il continuait les tâches qui lui incombait pendant sa soumission, bref cela ne changeait pas grand chose, je pense que lorsque le plis d’une éducation est prit, il n’y a rien à faire tout se remet en place naturellement et aujourd’hui plus que jamais le voilà de nouveau à sa vrais place.
    Je pense que la Domination/soumission quand elle à été pratiquer dans un couple pousse les protagonistes aux plus haut de leurs souhaits réels et aux paroxysmes de leurs fantasmes, les tabous et les masque son tombés, la complicité est totale ont se connait comme aucun couple vanille ne pourra jamais se connaître.
    Je pense qu’un retour en arrière est donc tout simplement impossible et même si la soumission n’est plus souhaité les choses ne seront jamais plus comme avant cette dernière, et pour parler de manière plus trivial comment un homme qui c’est fait enculé par sa femme pourrait-il redevenir ne serait ce qu’un semblant de macho ?

    • Oui, Maîtresse Fleur, et c’est encore un avantage déterminant des couples Maître/soumise… par rapport à vos expériences. La soumise peut demander explicitement à redevenir la femme « vanille » de son mari-Maître (ce qui permet de « moduler » la routine du couple Ds installé…): pour faire trivial comme vous, personne ne trouve vraiment à redire qu’un mari encule sa femme ou la commande implicitement ou explicitement, même en mode vanille (et sans même être macho car ce n’est qu’une façade sans intérêt).

      Cette « liberté » qu’à la soumise (de pouvoir revenir au « vanille » et donc de ne pas être « condamnée » à la soumission stricte et SM presque à vie), une option qu’ elle ne prends d’ailleurs quasiment jamais (je ne connais pas d’exemples parmi les très nombreux couples mariés Maître/soumise que j’ai croisés) car elle aime profondément ce mode de vie et sexualité (après y avoir goutté…), cette liberté permet à beaucoup plus de femmes que d’homme d’avoir envie réelle de se soumettre dans son couple en mode Ds… Ceci explique certainement le succès mondial du livre, pourtant assez médiocre, de « 50 nuances de Grey »…,car les femmes « un tant soit peu soumise » se lancent beaucoup plus (ayant cette option « liberté » en tête…) avec leur mari, voire un Maître autre…, que les hommes (sauf s’ils font partie des quelques uns étant profondément soumis dans leur for intérieur).

    • Est-il nécessaire, pour un homme, d’être macho pour être à égalité ?

    • Je choisi de réagir au commentaire de Fleur parce que c’est une femme et qu’il est conforme à ce que je pense au sujet de ce qui l’a interpellé.
      Je ne crois pas non plus à ce que l’on puisse revenir en arrière et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé pour tirer un trait sur ma vie d’avant mon divorce. Comme dit le célèbre proverbe « chassez le naturel, il revient au galop ».
      Quant à mon premier soumis, il est parti deux fois et il est revenu deux-trois jours après, ce qui tend à montrer que c’est tout aussi vrai pour nous que pour eux.
      Côté bizarre, il avait conservé sa cage de chasteté durant son absence mais j’avais remplacé le cadenas par un autre, à usage unique et numéroté dont il aurait pût se défaire facilement… et par ces deux fois, il l’a gardée. J’avoue que la première fois, j’avais de sérieux doutes s’il allait revenir encagé.
      Côté trivial, sans revenir à un état de macho, il est vrai qu’un homme qui a été enculé par une femme perd de sa superbe ; ceci peut expliquer partiellement ça.
      Et c’est tout aussi vrai pour d’autres moyens qui perturbent leur psychisme même s’ils fantasment sur certains comme par exemple la chasteté contrôlée qui est largement décrite ici.
      Kayenne

  4. Bonjour à vous MESDAMES
    Merci pour ce belle article encore une fois
    Une petite question pour Majesté Véronique vous dites faire jouir votre mari avec sa tenu en cuir préféré
    Quelle est exactement cette tenu ?
    Merci d’avance pour cette réponse
    Une bise sur Vos divins pied pour Vous saluer
    Soumi Jeremy

    • Bonjour Jeremy,

      Je vais te décrire cette tenue : pantalon de cuir noir très très moulant, avec un chemisier en satin rouge ou une chemise en jean, cuissardes à talons hauts en cuir noir et perfecto en cuir noir. En bon fetichiste je peux t’assurer que mon mari soumis apprecie… Et il adore jouir sur les gants mais doit les nettoyer, je te laisse deviner comment…

      Maîtresse Véronique

  5. Bonjour Mesdames, messieurs,

    La vérité vient toujours des échanges et quand le dialogue est fini, il apparaît qu’une autre vérité se dégage. Ainsi Mesdames Marie Séverine et Véronique nous ont offert un morceau de leur vérité, quant est-il aujourd’hui après cet intense dialogue ? Bien sûr, Elles restent dominantes, mais n’y a-t-il pas une attraction supplémentaire, une envie différente, un besoin naissant que ce bel échange a fait naître, pour ma part, j’en retire de nouvelles réflexions, de nouvelles perspectives et j’en suis ravi, merci Mesdames, simplement, merci

  6. Bonjour Mesdames, je vous écrit car j’ai un gros problème, je domine mon mari depuis quelque temps, cela a commencé il y’a 6 mois par des jeux uniquement sexuels puis j’ai trouvé un site qui parlait des préceptes d’ Elise Suton et sa m’a vraiment excité, donc j’ai souhaité aller plus loin.
    Avant de continuer il vous faut savoir que mon mari est un homme grand, très musclé, très beau et qui a une position sociale assez élevée ce qui je ne vous le cache pas me motivait encore plus de mettre un tel homme a mes pieds.
    J’ai commencé doucement en l’excitant puis en le frustrant pour obtenir plus d’obéissance mais même quand il obtempérait je voyais cette lueur inexplicable dans ces yeux.
    Il a toujours refusé la féminisation et j’ai essayé la cage mais sa lui faisait mal car il est assez bien membré donc il l’a refusait au final je me suis dit que c’était encore trop tôt.

    Sauf qu’un jour lorsqu’il était attaché et que je jouais a le frustré, je lui ai dit pour le provoquer que j’avais un contact avec un potentiel amant et là il s’est dégagé des liens qu’il l’entravait et c’est levé. Je n’avais jamais vu un regard comme sa et sa présence m’écrasait, il m’a dit que ce petit jeu était fini, que c’était marrant de me laisser croire qu’il était soumis et comment j’avais pu croire qu’un homme qui m’était infiniment supérieur physiquement tel que lui pouvait être vraiment soumis, il a ri a gorge déployé, puis m’a attrapé par les cheveux et m’a dit qu’on allait inverser les rôles ce qui est beaucoup plus logique.
    J’étais choqué, abasourdi, mais terriblement excité, je mouillais comme jamais, il m’a retourné est a quatre patte et m’a signifié que ci je ne disait rien alors il allait me prendre comme sa, que c’était ma seule chance de tout stopper.
    Je voulais lui dire d’arrêter, lui dire de quel droit en tant que soumis il se permettait tout sa, que j’allais le punir mais rien ne sortait et d’un autre coté j’étais terriblement excité donc je n’ai rien dit et il m’a pris de toute ses forces et j’ai eu le plus gros orgasme que je n’ai jamais eu.

    Je suis totalement perdu, je comprend maintenant qu’il m’avait manipulé et que jamais il ne s’est vraiment soumis et me voilà soumise à lui, complètement perturbée d’avoir eu autant de plaisir alors que j’ai toujours l’envie de le soumettre mais je sais que c’est impossible car il m’a dit que dorénavant c’était comme sa, qu’il avait trouvé cette expérience intéressante mais que maintenant une nouvelle commençait.

    Je ne sais pas quoi faire, pouvez vous m’aider ?

    • Madame Marine
      Vous devriez savoir qu’Elise Sutton est un homme en faite et que tout ce qu’elle (en fait il) a pu écrire sont ses propres fantasmes, très vite utopiques… pour le coup vous vous êtes déjà faite manipulé indirectement par elle (lui)…
      Ensuite, oui ce blog de Maîtresse Marie-Séverine et ses consœurs relate, au contraire, des expériences réelles de domination de maris, mais des maris consentants de A à Z, qui ont « çà dans la peau » comme très peu d’hommes, ce qui a permis l’émergence (sur des années) de leurs couples Ds peu ordinaires et aussi car leurs femmes aiment vraiment les dominer, couples basés sur un amour réciproque sans faille. Ainsi, sans « vérifier » cette envie réelle de votre mari à travers ses propres paroles sincères à votre adresse, vous aviez toutes les chances de rencontrer le cas général et non l’exception (surtout vu son physique et son statut social) : un homme dominant (au moins) sexuellement… et en fait pour votre plus grand plaisir…
      Ensuite, être soumise, comme ma femme à moi-même, la rend manifestement très heureuse et épanouie (en particulier sexuellement) donc ne vous posez pas tant de questions. On alors vous choisissez ensemble de « switcher », une fois l’un ou l’autre se soumet dans vos jeux intimes sur une période donnée

    • Missy Marine,

      Je comprends ton problème et je vais tenter d’apporter mon point de vue personnel.
      Je ne suis franchement pas certaine qu’il soit possible de dominer un homme fort physiquement et psychiquement, cela n’engage que moi bien sur, pourtant pour ma part je reste certaine que les hommes qui se soumette ont une certaine « fragilité ».
      Tous ceux que je connais sont enclin au manque d’assurance, parfois même à une certaine timidité, ce qui est loin de me déplaire, mais ce type d’homme n’est pas, loin de là, la préférence de toutes les femmes et c’est ce qui ce passe dans ton couple tu as aimé et tu aime toujours je l’espère pour toi cet homme responsable au caractère affirmé au physique fort au dessus de la moyenne, mais ce type d’homme est très rarement attiré par la soumission ou seulement pour le jeux et l’érotisation que cette soumission lui inspire.
      Un homme qui à une bonne stature sociale et physique, est plus souvent un dominant, certains choisirons des « entractes » de dominé, pour décompresser tout au plus, mais n’endosserons jamais de façon réelle et permanente cette situation. Sans tomber dans le cliché : homme soumis, homme à « ptit’bite » il y à quand même quelque part enfoui dans leurs consciences un peu de cela.
      Toutefois certains mâles avec un M majuscule, ferait de très très bon soumis et serait peut être même quelque part très heureux de le vivre, mais une certaine phallocratie de façade les en empêche et c’est bien dommage.

      • Pour compléter et rectifier ce que j’ai pu dire (écrire) par ailleurs, à la lecture et à la réflexion je pense que c’est votre analyse qui est la meilleure et sans doute la plus pertinente.
        Respect, Madame, pour votre maîtrise.

      • Mesdames,
        nous sommes constitués de plein de facettes. Nous sommes multiples, évoluons dans un monde zones par zones cloturé. La zone travail, la zone amis, la zone protection de ce qu’on a construit matériellement, la zone lieux de rencontres, la zone famille,…
        Cette facettes refletent la lumière en fonction de nos positionnements et en fonction des zones dans lesquelles nous nous trouvons. Et il y a des facettes qui, presque jamais ne se montrent.
        Ce que vous avez expliqué, Fleur, est hyper beau et important concernant la possibilité unique de laisser exister ces facettes cachées lorsqu’on est un couple constitué qui a avancé en tant que couple dans le temps.
        On peut être un homme hyper dominant ou ayant, par réflexe de protection ou habitude, ce fort et activable potentiel. On peut en même temps posséder cette facette ou l’on désir être soumis. Ce désir contenant lui-même plusieurs directions : Vouloir être pris en charge, rechercher des situations, des stimuli ou jouissances précises, un infantilisme, une coupure par rapport aux taches et responsabilités qu’on exerce au quotidien, par curiosité aussi… ce rapport circulant dans plus en plus d’endroits de la société.
        Missy Marine, votre compagnon n’est peut-être pas ingérable. Il est détenteur de ses propres décisions. Je vous propose un angle de vue, mon angle de vue -;) :
        Vous avez la chance d’avoir pour compagnon le contraire d’un mouton.
        Il est sensible on va dire vite fait aux pratiques SM. Vous aussi…
        Décaler ça vers vous en tant qu’être prioritaire c’est aller sur le terrain du vivre ensemble et comment orienter certains actes et ressentis « galants » en charge érotique. Comment amener ce Monsieur à réflechir avec vous pour qu’existe un lien entre charge érotique et comportements orientés vers votre satisfaction?
        En avançant, acte par acte, dans cette direction, vous pourrez peut-être un jour être comprise dans votre désir de faire l’amour avec un autre homme.
        Mais si vous émettez cette envie parce que c’est à la mode ou alors si c’est perçu comme un point de rupture ou pire, un abandon alors que votre compagnon s’expose, et se trouve plus dans l’inconnu sans ses repères habituels que là ou il excelle, on peut imaginer qu’il cherche au plus vite à retrouver pieds. Il me semble que c’est ce qu’il s’est passé.
        Je crois qu’on peut identifier et utiliser ce qui rassure un homme dans un état de soumission. Certains, l’enjeu interessant sera de leurs retirer ces fameuses bases qui lesquelles ils s’appuient; d’autres, les leurs laisser car sinon ils appuient sur le bouton résistance. Et la résistance peut s’avérer féroce… Voire définitive quant à votre envie de retourner sur ce terrain. Ce qui peut rendre malheureux tout le monde.
        Loin de moi vouloir être arbitre des motivations qui nous amènent ici et nous meuvent. C’est un point de vue puisque vous venez ici émettre votre vécu.
        J’espère que la vie continuera, joliment.

    • Le fait qu’il vous ait laissé une chance de tout arrêter, me laisse à penser que votre mari attendait peut-être que vous affirmiez à ce moment-là votre rôle de Maîtresse. Un peu comme pour vous tester. Il m’est arrivé plusieurs fois de devenir particulièrement dominant, en espérant que la situation finisse par être retournée.

      La conclusion « Puisqu’en fait tu n’es pas une vraie Maîtresse mais que je t’ai soumise, ce sera comme ça maintenant » peut être symptomatique de sa déception, tout comme de son envie de vous faire plaisir, et d’être le Dominant puisque ça semblait être ce que vous vouliez au fond de vous-même (sur le moment).

      Par ailleurs, je rajouterais que certains soumis peuvent avoir du mal à accepter leur soumission, et c’est notamment le cas des soumis ayant justement une certaine assurance ou un certain ego dans la vie de tous les jours, car il en existe sûrement (bien que dans le fond, ils puissent ensuite aspirer à être soumis, auquel cas ils ont besoin que vous mainteniez encore plus votre posture de Dominante).

      Il est possible de paraître « fort » de façade avec des « fragilités » derrière, et rarement quelqu’un sera ni tout l’un ni tout l’autre : il est possible de cacher du fragile derrière du fort, tout comme du « fort » derrière du « fragile ».

      • Je suis tout à fait d’accord le Chat. Une recherche de conflit est parfois simplement une attente de domination. Le soumis espère être maté et devoir accepter la loi de sa Maîtresse. Le jeu peut alors monter d’un cran.
        Toute la difficulté réside dans l’art pour le soumis de faire progresser sa Maîtresse et dans celui de la Maîtresse de différencier le refus de cette provocation constructive.

        Je dois avouer avoir moi même échoué là où les maris de ces Dames ici présentes ont apparemment réussi. Félicitations

        Mesdames les Maîtresses en devenir ne vous arrêtez pas au premier obstacle. Forcer légèrement le passage puis demandez à votre soumis son ressenti et capitalisez sur cet aveu pour prendre l’ascendant … tout en douceur

        Rarement je pense vous essuierez un refus catégorique et final. Soumis un jour, soumis toujours.

        Quelqu’un a-t-il l’expérience d’un soumis (non switch) ayant changé de bord et étant devenu exclusivement dominant ?

        • Je trouve ces échanges intéressants qui mettent bien en lumière les relations dominante/soumis.
          Il y a deux cas de figure, soit on pratique un jeu de rôles ou bien on désire vraiment s’investir dans une réelle relation de domination/soumission. Cela doit être bien clair dès le début.
          Mais ce n’est pas aussi simple et la problématique exposée par Missy Marine le montre bien, leur relation a débuté sur une imposture de monsieur, ce qui est malheureusement courant. Du fait de l’inexpérience de Madame qui désirait réellement dominer, le conflit devait fatalement se produire.
          Les hommes en général ont du mal à lâcher prise et c’est plus fort qu’eux, il faut qu’ils prennent les choses en main comme si nous étions des mineures.
          La recherche du conflit, l’art de tester ou de faire progresser la dominante ne sont que des exemples.
          Dans une véritable relation de domination/soumission où c’est devenu un style de vie, je ne suis absolument pas d’accord avec « le chat » et « jc », on doit s’interdire de faire ce que vous décrivez, sinon pour moi vous n’avez pas confiance en les capacités de la dominante ou pire, vous n’avez pas l’intention de vous soumettre réellement.
          Mais peut être que tous les deux s’expriment dans le cadre d’un jeu de rôles et ce serait différent.
          Mon premier soumis s’est permis de me désobéir volontairement pour être puni mais il est mal tombé avec moi car je l’ai deviné. C’est un masochiste et il ne prend du plaisir que s’il est bien rossé. Il a été puni non pas véritablement pour m’avoir désobéie mais pour l’avoir fait sciemment et pas comme il s’y attendait. Ça été très dur pour lui mais il n’a jamais plus recommencé et pour moi c’est le principal.
          Alors pour rassurer « jc », les obstacles c’est comme les problèmes, ils ont tous au moins une solution et je suis d’accord qu’il faut savoir ne pas s’arrêter à la première jérémiade.
          Certes ça demande beaucoup de qualités, à commencer par la connaissance des hommes en général, des moyens à notre disposition, savoir utiliser lesdits moyens et la capacité à communiquer.
          Le plus dur c’est notre éducation à « ranger au placard » et de montrer aux hommes leur vraie place.
          Une fois ceci réalisé, ils deviennent généralement coopératifs dans leur éducation/dressage.
          Kayenne

    • A l’évidence, aucun de vous deux, Missy Marine, n’est « soumis naturel », comme dirait le sexo-psycho Jean-Bernard. Alors, pourquoi pas des jeu en switchant, vous y trouverez certainement votre bonheur.
      Il est intéressant de noter dans votre témoignage, comme on le lit d’ailleurs dans d’aucuns épisodes que raconte Marie-Séverine, la réaction duale qui touche le « pervers » (sans donner à ce terme une extension pathologique… ou criminelle, je vous rassure) au rang desquels ceux qui s’adonnent à des jeux SM ou à la D/s : à la fois une crainte/rejet sur le plan cognitif (une situation redoutée que l’on voudrait éviter), mais aussi une très forte pulsion de désir/excitation sur le plan physique. Un « non pervers » aura vraisemblablement les deux réactions alignées et non pas en opposition.

  7. Bonjour Mesdames.

    C’est toujours un plaisir de venir vous lire et découvrir un peu plus cet univers de la domination que je ne connais pas et qui m’attire.

    Une question qui m’interpelle depuis longtemps, et que je souhaiterai vous poser si elle ne vous parait pas impertinente: Aimer-vous vos maris respectifs et penser vous que l’on peut réellement bien dominer qu’en étant amoureuse (ou inversement qu’en ne l’étant pas) ?

    • Pour ma part, je vois difficilement comment dominer sans complicité, et donc sans une relation affective forte. La domination dans le couple est un jeu de miroir, dans lequel la transparence s’établit progressivement, dans la confiance, le respect. Celle (ou celui) qui conduit est attentive, celui qui subit s’expose subtilement, chacun se connaît très bien, et se découvre encore un peu plus à chaque étape.

    • Pour donner mon avis et bien que ma situation soit particulière, je répondrai que pour dominer un homme, tout du moins dans la durée, il faut qu’il se passe quelque chose, que j’éprouve pour le moins des sentiments pour lui sinon c’est l’échec à terme dans la relation.
      Je suis donc de l’avis de Marie-Séverine et Véronique.
      Kayenne

      • C’est pour cela que quand un homme me dit « je cherche une dominatrice », je lui répond qu’en dehors des pros, les dominatrices ne sont pas des trucs que l’on trouve sur des étagères de supermarchés. Il faut donc qu’ils cherchent d’abord une femme, de préférence de caractère dominant, certes, mais avec qui ils construiront leur propre histoire, toujours unique.

        • Bonjour Madame Marie-Severine. Je vous lis et je comprends bien mais jamais j’oserai avouer à une femme que je suis soumis. Les femmes que j’ai connues veulent une épaule sur laquelle se reposer pas un larbin. Comme on ne peut pas non plus jouer les souminateurs et bien on reste seul. Votre mari a bien de la chance.

          • Bonjour Chuck,
            Non, tu n’as rien compris, au mieux pas l’essentiel.
            Relis bien Marie-Séverine et tu auras la bonne réponse.
            Tu mériterais de la copier 100 fois.
            Kayenne

          • Bonjour

            Si vous me le permettez Madame Kayenne et Madame Marie Séverine, j’aimerais essayer de répondre à chuck.

            Moi, je suis soumis et je l’ai avoué à ma Compagne. Est-ce que cela veut dire que je suis un larbin, incapable de la soutenir, de la protéger, de la conseiller? Est-ce que cela veut dire que je ne peux pas être son confident ?

            La réponse à toutes ces question est: Pas du tout! Je suis un homme type et je suis un homme soumis et je l’ai avoué à ma Compagne parce que
            1) En avouant ma vrai nature, j’ai été honnête avec moi-même et par le fait même honnête avec la Femme de ma vie.
            2) En cédant à ma Compagne tous pouvoirs, la relation fonctionne mille fois mieux ainsi.
            C’est une situation gagnant/gagnante. Il faut juste être honnête avec soi-même et avec sa partenaire, discuter, trouver les bons mots et laisser les choses évoluées d’eux-même.

            Par contre j’avoue que ce n’est pas facile du tout d’avouer mais après on se sent libéré. Bonne chance!

            bass

        • Pour rester sur les étagères du supermarché, je dirai qu’ils cherchent une friandise mais qu’ils s’arrêtent sur le contenant alors que c’est le contenu qui a de l’importance.
          Kayenne

          • Vous êtes dure avec moi Mme Kayenne
            Bien humblement

          • Ça va, quand même, elle ne t’a pas envoyé au bagne !

          • Merci bass pour ton opinion. J’avoue que j’ai eu un coup de blues cet après midi et voilà le résultat. Mes regrets et aussi mes remerciements à Mmes Marie-Severine et Kayenne.

  8. Bonjour Kaolin,

    Excellente question que la tienne. Je vais essayer d’y répondre en tenant compte de mon expérience personnelle.

    Si je n’aimais pas mon mari, jamais je ne me serais lancée dans ce processus. D’ailleurs, personnellement, je ne pourrais pas dominer une personne pour laquelle je n’ai pas d’affection. Je ne pourrais pas dominer un inconnu par exemple. En ce qui concerne mon époux, c’est par amour que j’ai accepté de le dominer, car, même si j’ai un caractère assez fort, je n’aurais jamais enclenché ce processus par moi même, c’est à dire que je n’aurais pas pris un certain ascendant sur lui naturellement, même si j’aime bien commander.

    Et je peux t’assurer que l’énorme investissement que cela représente ne peut être fait sincèrement qu’à la condition d’aimer véritablement son mari, sinon, soit cela n’est pas fait sincèrement ou seulement pour faire plaisir au conjoint, ou alors de manière mécanique académique, et au final, personne n’est satisfait, car la maîtresse n’y prends aucun plaisir et fais ça par obligation pour contenter son mari et le mari reste sur sa faim et cela peut créer des tensions dans le couple.

    En espérant t’avoir répondu.

    Maîtresse Véronique.

  9. Bonjour Missy Marine
    Nous sommes tous différents et chaque couple doit trouver son équilibre. Votre mari n’est pas soumis et vous n’êtes sûrement pas soumise. Que vous ayez aimé être soumise pendant un jeu sexuel ne veut pas dire que vous êtes une soumise, cela montre juste que vous aimez le jeu. C’est la même chose pour votre mari. Dans mon couple il peut nous arriver de jouer a des jeux sm, pourtant aucun de nous deux n’est soumis à l’autre dans la vie de tous les jours.
    Si vous tenez à lui et vous l’aimez pourquoi prendre un amant ou le mettre en cage alors qu’il n’aime pas ? Je crois qu’il a eu peur de vous perdre, et j’ai l’impression que vous avez peur de le perdre aussi.
    Un conseil, dites lui la vérité, que vous ne voulez pas être soumise et que vous voulez que votre couple trouve un équilibre parce que vous ne voulez pas le perdre. Proposer lui de jouer la soumise de temps en temps si vous avez aimé et qu’il joue au soumis si il a envie aussi de temps en temps. Parler vous pour que vous sachiez mutuellement ce que aime l’autre et ce qu’il ne veut pas. Trouver votrre équilibre et votre bonheur à tous les deux.

  10. Bonjour Mesdames et merci beaucoup pour cet échange très prenant et fort… Je vois que vous parlez assez souvent de tenues cuir, bottes … et cela me surprend un peu car je suis un inconditionnel de cette matière et je « fond » littéralement et concrètement de soumission ne serais ce que de Vous observer dans la rue bottées et parfois en pantalon cuir … surtout à cette époque! Surpris, oui car c’est vous mêmes qui en parlez et qui souhaitez être habillées de cuir … j’aime; cela me rassure car cette envie et ce souhait vient de votre part avant tout …

    • Je ne vois pas ce qui est surprenant. Même sans être une véritable adepte, il est clair que le cuir, comme la laine, est d’origine animale. Et c’est logique que nous nous sentions plus « animales » en en portant, avec tout ce qui va avec …. notamment les griffes ^^

      • Bonsoir,

        Je rejoins Marie-Séverine, en quoi est-ce surprenant que nous aimions le cuir, ou la laine? J’adore le cuir, je ne pourrais pas me passer de cette matière, et oui, je me sens forte, puissante, animale comme le dit Marie-Séverine, en cuir et j’aime ça. Et je pense pas être la seule…

        Maîtresse Véronique

        • Oui, je ne vois pas en quoi aimer une matière serait surprenant.
          Autant j’aime la laine qui est chaude, le cuir c’est différent, c’est bien plus que ça, pour moi c’est une véritable passion. Toute petite, j’aimais déjà pénétrer dans une cordonnerie, un magasin de chaussures ou un maroquinier, rien que pour l’odeur de cuir, c’est dire.
          Kayenne

      • Madame Marie-Séverine… Je suis d’accord avec Vous et si j’ai utilisé le mot « surprenant » c’est que l’on catalogue vite un homme soumis de « souminateur » quand c’est lui même qui insiste un peu trop sur le fait de voir sa Maîtresse habillée ainsi … cuissardes,manteau, tenues cuir ext… bien sur si cela part de vous même et décidé par VOUS …aucun problème bien au contraire …

        • Bonsoir Maîtresse Véronique, même réponse qu’à Madame Marie-Séverine Si cela est votre propre décision et envie de vous sentir forte et aimée ainsi vêtue, rien à dire … et quelle chance pour votre soumis de vous servir et de vous appartenir bien que je le dis à chaque présentation : « Mon appartenance et ma soumission envers une Dame est aussi intense que vous soyez en peignoir et chaussons un dimanche ou habillée cuir et bottée un lundi matin  » …

          • Bonjour Luc,

            Oui, me vêtir de cuir résulte de mes décisions. Mon mari soumis aime me voir en cuir, il m’offre tout mes vêtements de cuir, mais la décision finale de porter une piece de cuir plutôt qu’une autre est la mienne.

            Je connais quelles sont les tenues cuir préférées de mon mari et je prends un malin plaisir à les utiliser avec parcimonie, quand il a été très sage par exemple, ou alors je porte ces tenues avec mes amants blacks, pour lui montrer qui décide.

            Maîtresse Véronique

          • Pour moi c’est un point important. En théorie, il nous faudrait éviter de porter des tenues dont raffole notre soumis. Mais comme le rapporte si justement Véronique, dans la mesure où ça résulte de notre décision parce que nous aimons au moins tout autant qu’eux, ce serait en quelque sorte nous punir de s’en priver. Le comble !!!
            Ça peut aussi être un moyen de récompenser mais à utiliser avec parcimonie comme le précise Véronique ou bien si vous aimez l’exciter dans sa micro-cage.
            Kayenne

  11. Bonjour Madame Véronique et bonjour à tout le forum.

    Je vous remercie de votre réponse sur ce sujet qu’est l’amour dans la D/s …(pas la voiture ^^).
    La domination peut donc être un acte d’amour au sein d’un couple tout comme la soumission.
    Quoi de plus normal finalement même si certains actes (comme le cuckholding par exemple)peuvent laisser penser le contraire ?

    Pour rebondir, on évoque souvent (comme plus haut) Élise Sutton et le blog suprématie féminine.
    L’entête de ce blog (écrite en majuscule) est : « SAUVEZ VOTRE COUPLE…. ET CHANGER DE VIE ».

    La relation D/s permet-elle à un couple de durer plus longtemps ?
    Je serais curieux de savoir depuis combien d’années existent des couples en relation D/s et si la durée de cette relation est identique voir supérieure à celle d’une relation classique dite « vanille » ?

    Merci par avance si certains forumeurs pouvaient nous faire partager leurs expériences sur la durée d’une relation D/s.

  12. Merci à Mesdames Marie-Séverine et Véronique pour ce dialogue extrêmement intéressant qui nous révèle un peu des attentes, plaisirs et intérêts de nos Maîtresses. Cela nous éclaire un peu, nous les soumis, sur les arcanes mystérieuses des motivations Féminines (que j’ai toujours cherché à comprendre au travers de nombreuses conversations avec des Dominas mais sans jamais avoir de réponse précise).

    Pour Missy Marine, je crois que de nombreux bons conseils lui ont déjà été donnés. Mais je ne la sens pas profondément dominatrice. Alors pourquoi pas switcher en effet, après en avoir bien parlé avec son mari.

    Enfin, je souhaite m’opposer (avec respect) au commentaire de Madame Fleur. Je pense au contraire que les hommes soumis, que ce soit en couple ou occasionnellement, sont majoritairement des hommes « forts » avec du caractère, et souvent dominant socialement et professionnellement. Et ils rééquilibrent leur vie socio-professionnelle stressante (c’est difficile de diriger, dominer ou être responsable) par une vie intime où ils peuvent se laisser aller à obéir, être guidé et non responsable en chef). Je connais (virtuellement) une douzaine de couple D/s dont la grande majorité correspond à ce profil (et dont je fais partie). Quelque part c’est si reposant d’être soumis, au moins mentalement. Il faut être sûr de soi et ne pas avoir peur des femmes pour leur être soumis.
    Au contraire, les machos (je ne parle pas des Maîtres) sont pour la plupart des gens fragiles, souvent peu éduqués, qui ont peur des femmes, c’est pourquoi ils s’en protègent en les dominant, voire en les asservissant dans certaines sociétés.

    Qu’en pensez-vous Mesdames ? Votre compagnon soumis ne correspond-il pas aussi à ce schéma ?

  13. Bonjour,

    Merci pour ce dialogue.

    Avec mon mari, nous sommes au tout début de notre relation de domination et de soumis.

    J’aimerai avoir des conseils pour me lancer vraiment dans cette relation. Comment arriver à lui parler cruement, comment le punir, comment réagir quand il désobéi ?

    Enfin voilà, j’ai besoin de bcp de conseils pour aller plus loin dans notre relation.

  14. Bonjour cougarillo

    Oui votre propos me semble juste pour les soumis occasionnels ou en dehors de leur couple ce qui revient au même (<=si c'est pas leur femme, ils ne peuvent voir leur Dominas qu'occasionnellement…). Juste donc votre propos, seulement dans le sens que, si c'est occasionnel, on peut imaginer que tout homme fort (en mettant en effet les Maîtres encore à part car ils recherchent encore autre chose proche des Maîtresses…) peut avoir envie de se laisser aller de temps en temps…lâcher prise comme vous dites (le plus souvent avec Maîtresse professionnelle).
    Je dis bien "peut" , donc très rarement en fait dans la réalité, alors que le vrai soumis (qui a "cela dans la peau" comme probablement vous et les maris de ces Dames de ce site…) en ont un besoin quasi viscéral… et cherche vraiment soumission 24h/24 ou presque.
    Quand aux machos, heureusement en voie de disparition, sont en effet dans la façade sans intérêts, loin des hommes forts, dominants.

  15. Oui, j’aimerai beaucoup avoir vos conseils pour avancer!

  16. Bonjour Marie Sèverine, Bonjour Véronique, Bonjour Mesdames, bonjour messieurs(normalement je n’ai oublié personne)

    Marie Sèverine et Véronique ,j’ai lu avec beaucoup d’intérêt et de plaisir vos 2 interview croisées qui me font réagir sur une question qui m’a toujours turlupiné (en fait il y en a bcp d’autres mais je les poserai au gré de mes lectures ici) .
    En effet, toutes les 2 vous prétendez ne plus pouvoir revenir en arrière ce qui au vu de votre vie se comprend aisément. Quelle femme menant votre vie voudrait revenir en arrière? Et c’est là qu’arrive (enfin?) ma question qui en fait en amène beaucoup d’autres. Ainsi : que va t’il se passer lorsque vos 2 couples respectifs auront atteint un âge certain, disons 70-80 et plus? Pensez-vous sincèrement que votre époux (donc soumis,est il besoin de le rappeler) sera encore en état physique (voire moral) de vous servire et de subir vos brimades physiques et morales? Dans ce cas que ferez vous? Le jetterez vous comme un mouchoir sale et vous porterez-vous vers un soumis exterieur, sachant n’est ce pas qu’un homme soumis reste avant tout un homme et que s’il a le choix entre servir une dominatrice de 40/50 ans et une de 70/80 ,il choisira sans doute dans la 1ère tranche d’âge. D’ailleurs ,juste pour voir ,essayez donc de demander à vos époux (attention simple suggestion pas un ordre) et qu’ils vous répondent en toute franchise (ce qu’ils seront obligés de faire si vraiment soumis, ce dont je ne doute pas un instant) , s’ils étaient soumis libre et bien sur faisant abstraction de ce qu’ils vivent avec vous, quel choix ils feraient. Que feriez vous alors? Car il ne faut pas oublier, Mesdames, que cela fera quelques décennies que vous aurez perdu l’habitude de faire quoi que ce soit et que vos époux auront perdu l’habitude d’agir seul sans recevoir d’ordre. J’avoue que j’aurai bien aimé avoir un témoignage d’un couple (peut-être dans votre entourage qui sait) gynarchiste de 70 voire +75ans afin de savoir comment cela se passe; C’est vrai qu’on imagine toujours la domination/soumission d’un couple jeune (disons jusqu’a 60) mais qu’on a du mal a imaginer ce qui se passe à la vieillesse.
    Voila, je ne sais si vous pourrez , ou vos lecteurs et lectrices, m’amener des éléments de réponses mais j’aurai été curieux d’en avoir sur ce sujet.
    Sinon merci pour votre blog qui est très bien et j’espère pour les éventuelles réponses.
    PS: ne pouvant me connecter le soir (venant ici à l’insu de mon épouse mais ca c’est une autre histoire) s’il y a des éventuels commentaires, je ne pourrai y répondre en direct mais uniquement le lendemain entre 12 et 14 Merci de votre compréhension

    • Bon …. Sylvain, par quoi commencer ….
      Je crois sincèrement que la façon de voir les choses chez les hommes et les femmes est très différente, et que cet échange le montre bien. Nous ne jetons pas l’autre comme un mouchoir sale quand il est vieux ou malade.
      S’il s’agit de santé, je peux en témoigner personnellement. Après 1 an de domination (les débuts), mon mari a eu une maladie assez longue, 1 an (dont il est guéri). Instantanément, j’ai cessé toute domination, et je devenue une infirmière. Il y a des priorités.
      Et au passage, quand il est revenu à 100%, se demandant si j’allais le reprendre en main, quel plaisir de reprendre lentement, avec fermeté, et de le faire replonger dans ma toile en lui promettant d’aller cette fois beaucoup plus loin…
      Mais la question principale, c’est vieillir ensemble, en D/s, ou se quitter ?
      Quelle drole d’idée de se séparer alors qu’on a atteint un tel niveau de fusion. Perd on sa capacité à dominer ou se soumettre parce que les corps vieillissent ? Je ne crois pas. La domination est avant tout cérébrale, et le reste s’adapte en fonction des possibilités. Si mon mari a des crampes, je ne vais pas le mettre à genoux. Mais je peux le chevaucher à plat !
      Jeter l’autre devenu trop vieux, c’est pas plutôt un truc de garçons ? ^^
      Et pour ce qui est de savoir faire à manger ou laver le sol, Sylvain, ne t’inquiete pas ! Ca ne s’oublie pas…
      Et mon mari ne fait pas forcément tout, j’aime cuisiner !
      Par contre, je décide si c’est lui ou moi qui cuisine….

      • Voilà une réponse fort pertinente, Marie Séverine : en quoi l’âge serait un frein sur le fond de la relation. Quant à la forme, elle s’adaptera, bien sûr.
        Et vous avez raison, l’idée de « jeter l’autre » devenu trop vieux est probablement plus typée Y que X ! Mais nous n’avons pas tous ces vilaines idées, je vous rassure…
        Nota : je trouve dans cet article ancien, et les divers commentaires, plusieurs réponses à mes questions sur le niveau d’amour qui pouvaient encore exister dans vos couples, une fois la relation assez poussée. Mon œil critique et suspicieux sur la réalité de vos sentiments pour vos maris soumis (à la lecture d’autres articles du blog), pour vous-même et Véronique et ses amants, est du coup beaucoup moins sévère ! :))

    • Bonjour Sylvain,
      Pour ma part je vis le moment présent et je me pose pas trop de question la dessus mais j’espère avec les année rester un bon soumis ,rien de telle qu’être un vieux soumis la queue flasque et les couilles pendante .
      Ne ditons pas s’aimerons j’usqu’à que la mort les séparent.
      Chriss

      • Bonjour Chriss,
        Merci tout d’abord d’avoir répondu à mon message.
        Je pense vu ton commentaire que tu es jeune(la trentaine dépassé peut etre?) Mais ne t’y fie pas! le temps passe plus vite que tu ne penses! Ainsi moi qui n’ai pas un âge canonique (57 en fait) , cela fait 35 ans que je suis avec mon épouse et je n’en ai ABSOLUMENT pas l’impression. Donc la question se posera plus vite que tu ne penses . Lire la réponse que j’ai faite à Marie Sèverine pour voir si t t’y retrouve.
        Sur ce bonne journée,
        A bientot , Sylvain

        • Bonjour Sylvain,
          Moi même j’ai 47 ans je souhaite juste profiter un max ont ne sais pas se qui peu arriver demain,comme tu peux lire la réponse à Jean l’àge ne compte pas pour moi cet un état d’esprit tous dépend aussi du niveau social de la pénibilité du travail etc..
          Etre aussi positif que possible je suis jeune d’esprit music electro serie SF ,sortir etc.
          Je suis un soumis très cérèbral j’espére garder ma tête le plus longtemps possible.
          La vie D.s de Marie Séverine et belle et ils s’adapterons surment en fonction de leur vie prochaine.
          Au plaisir.
          Chriss

  17. Bonjour Marie Sèverine, bonjour Chriss, bonjour tout le monde,

    Tout d’abord merci à tous les 2 (désolé Marie Sèverine pour le tous : je sais que la réforme de l’ortographe est à la mode en ce moment mais pour l’instant c’est encore le masculin qui l’emporte!) de m’avoir répondu et je vais vous répondre bien sur séparément
    Ainsi , honneur aux Dames:
    Marie Sèverine quand je parlais de « mouchoir à jeter » c’était bien sur une image (un peu forte peut être mais image quand même) je voulais bien sur seulement parler de séparation. Après tout dans votre interview croisée vous parler de divorce en cas de retour en arrière.
    la question principale n’était pas tout a fait la vôtre mais plutôt : vieillir ensemble en D/s ou en « hétéro », ce qui n’est pas tout a fait pareil.
    Ce que je voulais dire dans ce texte , ,ne pensez vous pas qu’à partir d’un certain âge, si vous continuez en D/s, vous n’allez pas être obligée de passer à une D/s beaucoup plus adoucie( désolé mais le palan pour lécher les bottes a 80 je le sens moyen et même la sodomie )et que vous risquez l’un comme l’autre de ne plus y trouver votre compte, certains « agissements » venant à vous manquer? Ensuite ,il est sûr que les tâches ménagères pourront toujours (à un rythme plus lent peut-être) être faites (quoique le sol à 4 pattes si c’est ainsi que votre soumis le fait, je le sens moyen aussi)
    Voyez -vous, il m’arrive d’écumer d’autres sites et j’avoue que je n’ai JAMAIS vu , ne fut qu’une Dominatrice de + 70ans.
    C’est pour ca que j’aurai bien aimé en avoir un témoignage , si parmi vos lectrices (eurs) dans leur entourage ,il y en avait un exemple.
    Enfin pour terminer, je suis très heureux de constater que malgré ce que vous faites subir à votre mari, vous en êtes a priori très amoureuse en ayant « joué » à l’infirmière et donc vous étant mis à sa disposition. Ce qui prouve que vous êtes une épouse Dominatrice , certes, mais en tout cas très responsable, ce qui ne semble pas toujours évident au premier coup d’oeil dans votre milieu.
    Voila je vous laisse et vais passer à Chriss (ce sera beaucoup plus court)
    A bientôt, Sylvain

    • Sylvain,

      Concernant l’âge, je pense que ce n’est pas un problème, dans le sens où le couple sait où sont ses limites.

      Pour notre part, mon mari soumis et moi, sommes des personnes d’âge mûr et cela a plusieurs avantages. Personnellement, je n’aurais jamais pu être la domina que je suis à 20 ans. Mon âge me permets de connaître ma féminité et mes limites. Je suis sûre de moi alors que j’aurais été gauche et hésitante à 20 ans et donc personne n’aurait été satisfait, ni mon mari soumis qui n’y trouverait pas son compte, ni moi qui me demanderai pourquoi je ne réussi pas à dominer mon mari.

      Concernant les tenues, oui je me vois en cuir pour encore longtemps. Je n’ai pas envie de remiser mes tenues cuir, pour le plus grand plaisir de mes amants et de mon mari, mais surtout, pour mon plaisir. J’aime le cuir et je pense qu’il n’y a pas d’âge pour en porter. J’en ai porté à 20, 30, 40 ans et aujourd’hui encore et crois moi, plus j’en porte mieux je me porte et plus j’aime cette matière. Et je suis au top de ma féminité, en cuir, grâce à mon âge mûr.

      Enfin, effectivement, peut être qu’à 80 ans, nous n’aurons plus la force de nous attacher, ou de faire en sorte que mon mari nettoie mes bottes de cuir, à genoux devant moi. Je ne serais sans doute plus aussi attirante pour mes jeunes amants noirs, mais la domination revêt tellement d’aspects, que je pense que l’on peut dominer son mari jusqu’à un âge très avancé.

      Maîtresse Véronique

  18. « rien de telle qu’être un vieux soumis la queue flasque et les couilles pendante »…
    Ca fait envie! Ces dames vont se réjouir de tes projections d’avenir. Tu as une sale manière d’envisager la vieillesse…
    A propos, être vieux, c’est à quel âge pour toi?

  19. Bonjour Jean,
    Je ne suis pas négatif mais bon c’est un peu vrai, faut pas se faire d’illusion si sa fonctionne encore longtemps se sera bien mais bon c’est la vie.
    Mon meilleur ami à 76 ans et il est encore très bien,
    L’âge d’étre vieux n’existe pas tant que tous vas bien ,
    mon épouse travail dans un EMS et je peux vous dire que certain son vieux à 60 ans alors y faut profiter un max .
    Chriss

  20. Maitresse veronique, je regrette que l’on ne vous entende plus sur ce merveilleux site. J’espère que vous reviendrez bientôt.

    • Bonsoir.

      Merci pour ton petit message.
      Je suis de retour, même si je ne suis jamais partie. Je commentais moins mais je lis toujours’ce merveilleux site qui devrait être reconnu d’utilité publique et remboursé par la sécurité sociale 😉 !

      J’ai hâte de rediscuter avec vous tous.

      Maîtresse Véronique

      • C’est vrai ça Véronique ! On va faire la demande d’agrément ^^
        Marie Séverine.

      • Ah enfin le retour de maitresse Véronique. Cela a été bien long.
        J’ose espérer que nous pourrons échanger sur ce merveilleux sujet qu’est la domination féminine.
        Je vous baise les pieds divine maitresse Véronique.

        • Et elle va revenir dans un article ^^

          • J’ai hâte Marie-Séverine !!!

            Eh oui, demandez l’agrément, surtout que nous sommes expertes pour tout ce qui concerne la psychologie masculine 😉 !!! Nous devrions être remboursées pour remettre nos soumis sur le droit chemin.

            Maîtresse Véronique

        • Bonsoir Alfred,

          Merci pour ce gentil message.

          Bien évidement que nous pourrons discuter mais je’doute que cela soit à l’avantage du sexe dit fort ;-).

          Maîtresse Véronique

          • Bonjour maîtresse Véronique, au vu de votre vie actuelle il est à parier que vous ayez raison mais c’est parfois une chance pour les soumis naturels que de discuter avec des vraies femmes dominantes.
            Du point de vue du soumis, c’est une chance que de rencontrer la femme dominante de sa vie.
            Qu’en pensez-vous ?

  21. J’avais compris. Merci mais j’aimerais beaucoup discuter avec maitresse veronique en direct.
    Voilà tout.

  22. Quel plaisir de lire vos échanges, Marie-Séverine et Véronique, tellement spontanés. J’adore vous voir ainsi discuter de la manière dont vous dominez votre mari, exactement comme si vous discutiez de fringues ! C’est ce que j’apprécie dans ce merveilleux blog : la sincérité et la spontanéité. Pas de tabou. Merci et bravo !

  23. Tu as tout à fait raison Francis, je suis fasciné par la vie de Maîtresse Véronique, quel chanceux son mari, et il est vrai que ce site est spontané.

  24. Petite question à Maîtresse Véronique.

    Au vu s=de votre vie actuelle, êtes-vous curieuse des femmes dominantes qui possèdent plusieurs esclaves ou soumis et êtes-vous intéressée par ce genre de vie ?

    Je vous remercie.

    • Bonsoir Alfred,

      Excellente question.

      J’avoue que je suis assez admirative des dominas qui ont plusieurs soumis et soumises d’ailleurs, car cela représente un travail conséquent. Pour moi la domination est personnelle, c’est à dire qu’elle se s’applique pas de la même manière à tous. Les soumis ont des caractères différents, certains sont fetichistes, d’autres non etc.

      Pour ma part, je ne sais pas encore si je souhaite à l’avenir avoir un harem de soumis à mes pieds. Il y a peu, un de mes amants noirs avait ce penchant et j’ai stoppé notre relation car je ne me sentais pas capable d’avoir deux soumis à la fois, mais je suis ouverte à la chose.

      Maîtresse Véronique

      • Maitresse veronique, vous employez le terme « harem », ma maitresse préférait le mot « cheptel », faites vous une différence ou pas ?
        Merci.

        • Bonjour Alfred,

          Oui je fais une différence mais je préfère le mot harem, car à l’époque il montrait l’importance du bénéficiaire du harem.

          Maîtresse Véronique

          • Je ne comprends pas bien la référence de Véronique sur l’importance du bénéficiaire du harem.
            Un cheptel n’a pas l’exclusivité d’un seul sexe chez les personnes le constituant à l’opposé d’un harem ; c’est la différence essentielle entre les deux. Pour moi les deux accordent tout autant d’importance pour la ou le bénéficiaire.
            J’ai constaté que les dominateurs préfèrent parler d’un harem qui flatte davantage leur ego qu’un cheptel.
            En gynarchie, c’est la référence au cheptel qui est usitée.
            Je suis donc de l’avis de la Maîtresse d’alfred1900.
            Kayenne

  25. Bonjour Maitresse Véronique, serait-il possible de discuter par mail, ce serait plus facile et plus rapide.
    Qu’en penez-vous ?
    Je vous remercie.

  26. Visiblement, vous n’en pensez rien.

    • Bravo, Mesdames !
      Franchement je pense qu’un(e) journaliste n’aurait pas mieux exercée cette interview et probablement mieux car elle a été menée sans tabou et en parfaite connaissance comme seules des personnes pratiquantes et non ignorantes peuvent le faire.
      Je lis tellement de sottises, même ici dans certains commentaires, que ça méritait d’être souligné.
      Merci à vous deux de m’être retrouvée à mes débuts à la lecture de certaines de vos questions/réponses.
      Très sommairement il y a une nette différence dans mes pratiques dans la mesure où je n’ai pas d’amant, que je n’envisage nullement d’en avoir et que ce n’est pas mon mari que je domine puisque je suis divorcée et heureuse de l’être.
      Pour gagner du temps et faire court, je reviendrai au fur et à mesure sur certains commentaires.
      Kayenne

      • Gagner du temps, faire court …. et si on prenait le temps de faire un article / échange à 3 avec Véronique pour explorer votre histoire … ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *